J.O. 2012

Posté par ENO filles le 27 juillet 2012

J.O. 2012 dans 2012 01a-LOGO

Juste quelques infos sur cet événement que je ne peux pas zapper, même en vacances.

LONDRES

04-la-flamme-sur-la-Tamise-300x172 évenements dans Evénements

« La ville de Londres a été élue parmi cinq villes candidates lors de la 117e session du Comité international olympique (CIO), le 6 juillet 2005 à Singapour. Sebastian Coe était le chef du comité de candidature et est le président du Comité organisant les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques d’été de 2012 »

LES LIEUX

La carte interactive permet de découvrir les lieux où se dérouleront les temps forts des Jeux olympiques

 

LA FLAMME

img-titre-pps-300x113 J.O.

fichier pps JO Londres 2012

La dimension symbolique de la flamme olympique  est très présente pendant les Jeux et la flamme olympique en est sans conteste le symbole le plus fort. Un clip vidéo nous fait survoler à vol d’oiseau le trajet de la flamme à travers le Royaume-Uni. C’est un condensé des paysages du Royaume-Uni qui est ainsi offert aux internautes.

 Une carte interactive permet de suivre très précisément le trajet rue par rue de la flamme.
Cliquez ici

LE CALENDRIER EN DIRECT

01-LOGO-300x129 Londres

Site officiel des jeux

cliquez sur ce lien : Le calendrier et les résultats au quotidien

LE LOGO

Le logo a été créé par Wolff Olins 

sources Wikipédia :

« Il y a eu deux logos pour Londres 2012 : l’un pour la procédure de candidature et l’autre en tant que marque des Jeux eux-mêmes. Ce dernier, dessiné par Wolff Olins, a été dévoilé le 4 juin 2007 et a coûté 400 000 livres (soit environ 590 000 euros.

Ce nouveau logo est la représentation stylisée du nombre 2012 avec les anneaux olympiques inscrits dans le chiffre zéro. Il est décliné en 4 couleurs et pour la première fois, il sera utilisé aussi bien pour les Jeux olympiques que les Jeux paralympiques

Les premières réactions du public, selon un sondage effectué sur le site web de la BBC, ont été largement négatives : plus de 83 % des 16 000 votes lui ont attribué la plus mauvaise note. Le comité d’organisation a alors annoncé que le logo sera repensé au cours des 5 prochaines années.

Par ailleurs, des animations vidéo composées à partir de ce logo ont été interdites par l’autorité de régulation audiovisuelle britannique. Représentant des motifs géométriques en mouvements saccadés très rapides, elles provoquaient de graves crises chez les personnes épileptiques.

Une polémique est survenue en 2011 de la part de l’Iran sur le logo qui serait à caractère raciste car il dissimulerait le mot « Zion » (Sion : Le mont Sion est une montagne au Sud de la vieille ville de Jérusalem. Dans la Bible, Sion désigne la ville de Jérusalem et, par extension, tout ce qui personnifie la présence et la bénédiction de Dieu) »

LE POINT DE VUE DU CREATEUR ET DE SON EQUIPE

Je la trouve suffisamment explicite de notre évolution actuelle pour vous le communiquer.

Le studio de design graphique Wolff Olins a signé la refonte de l’identité visuelle de l’Asian Art Museum de San Francisco.

Wolff Olins réinvente le « branding »: du design graphique au design de services.

L’enseigne britannique, référence mondiale de la stratégie de marque, se réinvente en agence d’innovation. Une évolution qui suit l’émergence de la vogue participative.

