Au fil des jeux, anecdotes, bugs et autres événements

Posté par ENO filles le 31 juillet 2012

Quelques anecdotes, au fil de mes découvertes.

Vol de la flamme Olympique à Londres
Un jeune homme de 17 ans a tenté de voler la flamme olympique pendant son parcours ! La torche olympique est pourtant très bien protégée avec des dizaines de gardes entourant l’athlète (…)

Huit athlètes ont été exclues du tournoi olympique de badminton à Londres, mercredi 1er août.

Ces joueuses sont accusées de « ne pas avoir fait tout leur possible pour gagner » leurs matchs de poule, la veille. Ces quatre paires du double dames – une représentant la Chine, une l’Indonésie et deux la Corée du Sud – auraient délibérement voulu perdre pour faciliter leur progression dans le tournoi et affronter des adversaires moins redoutables lors des quarts de finale.

Soupçons sur une nageuse chinoise

Elle s’appelle Ye Shiwen, et enchaîne les exploits : médailles, records du monde, elle nage presque aussi vite que les champions masculins, laissant planer le doute du dopage

 Tsonga remporte le match le plus long de l’histoire
Prenez connaissance de l’aventure en cliquant sur le titre

Huit joueuses disqualifiées pour tricherie

Les Jeux Olympiques de Londres ont été frappés par une première affaire, avec la disqualification de 8 joueuses de badminton suspectées « de ne pas avoir fait tout leur possible pour gagner ». Les joueuses incriminées qui ne sont pas exclues, puisqu’elles gardent leur accréditation, ont fait appel de la décision de la fédération internationale

Basket: Fracture du nez suspectée pour Florent Piétrus

Après seulement un minute et demie sur le parquet, le Guadeloupéen a pris  « un coup de coude vicieux », selon son coéquipier Ali Traoré

07 aout 2012 – Insolite – Humour Le Brésil en 2 minutes
Wokitoki nous présente sa video de 2 minutes sur le Brésil (The World in 2 Minutes: Brazil). Une bonne idée de présenter des vidéos compilations provenant d’un même pays, ce qui nous donne une image du pays bien représentative ! Voici celle du brésil avec bien sur danse, musique, carnaval et football ! ;)
Cliquez ici: http://www.videobuzzy.com/Le-Bresil-en-2-minutes-5943.news

8 aout – une drôle de Finale du 100 mètres des JO de Londres en LEGO !
Voici une très drole reconstitution de la course de la finale du 100m à Londres tout en LEGO ! On peut voir tout le déroulement de la course avec les protagonistes, Usain Bolt, Yohan Blake et Justin Gatling. Chaque détail est reconstitué en Lego dans une vidéo stop motion, et le résultat est super marrant et très réaliste ! :)
Cliquez ici: http://www.videobuzzy.com/Finale-du-100-metres-des-JO-de-Londres-en-LEGO–5947.news

08 aout 2012 – Gros plat en plongeon 3m
Stephane Feck a complètement raté son premier plongeon lors de l’épreuve à 3m des JO de Londres 2012. L’allemand réussi à faire un énorme plat sur le dos, après une t(…)

Les jeux Olympiques des câlins
Par LEXPRESS.fr, publié le 11/08/2012 à 16:25
Londres 2012 ne se résume pas à une série de compétitions acharnées entre sportifs sans pitié. C’est aussi de grands moments de tendresse entre athlètes. La preuve en images
Mercredi 8 aout – Premier essai mais pas coup de maître: la perche de Borges se brise en plein saut

C’est rare mais ça arrive parfois. Le concours du saut à la perche peut être parfois très dangereux. Le Cubain Lazaro Borges, vice-champion du monde de la discipline, peut en témoigner. Lors des qualifications mercredi, il s’est fait une grosse frayeur. Pour son premier saut, il a explosé sa perche. Heureusement, il ne s’est pas blessé. Voir la vidéo

Les tricheurs

 Rien n’est tout blanc ou tout noir.
1- Le Badmintongate
Les rameurs français Jérémie Azou et Stany Delayre déposent une réclamation à la fin de la course du deux de couple en aviron, le 4 août.
Deux poids, deux mesures? Selon qu’on est joueur de badminton chinois ou rameur britannique, on n’est pas sanctionné de la même façon. Injustice notoire, règlements à deux vitesses ou excès de zèle des commissaires ? Eléments de réponse sur les six affaires litigieuses.

Le 31 juillet, huit joueuses de badminton, quatre équipes de double féminin, sont exclues des Jeux pour n’avoir pas fait tout leur possible pour remporter un match de poule, et s’éviter des adversaires coriaces en finale. Une décision de la fédération internationale de badminton, après une vraie parodie de match, un festival de tirs dans le filet et de renvois dignes d’une octogénaire asthmatique.

