Mémoire des hommes 11 novembre 1918- 2013

Posté par ENO filles le 9 novembre 2013

Le lundi 11 novembre 2013 marque le 95e anniversaire de l’Armistice qui mit fin à la Première Guerre mondiale de 14-18.

Une guerre particulièrement meurtrière

La Grande guerre de 1914-1918 avec ses  huit millions de soldats mobilisés, 1,4 millions de « morts pour la France », dont 90 000 soldats parisiens (soit 11,2% des appelés) fut la plus grande épreuve collective que la Nation française eut à traverser durant quatre années. Quatre années marquées par la mort de masse, les souffrances, les immenses destructions matérielles…

Hommage à nos chers disparus

Un site ou vous pourrez peut-être trouver des informations concernant vos morts pour la Guerre

J’y ai trouvé le nom de mon oncle René que je n’ai pas connu, le premier des dix enfants de mon grand-père.

C’est émouvant de retrouver ici son nom et la mention « Mort pour la France »

Pour retrouver l’un des vôtres :

Rendez-vous sur le site Mémoire des hommes

Mémoire des hommes 11 novembre 1918- 2013  dans 11 novembre memoire-des-hommes

Cliquez sur « recherche dans les bases nominatives »

outil-de-recherche-300x129 11 novembre dans 2013

Vous accédez rapidement au nom cherché. Pour moi, le voici

Il s’appelait:

René Eugène GUILHEM

Né(e) le  03-12-1899 à Oran  (Algérie)

Mention « Mort pour la France » le 24 juin 1918… Il avait 19 ans.

C’est triste de mourir si jeune à cause de la bêtise et de folie des Hommes.

1917-rene-guilhem-1 actualité

 carte-postale armistice

Images : En cliquant sur « Visualiser » j’ai trouvé son acte de décès.

archives_f731199r Célébration

 

C’est pour moi l’occasion de lui rendre hommage.  

Tombe de René à Valence2018.06.24-rene-mort-pour-la-france-3 guerre

Comment se souvenir de la Grande Guerre ?

Quels sont les mystères de ce conflit qui a donné naissance au monde moderne ?

À l’occasion des commémorations de la guerre de1914-1918, c’est sans doute l’occasion de partager nos souvenirs de famille et de livrer notre ressenti sur les événements publics d’hier et d’aujourd’hui.

Doit-on célébrer la Première Guerre Mondiale ?

Il appartient à chacun de répondre à cette question.

Oui pour les uns : Il est important d’évoquer nos ancêtres qui se sont battus il y a un siècle pour notre pays, lors de cet horrible conflit qui a influé sur tout le 20ème siècle et sans qui nous ne serions pas là, de se remémorer le courage de ces hommes et de ces femmes qui ont donné leur vie pour notre pays : la France.

« Commémorer c’est se souvenir. Devoir de mémoire pour saluer ceux qui ont servi leur pays et pour ne plus reproduire les erreurs du passé.

On oublie trop souvent aujourd’hui qu’un pays sans souvenirs, sans tradition est un pays sans avenir ». Christophe Roro (article du Figaro)

Pour d’autres,  le moment n’est pas bien choisi : «Je refuse de commémorer une tuerieJe ne pense pas qu’il soit bon de célébrer le commencement d’une guerre. L’armistice de 1918 suffit et son centenaire aura une autre valeur.»

Et pour d’autres encore, « Il n’est pas souhaitable que le président de la République – quel qu’il soit – profite de cette occasion pour se mettre en valeur ou pour redorer son image ».

Certains mettent en cause l’utilité de ces commémorations :

« Il n’est pas question d’oublier nos héros de la 14 ! Je me demande juste à quel moment les cérémonies officielles annuelles en grande pompe doivent prendre fin : après cent ans ? Cent-cinquante ans ? À la disparition du dernier combattant?  Jamais ?

Pour l’Allemagne: « L’armistice de 1918 n’a pas de signification pour les Allemands.  Cette célébration n’est pas inscrite dans la
culture politique fédérale» – Arndt Weinrich, chargé de recherche à l’Institut historique allemand à Paris

Pour les générations comme la mienne qui n’ont pas connu l’horreur de cette guerre – pour la seconde je naissais à peine  -cela permet de relativiser par rapport à la crise que nous traversons. Cela pose la question de l’Europe et de son symbole.