Son propos : Relier les individus

« … à l’image de son quartier en pleine mutation depuis l’ouverture du terminal Eurostar de Saint-Pancras, Wolff Olins est en train de se réinventer. « Nous sommes nés autour de l’identité de marque dans les années soixante. Nous avons évolué vers le branding dans les années quatre-vingt-dix. Aujourd’hui, nous nous centrons sur l’innovation »,… L’évolution des cabinets de design vers le conseil en innovation ou le design de services … rejoint une réflexion de fond sur l’avenir des marques.
« Les marques de demain ne sont pas des gadgets marketing clinquants, mais des plates-formes pour des actions concrètes », explique l’agence dans la présentation de l’exposition Brand Next, inaugurée le 6 février dans ses locaux. Cet événement, qui se termine le 22 février, détaille dix initiatives mettant le public à contribution : les voitures en libre service Streetcar, le site de voyages World66.com, la chaîne de télévision soutenue par Al Gore Current TV, l’association humanitaire Macmillan Cancer Support, l’ordinateur portable à 100 dollars, etc.
Pour Wolff Olins, les marques doivent être des liens entre les individus et non pas des institutions surplombantes. Robert Jones se différencie des réflexions sur la marque émotionnelle de Kevin Roberts (Saatchi & Saatchi) ou Marc Gobé (Desgrippes Gobé). « Je n’ai pas de relation émotionnelle avec Google ou Ebay. En revanche, j’aime ce qu’ils me permettent de faire. Wikipédia et Linux s’enrichissent des contributions des internautes. Red, le projet humanitaire de Bono, dont nous avons créé l’identité, fédère des marques comme American Express, Gap ou Apple. »
Évidemment, tous les secteurs ne sont pas concernés. Le luxe, par exemple, peut conserver un statut à part. « Lorsque j’achète une alliance, je n’ai pas envie de discuter par blog interposé avec son fabricant »,reconnaît Mohsin Hamid, responsable de l’activité ­conseil de Wolff Olins, qui s’est également fait un nom comme romancier.
Mais, pour l’essentiel, c’est un changement fondamental de métier. « Nous faisions de la communication, aujourd’hui nous aidons nos clients à développer des produits et services… C’est pourquoi la polémique sur London 2012 ne nous touche pas : elle ne concerne que le logo. L’objectif est de faire des Jeux olympiques démocratiques, et c’est là-dessus que le projet devra être jugé. »

L’identité de marque était un habillage, elle devient partie intégrante d’une ­vision d’entreprise. Corollaire : les changements sans contenus s’exposent au rejet du public, rendu sceptique par les messages­ marketing. »

Pour ma part je trouve ces réalisations magnifiques.

Regardez ces images de l’ASIAN ART MUSEUM IDENTITY

et ce site: L’identité visuelle d’un projet, d’un produit, d’une institution ou d’une entreprise est un ensemble cohérent de choix graphiques applicable à tout support de communication, dans le but de personnaliser une enseigne, conformément à ses valeurs et à son type d’activité.

Une identité visuelle pertinente se construit sur base d’une analyse et d’un diagnostic.
Le résultat de cette phase d’étude, incluant la documentation sur laquelle elle s’appuie, donne lieu à des recommandations et à un cahier des charges destiné à orienter le travail de création.

Selon les attentes et les contraintes exprimées, une phase de recherche et de croquis est entamée afin de fournir plusieurs solutions graphiques. Ces propositions sont testées en situation réelle pour en démontrer la souplesse et la plasticité.

Après validation, le projet retenu est mis au point en incluant les différentes déclinaisons selon les supports, les contextes et les technologies. Les règles graphiques définissant l’identité visuelle sont consignées avec clarté et lisibilité dans une charte graphique, parfois aussi appelée « livre de normes ».

Une fois l’identité visuelle réalisée et diffusable, une communication visuelle est mise en place pour propager l’image de la marque ( entreprise, évènement, projet), afin d’en développer la  notoriété.  Cette communication peut être centrée sur un produit ou un service (valorisation de ses performances) ou sur la marque (privilégiant les valeurs véhiculées par l’entreprise, communication « corporate » ou institutionnelle).

Dans un contexte de marque (identité de marque ou « branding »), la communication visuelle peut également être entendue comme une activité stratégique incluant un ensemble de pratiques, d’opérations, de supports et de médias :

  • publication papier (brochures, affiches, flyers, etc)
  • publication réseau (site web, référencement, applications)
  • production télévisuelle ou cinéma (spots, parrainages)
  • personnalisation d’espaces (stand, boutique, espaces ou mobilier urbains)
  • achat d’espaces ou de supports de communication publicitaire (presse, affichage, TV, cinéma, web, etc)

Le design fait partie intégrante du marketing et il n’est pas inutile de s’informer des moyens utiliss pour faire de nous des acheteurs potentiels. Un homme averti en vaut deux…

NOS ATHLETES

Nombre total  339 >>> La liste est trop longue pour que je l’affiche dans l’article. Cliquez ici

Le serment de l’athlète

“Nous jurons que nous nous présentons aux Jeux Olympiques en concurrents loyaux, respectueux des règlements qui les régissent et désireux d’y participer dans un esprit chevaleresque pour l’honneur de nos pays et la gloire du sport”. Pierre de Coubertin