Le mot du procureur
Le spectacle affligeant du match a poussé la fédération internationale de badminton (et pas le CIO, qui n’a aucun pouvoir en ce domaine) à exclure les joueuses pour « conduite antisportive ». La fédération chinoise a reconnu avoir « violé les principes du mouvement olympique » et l’entraîneur chinois a assumé la responsabilité de ce choix.
Parole à la défense
Avant le début des Jeux olympiques, chaque athlète doit signer la charte olympique (parfois agrémentée d’une restriction sur les commentaires à caractère politique, comme pour les Jeux de Pékin). Mais dans ce document, rien n’indique qu’il est interdit de laisser filer un match. Certes, la fédération de badminton demande aux athlètes une clause de « best effort » (PDF, p. 2), autrement dit de tout mettre en œuvre pour gagner un match. Perdre une bataille pour gagner la guerre est une stratégie vieille comme le monde : en 1924, lors des temps héroïques de l’Olympisme et sous les yeux de Pierre de Coubertin, les Italiens s’étaient arrangés entre eux pour assurer la victoire à l’un des leurs en escrime.
Les joueuses coréennes et indonésiennes ont interjeté appel, pas les Chinoises. Comme le remarque Declan Hill, un journaliste canadien spécialisé dans le trucage sportif, sur son blog, « aucun athlète chinois ne prend une initiative sans en avoir reçu l’ordre de ses entraîneurs ». Ne serait-ce pas à eux d’être suspendus dans ce cas ? Par ailleurs, Declan Hill propose une mesure de bon sens : que chaque pays n’envoie qu’une seule équipe dans le tournoi de badminton, histoire d’éviter les petits arrangements entre compatriotes.
Rétrospectivement, la sanction qui frappe les joueuses de badminton apparaît très très sévère. Ce qu’on reproche aux joueuses n’est pas d’avoir triché en laissant filer un match, mais d’avoir mal triché, de façon trop apparente. Un match de badminton se joue souvent à quelques points, et perdre en s’écroulant sur la fin ne leur aurait pas valu une telle sanction
2- L’affaire du foot féminin 
Le 1er août, l’entraîneur de l’équipe féminine du Japon motive ses joueuses… pour ne surtout pas marquer lors du match contre l’Afrique du Sud, assurer un bon vieux 0-0 des familles et éviter l’ogre américain en quarts. Le sélectionneur nippon l’a reconnu sur NBC (lien en anglais). Les Japonaises sont désormais en finale du tournoi… contre ces mêmes Américaines.
Le mot du procureur Rien. Personne ne s’en est ému.
Parole à la défense Des équipes qui jouent le 0-0, laissent filer un match ou arrêtent de jouer pour préserver un résultat, cela arrive des centaines de fois chaque année. Contrairement aux joueuses de badminton, les deux équipes n’ont pas proposé une parodie de football, mais l’une des deux, si.
3 – Le scandale du cyclisme sur piste
Le 2 août, un cycliste britannique fait exprès de tomber pour obtenir un second départ dans l’épreuve de poursuite par équipe. « On en avait discuté avant et on avait dit qu’il fallait tomber si ça se présentait. Je l’ai fait exprès pour obtenir un autre départ. » Et d’ajouter que  » [sa] roue avant a glissé », l’empêchant de prendre « un départ optimal (…). Quand un incident de ce genre survient, on a vite fait de perdre du temps. » Les Britanniques ont écrasé l’adversaire, record du monde à la clé, et se sont offerts une nouvelle médaille d’or.
Le mot du procureur :
Le Britannique a avoué après coup son « forfait » même si c’était assez net sur la vidéo, où l’on voit qu’il tombe très lentement pour éviter de se blesser. Du coup, l’Union cycliste internationale envisage « un blâme ». Comprenez : il ira au coin, mais avec sa médaille d’or.
Parole à la défense:
  »Durant le premier demi-tour, si une équipe est victime d’un accident, la course est recommencée immédiatement. » C’est écrit noir sur blanc dans le règlement de l’Union cycliste internationale (PDF, p. 20). Même Florian Rousseau, l’entraîneur des français, reconnaissait après coup : « c’est bien joué. »
4.La ténébreuse affaire de l’aviron

Le 4 août, le duo de rameurs britanniques obtient de redémarrer la finale du deux de couple messieurs après un incident technique. L’incident intervient à l’extrême limite des 100 premiers mètres de course, la zone où demander un deuxième départ est autorisé. Les autres rameurs ont poursuivi leurs efforts pendant 250 mètres, gaspillant beaucoup d’énergie, avant d’être arrêtés par les juges. La course est rejouée, et les Britanniques finissent second, privant les Français d’une médaille de bronze. Un des rameurs français laisse exprimer sa colère par un doigt d’honneur à l’arrivée.