Cette guerre, je n’en connais que ce que me racontaient  ma grand-mère, mon père, mes oncles et mes tantes.

Mais mis à part quelques souvenirs, que reste-t-il concrètement de cette guerre dans les familles ? Je garde précieusement quelques rares  documents conservés par ma famille dont le livret militaire de mon grand-père, celui de mon père et quelques photos de parents dont malheureusement j’ignore le nom.

Je vous livre ici  une lettre très émouvante de mon grand-père à son fils aîné, mort peu de temps après. Il n’avait pas 20 ans et la vie devant lui.

1918.03.08-lettre-de-grand-pere-a-son-1er-fils-rene guerre de 14-18

 

Liens

Historial

Pour la première fois depuis la fin du premier conflit mondial, la Grande Guerre sera commémorée sans témoin : le dernier des combattants, Claude Choules, britannique de naissance, s’est éteint à Perth en Australie, le 5 mai 2011, à l’âge de 110 ans.

Participez à la collecte d’archives

Les Archives de Paris mènent une grande opération de collecte de documents à valeur historique jusqu’à fin septembre 2014.

Cette opération, s’adresse à toute personne détenant des témoignages historiques de la guerre concernant Paris ou des Parisiens sur le front comme à l’arrière, pendant les années de conflit de la Première Guerre Mondiale (1914 – 1918) ou dans l’immédiat après-guerre, souhaitant en faire don aux Archives de Paris.
Cette campagne de collecte est ouverte à tout document écrit original, manuscrit ou dactylographié, ainsi qu’à tout document iconographique, concernant notamment la vie quotidienne. Des numéros de presse écrite pourront compléter les collections des Archives de Paris.
>> En savoir +  

La Grande Collecte : du 9 au 16 novembre, 40 institutions française collecteront également vos archives familiales relatives à la Première Guerre mondiale.
>> En savoir +

Site officiel du Centenaire

le-centenaire-300x205 la grande guerre

 

Diaporamas

 

 

Publié dans 11 novembre, 2013 | Pas de Commentaire »

Vendredi 1er novembre

Posté par ENO filles le 1 novembre 2013

Vendredi 1er novembre dans 2013 77267043_o

Un message de Jean auquel  je m’associe!
« Chers amis , Le 1er novembre est une date qui restera à jamais gravée dans nos mémoires .

Le 1er novembre 1954 , c’était le début de la fin !

Le 1er novembre , c’est aussi la fête de tous les Saints alors que le 2 , c’est le souvenir des morts .

Je sais que chacun d’entre vous aura une pensée pour les êtres chers qui nous ont quittés .

Mais , en tant qu’anciens de l’ENO , je voudrais que nous nous souvenions aussi de tous nos profs et de tous nos copains qui ont disparu mais que nous gardons à jamais au fond de nos cœurs . A vous , François , Antoine , Jean-Claude , Raymond , Daniel , Roger etc…….In mémoriam ! »

 

Moi aussi, j’ai aujourd’hui une pensée pour notre amie Simone, que je n’ai pas pu revoir en 2011 en raison de mon déménagement. Il y a aussi Monique , sitôt retrouvée, sitôt perdue et tant d’autres encore, qui ont partagé avec nous des lieux, des moments tristes et joyeux de notre jeunesse.

J’ai aussi une pensée pour ma famille aujourd’hui disparue, mes grands-parents, mes oncles, mes tantes, mes cousins. Mais d’eux il me reste le plus beau cadeau: mes enfants et leurs enfants.

La vie est ainsi faite. Elle a un début et une fin. Mais l’Amour reste. Et il ne doit pas nous tenir prisonnier mais nous permettre d’exister.

Voici un joli texte qui peut nous aider à surmonter nos chagrins. Nos morts sont dans notre cœur, dans nos souvenirs. Point n’est besoin de tombes et autres cages à nos corps. Il faut laisser leurs âmes s’envoler vers les Cieux.  Quand on aime les personnes avant leur mort on ne peut que les aimer ensuite…

« Quand l’âme n’a plus besoin du corps, elle s’en libère    elle-même.
Elle tue sa chrysalide quand elle sent frissonner ses ailes. »
Abel Gance.