« Le haut niveau ? Un monde de rêveurs. Mais des gens qui vivent leur rêve. » Joël Bouzou

Les performances incroyables de nos athlètes ont-elles encore la possibilité d’augmenter avec le temps. Ou sont-ils arrivés à leur niveau maximum? » Depuis plus de 20 ans  les records du saut en hauteur, saut en longueur ou saut à la  perche n’ont pas bougé. La devise plus vite, plus haut plus fort est-elle encore de mise ? « 

« Les apports technologiques suppléent les limites physiologiques, mais la limite existe malgré tout »

« On dit souvent que les records sont faits pour être battus. C’est vrai quand on parle d’une « série de résultats », mais beaucoup moins désormais en terme de pure performance. »  et  » le sport-business fait tout son possible pour les repousser, quitte à jouer avec la santé ou l’avenir des showmen, quitte à dénaturer les épreuves avec des aides technologiques à la performance ».

J’aimerais bien en commentaires l’avis de mes lecteurs sportifs.

Auraient-ils aimer prononcer ces mots célèbres?

Qui a dit:

« Le spectacle du monde ressemble à celui des jeux olympiques: les uns y tiennent boutique; d’autres paient de leur personne; d’autres se contentent de regarder »

« Les qualités pour gagner sont plus importantes que les parties gagnées. »

« Si l’important n’est pas de gagner, pourquoi compte-t-on les points ? »

« Pour être champion, vous devez croire en vous-même quand personne d’autre ne le fait. »

« Le sportif intelligent évite l’effort inutile. »

« Le sport est bien affaire de frissons. »

 

LES MEDAILLES

Conçues spécialement pour chaque Jeux, les médailles sont le rêve ultime de tout athlète.

Les médailles des Jeux Olympiques de Londres 2012 seront attribuées lors de 302 cérémonies des vainqueurs qui auront lieu à travers tout le Royaume-Uni.

Les médailles ont été créées par David Watkins, un artiste britannique réputé dans le domaine des arts décoratifs et sont en cours de production au siège de la Royal Mint à Llantrisant, en Galles du Sud.

L’histoire derrière les médailles

La forme circulaire des médailles olympiques est une métaphore du monde. L’avers montre toujours la même illustration lors des Jeux d’été – la déesse grecque de la victoire, Nikê, sortant du Parthénon et arrivant à la ville hôte.

Le revers comporte cinq éléments symboliques :

  • L’arrière-plan recourbé rappelle la forme d’un amphithéâtre
  • L’emblème central est une expression architecturale, une métaphore de la ville moderne qui ressemble délibérément à un bijou.
  • Le treillage évoque à la fois le rassemblement y la communication – une image d’énergie rayonnante qui représente les efforts des athlètes.
  • La Tamise à l’arrière-plan est un symbole de Londres, tout en suggérant un ruban baroque flottant dans le vent qui ajoute un sentiment de célébration.
  • Le carré est le motif final du design. Il lui confère un équilibre et contrebalance sa forme générale arrondie. Il met en avant le centre de la médaille dont il renforce l’idée de « lieu » en s’apparentant à un détail de localisation sur une carte.

Spécificités des médailles

  • Les médailles olympiques de Londres 2012 pèsent entre 375 et 400 g et mesurent 85 mm de diamètre et 7 mm de large.
  • La médaille d’or est faite d’or (92,5 %) et de cuivre (6 g d’or minimum).
  • La médaille d’argent est faite d’argent (92,5 %) et de cuivre.
  • La médaille de bronze est faite de cuivre (97,0 %), de zinc (2,5 %) et d’étain (0,5 %).

Les médailles seront exposées publiquement au British Museum durant les Jeux

Plus d’infos sur le design des médailles…  cliquez ici

A suivre..

N’hésitez pas à revenir. Cet article suivra de son mieux l’actualité.

