• Accueil
  • > Recherche : chauffeur bus radiostars

Résultats de votre recherche

Avant-première de « Radiostars »

Posté par ENO filles le 24 mars 2012

Avant-première de

Vendredi 22 mars, j’ai assisté à l’avant-première de « Radiostars », réalisé par Romain Théo Levy, metteur en scène novice mais cinéphile averti,

Romain Lévy

dont c’est la première réalisation bien qu’il ait déjà participé à l’écriture de quelques films dont Les 11 commandements et « Coursier » avec Michaël Youn et également de « Cyprien », la comédie d’Elie Semoun en tant que scénariste, qui traitaient avec humour et tendresse de bons sentiments tels que l’injustice, le mépris mais aussi la gentillesse et la reconnaissance de l’autre.

La jeunesse de l’équipe aussi bien derrière la caméra qu’à l’écran, son langage et son humour très actuels ne seront pas toujours très appréciés des gens de ma génération -il faut s’y faire, c’est notre réalité !!!

léquipe-du-film dans Cinéma

Romain Levy et Mathieu Oullion avouent quelques références pour Radiostars, comme Presque célèbre de Cameron Crowe, mais également Le Lauréat, pour son ambiance, Garden State, pour son ton, et bien sûr le film de radio par excellence, Good morning Vietnam.

« Pour tester la virulence des blagues douteuses dans son film, Romain Levy les a racontées à sa mère… Si elle ne trouvait pas la blague trop méchante ou trop politiquement incorrecte, il la gardait « ! C’est sans doute pour cela que le film reste regardable pour ma génération.

J’ai lu quelque part que le casting et le montage n’ayant pas été aisés, il n’y a pas eu moins de 15 versions différentes du film qui ont nécessité l’aide de nombreux consultants afin de donner une bonne crédibilité à l’histoire. Selon Clovis Cornillac, le jeune metteur en scène a l’air sympa comme ça mais c’est un bosseur qui ne laisse rien au hasard.

- Lu sur Face Book :

« Génial et encore Génial ce film, mille merci pour cette franche partie de rigolade, super film….. à voir et à revoir….. »

« J’étais la hier soir a l’avant première c’etais genial merci pour cette très bonne soirée j’ai trop kiffé !!!!le film était fantastique j’ai trop rigoler j’ai kifé t blague Manu  a la fin du film je te fais un coucou du74!!!!continu com sa tu dechire grav!!!bravo a toute l’equipe du film!!! 

-  mais j’ai passé une bonne soirée, distrayante mais aussi émouvante qui m’a permis de réfléchir et jeter un autre regard sur cette génération un peu difficile à appréhender.

Il y a beaucoup de vécu dans ce film! C’est normal, c’est écrit et réalisé par deux anciens de la radio. Romain Lévy et Mathieu Oullion respectivement réalisateur et scénariste et c’est ainsi qu’ils l’ont voulu. Et le choix de Clovis Cornillac comme animateur n’est pas anodin.

Le film vient justement d’être récompensé au 15e Festival International du Film de Comédie de l’Alpe d’Huez par le Grand Prix du Jury.

affiche-festival-avoriaz-2012

La bande-annonce

Arnold

Pour l’anecdote, il a du après le film se désintoxiquer du tabac : il y apparait avec une cigarette dans quasiment chaque séquence, fumant, pour les besoins du film, 4 paquets par jour… d’où sans doute le chewing gum qu’il a mâché pendant l’interview.

Clovis Cornillac

Pour en savoir plus cliquez sur son portrait.