Le mot du procureur
L’incident est survenu à la lisière de la zone autorisée pour demander un deuxième départ. La France a des doutes sur le fait qu’il s’agit d’un simple incident technique, et non d’une erreur d’un des rameurs.
Le directeur technique national (DTN) de l’aviron, Pascal Berrest, expliquait sur RTL : « J’émets une grosse réserve parce qu’on a vu l’entraîneur anglais, on l’a suivi, il était à côté de nous et il a vérifié tout le matériel avant la course. Le matériel était en très bon état, c’est quelqu’un de très pointilleux. Et puis vous savez, quand une roue de coulisse est cassée, cela ne se répare pas comme ça, en deux, trois minutes. Demandez à n’importe quel spécialiste, personne ne peut le faire en aussi peu de temps. »
Parole à la défense
L’arbitre a validé la course, et les commissaires, après avoir visionné la vidéo, ont constaté que l’incident avait bien eu lieu dans les 100 premiers mètres de course. D’après eux, ce n’était pas le fait d’un des rameurs britanniques, mais un simple incident technique.
5. Le match de basket douteux
Le 6 août, l’Espagne laisse filer son dernier match de poule contre le Brésil, encaissant un 14-0 dans les 6 dernières minutes, pour ne pas tomber dans la partie de tableau des Etats-Unis. Conséquence : l’équipe de France tombera sur sa bête noire, alors que si la logique sportive avait été respectée, elle aurait défié le Brésil, un adversaire nettement plus à sa portée.
Le basketteur brésilien Tiago Splitter marque un panier lors du match contre l’Espagne, le 6 août.
Le mot du procureur
Rien, seuls les Français et quelques spectateurs déçus dans la salle de basket s’en sont émus.

Parole à la défense

Le tennisman Tomas Berdych expliquait au Chicago Tribune (lien en anglais) : « C’est le format des compétition qui est en cause. S’il n’y avait que des matchs à élimination directe [comme au tennis], il n’y aurait pas ce genre de problème. »

6. Le Makhloufigate
Cet athlète algérien, qui participe au 800 m et au 1 500 m, a connu une dernière journée assez agitée. Facilement qualifié pour la finale du 1 500 m, il s’est rendu compte trop tard que sa fédération n’avait pas retiré son inscription pour le 800 m. Obligé de s’y rendre sous peine d’être disqualifié des Jeux, il a pris le départ de la course… avant de faire demi-tour, aller voir le concours de saut à la perche, puis finir en marchant. La fédération internationale d’athlétisme l’a dans un premier temps exclu des Jeux pour « manque de combativité », un chef d’accusation qui rappelle celui des joueuses de badminton, avant de le réintégrer. Le coureur algérien Taoufik Makhloufi, qui a tout fait pour être éliminé lors des séries du 800 m, le 6 août.

Le mot du procureur

Le fait que l’IAAF se soit déjugé montre que la faute n’incombe pas à l’athlète, mais plutôt à sa fédération. Makhloufi aurait pu se dispenser de courir le 800 m en présentant un certificat médical bidon, mais ne l’a pas fait

Parole à la défense
Personne ne s’est ému du cas de plusieurs cyclistes sur piste, obligés de faire semblant de participer à la course sur route à cause d’une mauvaise lecture du règlement. C’est à cause de cela que la France n’a aligné que trois coureurs au lieu de quatre lors de l’épreuve en ligne : Michael Bourgain, le dernier sélectionné, devait se concentrer sur l’épreuve de keirin, le 7 août.
7. Et en bonus…
N’oublions pas…
La judokate saoudite qui a combattu tête couverte. Démagogie ou favoritisme minoritaire à l’encontre des règles sportives qui sont les mêmes pour tout le monde. Un(e) athlète qui préfère se passer d’une épreuve sportive plutôt que de sa religion n’a rien à faire au jeux Olympiques. Du moins, selon les règles et valeurs sportives…(là on y est plus). Il y a un temps pour le tatami et un temps pour la mosquée. Comme pour le travail, la religion n’a rien a faire avec le sport. Mais bien sûr dans ce cas là la joueuse ne peut être impliquée dans cette affaire qui est bien au-dessus d’elle. Cela lui a probablement valu de la déstabiliser et de lui faire subir une défaite cuisante.Son foulard s’est envolé dès les premières minutes de son combat.
Le kayakiste néo-zélandais dont la mère était juge de l’épreuve ; des rumeurs de matchs arrangés en boxe (avec, au centre de l’affaire, un mystérieux milliardaire azéri)
Enfin, dans certaines épreuves, un arbitrage vraiment « comme à la maison » pour les athlètes britanniques…

Plus qu’une anecdote

Tony Estanguet élu à la commission des athlètes du CIO     

Publié le 11/08/2012 | 18:04, mis à jour le 11/08/2012 | 18:43

Tony Estanguet élu à la commission des athlètes du CIO

Tony Estanguet au Club France (DR)

Le Français Tony Estanguet, récent triple médaillé d’or olympique de canoë, a été élu ce samedi à la commission des athlètes du CIO. Il en devient membre pour huit ans. Le scrutin s’est tenu du 16 juillet au 8 août parmi les participants aux JO de Londres. Trois autres athlètes ont été élus à ses côtés, la spécialiste slovaque de tir Danka Bartekova, la nageuse zimbabwéenne Kirsty Coventry, le rameur australien James Tomkins.

 

 

Laisser un commentaire

 

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
LIFE&NEWS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | colineetlili
| teledoms
| m00de