Bon spectacle à tous ceux qui y sont,

A ceux qui aimeraient bien y être,

A ceux qui y seront …. la prochaine fois…

A ceux qui se contenteront de la télé…

« L’important, c’est de participer » *

* NB – Non! cette citation n’est pas empruntée à Pierre de COUBERTIN mais elle émane de Ethelbert TALBOT*, évêque de Pennsylvanie….(c’est le WEB qui me l’a appris)

* « Le plus important aux Jeux Olympiques n’est pas de gagner mais de participer, car l’important dans la vie ce n’est point le triomphe mais le combat ; l’essentiel, ce n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu ».
Pierre de Coubertin a repris puis adopté ce credo après avoir entendu le sermon de l’évêque de Pennsylvanie, Ethelbert Talbot, prononcé à la cathédrale St. Paul le 19 juillet 1908, au cours des Jeux de la IVe Olympiade à Londres. Les paroles exactes de Talbot étaient : « L’important dans ces Olympiades n’est pas tant d’y gagner que d’y prendre part ».

« Citius-Altius-Fortius » Expression latine signifiant « plus vite, plus haut, plus fort ».
Coubertin l’a adoptée après avoir entendu le Père Henri Martin Didon de Paris l’utiliser. Le Père Didon, devenu plus tard proviseur du Collège d’Arcueil, avait utilisé cette expression pour décrire les exploits athlétiques de ses étudiants dans cette école.
Il était auparavant au lycée Albert le Grand, où l’expression latine était gravée dans la pierre au-dessus de l’entrée principale.

Sources : Bureau de presse et de communication du Comité International Olympique – Ambassade de Grèce

Et maintenant !

TWITTEZ SUR LES JO

Et pourquoi pas!!!

LES DISCIPLINES DISPARUES
Le tir à la corde
Cette épreuve d’athlétisme présente dans les Jeux de l’Antiquité a figuré également de 1900 à 1920. 2 équipes de 8 joueurs se faisaient face. Le but : faire avancer les adversaires de plus de 2 mètres (6 pieds), en moins de 5 minutes. Au-delà de ce délai, et si personne n’a pris le dessus, le gagnant est celui qui a réussi à gagner le plus de terrain.

La nage sous l’eau
Il fallait nager sous l’eau le plus lentement et le plus loin possible (60 m maximum) l’inverse d’aujourd’hui.
Les compétiteurs gagnaient 2 points par mètre nagé, et 1 point par seconde passée sous l’eau. Le vainqueur était naturellement celui qui avait le plus de points à l’issue de la compétition.
L’épreuve n’a figuré qu’aux Jeux de 1900 à Paris. Sur les 14 participants, 11 étaient Française médaillé d’or olympique, Charles De Vandeville, a remporté l’épreuve avec 1 884 points. Il a nagé 60 m en 1 minute et 8,4 secondes. C’est grâce à sa lenteur qu’il a été sacré, son dauphin André Six ayant bouclé les 60 m avec 3 secondes d’avance. Quant au troisième, Peter, il est resté 30 secondes de plus que De Vandeville sous l’eau, mais il n’a avancé que de 28 mètres !

Le croquet 

Le croquet n’a été sport olympique qu’en 1900 à Paris lui aussi. Trois épreuves étaient disputées : un parcours en simple à 1 boule, un autre avec 2 boules, et une compétition en double. Les médailles sont toutes revenues à la France. Un joueur belge a bien pris part au tournoi, mais il n’a pas réussi à passer le premier tour.

Malgré le désintérêt du public (un seul spectateur s’est déplacé !), l’épreuve revêt une haute valeur historique. Le croquet est en effet le premier sport olympique ouvert aux femmes. D’après « le Journal des Sports », Mlles Filleaul Brohy et Marie Ohnier ont disputé le premier tour.

La discipline a tout naturellement disparu par manque d’intérêt pour les spectateurs.

Le cricket

Le cricket aurait dû figurer au programme des premiers Jeux de l’ère moderne, en 1896, mais le nombre de participants était trop faible. Le tournoi s’est résumé à une seule opposition, sur 2 jours. Les joueurs ne pensaient pas qu’ils participaient à une olympiade, le match ayant pour cadre l’Exposition universelle de Paris. Ce n’est qu’en 1912 que le Comité International Olympique a décidé d’octroyer une valeur olympique à cette épreuve

 Le jeu de raquettes

Le jeu de raquettes est un sport qui ressemble au squash. Deux adversaires s’affrontent dans une salle fermée. Ils ont chacun une raquette en bois et se renvoient la balle contre un mur. Ce sport n’est apparu aux Jeux Olympiques qu’en 1908, à Londres. Très coûteuse, cette discipline n’était pratiquée à l’époque que dans les « public schools » anglaises.