Clovis-Cornillac

J’avoue que je suis venue à cette avant-première essentiellement pour  justement rencontrer Clovis Cornillac que j’ai remarqué dès le premier film que je l’ai vu dans le délirant « Brice de Nice » ou il campe un simplet au doigt de pied unique et coach de Jean Dujardin que j’ai découvert en même temps. Il s’agissait d’une réflexion sur cette question: « Doit-on rêver sa vie ou vivre ses rêves ? »

affiche-Brice-de-Nice

Vendredi, son accueil envers les spectateurs a été simple, charmant et chaleureux. Il est même resté bavarder un long moment avec eux, dans la rue, devant le cinéma, signant des autographes, prenant des photos avec eux, avec toujours des mots gentils dont j’ai moi aussi bénéficié. Pas de photo avec lui… j’avais oublié mon appareil…

En ce qui concerne son talent il n’en est pas  à son coup d’essai car il a fait ses début  à seulement 15 ans au théâtre et aux côtés de réalisateurs réputés tels que Peter Brook et Alain Françon. Il a été depuis également omniprésent à la télévision.

Clovis-Cornillac-plus-jeune 

« Clovis Cornillac est né le16 août 1967 à Lyon. Dès quatorze ans, Clovis Cornillac quitte la maison familiale pour apprendre le théâtre. Il commence par faire du théâtre de rue, énormément de théâtre subventionné et fait des « castings ». Clovis Cornillac était marié depuis 1994 avec Caroline Proust. Ils ont eu ensemble en 2001 des jumelles: Lili et Alice. Sa nouvelle compagne, avec qui il s’est affiché au Festival de Cannes 2011, est la comédienne Lilou Fogli. » -Wikipedia-

J’ai toujours été séduite – en tout bien tout honneur !!! – par ce comédien au physique de boxeur, toujours en révolte, un attachant voyou au regard d’un bleu intense et plein d’émotion que j’ai retrouvé tel que je l’imaginais.

Il est capable de tout jouer. Comédie,drame, et fonce à chaque fois dans ses rôles. Il a, il faut bien le reconnaitre, une »gueule ».Il aura sa place, j’en suis sûre, dans les mémoires du cinéma français.

Jeune délinquant dans « Hors-la-loi », mari jaloux au sang chaud, jouant souvent les malfrats mais aussi les révoltés, toujours prêt à défendre les faibles où à se défendre lui-même, comme dans « Faubourg 36« . Il n’a pas hésité à interpréter des rôles plus tendres comme « Malabar Princess », plus intimiste dans « La femme de Gilles » ou « Un long dimanche de fiançailles« .

Cet acteur tout-terrain est devenu incontournable dans le paysage cinématographique français et il fait partie de la grande famille de ces nouveaux comédiens qui s’imposent par leur charisme, leur non conformisme et leur capacité à tout jouer. Il n’a pas hésité à prendre des cours de chant pour Faubourg 36 et, pour ce film, d’animateur auprès de son partenaire Manu Payet, ex-animateur de radio.

Un bref aperçu de ses principaux films

1982  Enfant de la balle, Clovis Cornillac débute sa carrière sur les planches à 15 ans aux côtés de metteurs en scène aussi réputés que Peter Brook ou Alain Françon (Une lune pour les déshérités).

Apparaissant pour la première fois au cinéma en jeune délinquant dans Hors-la-loi de Robin Davis, il interprète très tôt des personnages de malfrats (Les Années sandwiches de Pierre Boutron, Il y a maldonne de John Berry).

1998, il tourne La Mère Christain sous la direction de sa mère, la comédienne Myriam Boyer.

S’il multiplie les rôles sur le petit et le grand écran ainsi qu’au théâtre, Clovis Cornillac devra attendre 1998 pour
voir son talent reconnu .

1999 avec Karnaval de Thomas Vincent – un film qui a également révélé Sylvie Testud.

Dans cette histoire d’amour sur fond de carnaval de Dunkerque, il campe un mari jaloux au sang chaud, une prestation qui lui vaut une nomination au César du Meilleur espoir masculin. A l’affiche de nombreux premiers films (Carnages de Delphine Gleize, Vert paradis d’Emmanuel Bourdieu), cet acteur tout-terrain impressionne en transsexuel dans le film de genre Maléfique en 2002.