« La vie des morts est de survivre dans l’esprit des vivants » (Cicéron)

Et « Personne ne sait encore si tout ne vit que pour mourir ou ne meurt que pour renaître.
(Marguerite Yourcenar)

« Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps » (Gandhi). Il faut essayer de le cultiver et  l’apprécier. Car celui qui a le plus vécu n’est pas celui qui a compté le plus d’années, mais celui qui a le plus senti la vie.
(J.-J. Rousseau)

« L’amour ne disparaît jamais…la mort n’est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce d’à côté.
Je suis moi et vous êtes vous.
Ce que nous étions les uns pour les autres,
nous le sommes toujours.
Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
Ne changez rien au ton,
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été.
La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.
Elle est ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de votre pensée,
simplement parce que je suis hors de votre vue?
Je vous attends, je ne suis pas loin,
juste de l’autre côté du chemin.
Vous voyez, tout est bien ».

ndlr: Ce texte est tantôt attribué à Charles Peguy et tantôt situé comme un extrait d’une prière   de Saint-Augustin.  Il est probable que Saint-Augustin l’ait repris dans une prière. De fait, il s’agit d’un extrait d’un sermon sur la mort, ‘The King Terrors’, du chanoine  H. Scott Holland, ((1847-1918)) qui aurait été traduit par Charles Peguy.

« Vous avez attribué le même texte, une fois à St Augustin et dessous à Charles Peguy, …
Très belles citations et très beaux textes.
Amitiés » Bernard
J’ai corrigé. Merci à Bernard SD de m’avoir demandé ces précisions. Cela prouve qu’il a bien lu mon article et je l’en remercie.

Bon! Ce texte ne génère pas de commentaires mais des remarques dont je prends note. C’est signe que l’article a été lu. Merci à ceux qui ont demandé des précisions.

Je me suis en effet mal expliquée. Ce n’est pas simple. Je recommence.
Cette prière est fréquemment lue lors d’obsèques. 

On l’attribue à Charles Péguy  (1873-1914)  d’après un texte écrit par  Saint Augustin (354-430). 

Mais en fait, elle aurait  pour origine un sermon sur la mort, prononcé par le chanoine irlandais Henry Scott-Holland (1847-1918) à St Paul’s Cathedral en 1910, pendant l’exposition du corps du Roi Edouard VII à Westminster. 

L’extrait  »Death is nothing at all », qui aurait paraît-il donné lieu au texte français (une traduction de Charles Péguy ?) est parfois intitulé en français  »Ne pleurez pas » 

 A peu de variantes près, c’est le même texte que l’on retrouve un peu partout, et ce serait donc  une traduction du texte anglais.

Il y a de multiples explications sur le WEB. Je ne sais où est la vérité. Mais le texte est beau.
Si vous trouvez mieux je prends. Mais de grâce écrivez en commentaire, c’est plus facile pour moi.

En voici d’autres:

« La mort des êtres chers, c’est un cyclone qui vous aspire, dans lequel vous pouvez vous laisser entrainer et vous y noyer. Il faut s’éloigner du cyclone. Il faut vouloir survivre.

Et c’est en soi, seulement en soi et par soi, qu’on peut décider de vaincre le désespoir de la mort. Par l’action et la pensée, il faut construire des barrages contre ce désespoir, puis se tourner vers les autres, vers la vie …

Etre fidèle à ceux qui sont morts, ce n’est pas s’enfermer dans sa douleur. Il faut continuer à semer ses rêves, à creuser son sillon droit et profond, comme ils l’auraient fait eux mêmes ou comme nous l’aurions fait avec eux et pour eux.

Etre fidèle à ceux qui sont morts, c’est vivre comme ils auraient vécu et les faire vivre en nous. »

Martin GRAY – Le livre de la vie -

Je n’oublierai pas  non plus de vous citer Prévert qui a toujours des mots semblables à des pirouettes.

La vie n’a pas d’âge
La vraie jeunesse ne s’use pas.
On a beau l’appeler souvenir,
On a beau dire qu’elle disparaît,
On a beau dire et vouloir dire que tout s’en va,
Tout ce qui est vrai reste là.
Quand la vérité est laide,
C’est une bien fâcheuse histoire.
Quand la vérité est belle, rien ne ternit son miroir.
Les gens très âgés remontent en enfance
Et leur cœur bat là où il n’y a pas d’autrefois.

Jacques Prévert

 

Publié dans 2013, Célébrations, Fete de la Toussaint | Pas de Commentaire »

 

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
LIFE&NEWS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | colineetlili
| teledoms
| m00de