Le golf

Le golf n’a été sport olympique qu’en 1900 et 1904. Lors de la première édition, les messieurs réalisaient 2 fois un parcours de 18 trous. Les scores des 2 manches étaient additionnés pour désigner le vainqueur. En 1904, les golfeurs disputaient un mini-tounoi. Chez les messieurs, ce sont les anglo-saxons (Etats-Unis, Grande-Bretagne et Canada) qui ont dominé les compétitions. Les dames, elles, n’ont eu le droit qu’à une seule olympiade, en 1900. La lauréate, Margaret Abott, est devenue la première championne olympique américaine,

Le rugby

Il devient un sport olympique en 1900, puis en 1908, 1920 et 1924. Mais la dernière finale est tellement violente que le CIO décide de retirer ce sport du programme officiel.Il fera aussi son retour aux JO en 2016, dans sa version à VII

Le grimper de corde

Le grimper de corde a régulièrement fait partie des épreuves de gymnastique entre 1896 et 1932. Assis au départ, les athlètes devaient monter le plus rapidement possible en haut de la corde, en s’aidant uniquement des bras et des mains.

En 1896, la corde était haute de 15 mètres environ. Seuls 2 sportifs grecs ont réussi à terminer l’épreuve. Les autres ont tous été éliminés. Par la suite, la corde a été raccourcie de moitié. Le champion n’était pas forcément celui qui était le plus rapide à arriver en haut. Le style aussi était pris en compte.

Les sauts sans élan

Entre 1900 et 1912, il existait une compétition de sauts en longueur et en hauteur sans élan.. En 1900 et 1904, il y a même eu un tournoi de triple saut dans cette catégorie

Le polo

Le polo a été disputé aux JO entre 1900 et 1924, puis en 1936 avant de disparaître du programme olympique. Après les Anglais qui ont dominé la discipline lors des 3 premières éditions ce fut le tour des Argentins en 1924 et 1936.

La crosse

La crosse a été intégrée aux JO en 1904 et 1908, avant de passer sport de démonstration en 1928, 1932 et 1948.

Deux équipes de 10 joueurs s’opposent sur un terrain avec 2 buts à chaque extrémité. Les joueurs avancent en se transmettant la balle à l’aide d’une crosse. Au bout de celle-ci est attachée une sorte de gant (comme au baseball) ; c’est grâce à lui que les joueurs peuvent réceptionner la balle, faire des passes et des tirs au but.

La première année, ce sont les Canadiens de la Shamrock Lacrosse Team de Winnipeg qui ont remporté l’or en battant l’équipe locale de Saint-Louis. La médaille de bronze est revenue à des Iroquois mohawk, un peuple vivant au Canada.

En 1908, seulement 2 équipes ont participé au tournoi. Le Canada a conservé son titre face à la Grande-Bretagne.

La pelote basque

Comme son nom l’indique, ce sport puise son origine dans le Pays basque. Pas étonnant, donc, de comprendre ce qui s’est passé lors des Jeux Olympiques de 1900 à Paris : seules l’Espagne et la France avaient répondu présent. Le tournoi n’a donc duré qu’une journée, le 14 juin, le temps de la finale ! Les Espagnols se sont montrés les plus habiles, dominant les Français Durquetty et Etchegaray. L’Espagne est donc la seule et unique nation championne olympique de pelote basque.

Le jeu de paume

Discipline olympique en 1908 à Londres, et sport de démonstration en 1900 et 1924. C’est un Américain qui s’est imposé devant deux Anglais

Le lancer de poids et de javelot

En 1912, les compétitions de lancer de poids, de disque et de javelot se sont offertes une fantaisie : le lancer à 2 mains. Les concurrents disposaient de 3 essais avec chaque main. Ensuite, la meilleure distance réalisée avec les mains droite et gauche étaient additionnées

Le 200 m nage libre avec obstacles

Il faisait partie du programme olympique en 1900. Dans la Seine, les nageurs devaient passer par-dessus un poteau, puis une rangée de bateaux, avant de plonger sous une autre rangée de bateaux. Le tout malgré le courant du fleuve ! L’Australien Frederick Lane a été vainqueur.

Le motonautisme

Seule épreuve motorisée des JO, cette discipline de démonstration en 1900, est devenue sport olympique pour la seule et unique fois en 1908. Sur les 9 courses programmées, seulement 3 ont eu lieu. Et en plus la météo avait pris parti contre la course.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
LIFE&NEWS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | colineetlili
| teledoms
| m00de