2004 Comédien au regard intense et au physique de boxeur, activité à laquelle il se destinait étant jeune, Clovis Cornillac est nommé au César du Meilleur second rôle pour sa composition d’attachant voyou dans A la petite semaine de Sam Karmann. Devenu incontournable dans le paysage cinématographique français, il apparaît dans des films aussi différents que Malabar Princess (2004), une tendre chronique qui remporte un beau succès commercial, l’intimiste La Femme de Gilles – sélectionné à Venise -, et la fresque de Jean-Pierre Jeunet, Un long dimanche de fiançailles.

2005  Auréolé d’un « César du Meilleur second rôle » pour son irrésistible composition de footballeur fan de Baudelaire dans Mensonges et trahisons…,

Mensonges-et-trahisons

 il prend part, la même année, au succès de Brice de Nice. Le comédien prouve enfin à la France entière qu’il peut porter de grosses productions. Il obtient son premier rôle tête d’affiche dans les Chevaliers du ciel et incarne le mythique commissaire Valentin des Brigades du tigre avec Edouard Baer, Diane Kruger.

2006 S’imposant aussi bien dans le cinéma d’auteur que dans les grosses productions commerciales, Clovis Cornillac obtient des rôles de tout premier plan allant du pilote de chasse casse-cou des Chevaliers du ciel au commissaire Valentin des Brigades du Tigre en passant par le propriétaire d’une maison hantée dans la comédie disco Poltergay (2006). Après ses prestations très physiques dans Le Serpent et Scorpion, cet acteur de tous les défis continue son ascension vers la gloire en remplaçant Christian Clavier dans le rôle de l’irréductible Gaulois pour la mégaproduction Astérix aux Jeux Olympiques.

2007 Il change à nouveau de registre avec la comédie dramatique et musicale Faubourg 36 de Christophe Barratier. Pour les besoins de son personnage Milou, qui chante et danse sur les planches dans un spectacle haut en couleurs, il prend des cours de chant.

2008 Il poursuit dans le genre dramatique en tournant sous la direction de Claude Chabrol dans Bellamy.

2010 est marquée par sa participation à deux comédies, l’une policière (Protéger et servir) et l’autre romantique (L’ Amour c’est mieux à deux). Cette même année, il se perd même en pleine jungle guyanienne dans 600 kilos d’or pur d’Eric Besnard.

2011 est à nouveau une année des plus chargées pour l’acteur. Enchaînant toujours les films d’action et les comédies populaires, le comédien donne la réplique à Mélanie Laurent dans le sombre thriller Requiem pour une tueuse, avant de jouer un mari qui essaie sans succès d’avoir un enfant avec Olivia Bonamy dans Une folle envie. Il participe également à Monsieur Papa, la première expérience de Kad Merad en tant que réalisateur, et prête sa voix une nouvelle fois aux pingouins de la version française de Happy Feet 2, avant de reprendre les rôles musclés pour le film policier Dans la tourmente, où il partage la scène avec Mathilde Seigner et Yvan Attal.

2012 Sa carrière ne connait définitivement aucun temps mort, puisque cette année, il incarne le charismatique animateur d’une émission radio dans la comédie Radiostars.

Carrière à suivre… peut-être jusqu’aux Oscars, lui aussi.

Le synopsis

Après avoir largement expliqué pourquoi j’aime cet acteur, il est temps que je vous dévoile maintenant l’histoire:

En plein échec professionnel et sentimental, Ben, qui se rêvait comique à New York, est de retour à Paris. Il rencontre Alex, présentateur-vedette du Breakfast-club, le Morning star de la radio. Avec Cyril, un quadra mal assumé, et Arnold, le leader charismatique de la bande, ils font la pluie et le beau temps sur Blast FM. Très vite Ben est engagé : Il écrira pour eux. Alors qu’il a à peine rejoint l’équipe, un raz de marée frappe de plein fouet la station : l’audience du breakfast est en chute libre.

Lieux du Tournage:

*Dans l’histoire:

« C’est en bus qu’ils sillonneront les routes de France pour rencontrer et reconquérir leur public. Pour ces Parisiens arrogants, de ce road trip radiophonique naîtra un véritable parcours initiatique qui bousculera leurs certitudes ». On les aperçois à Limoges où Arnold se fait le défenseur des rêves d’un enfant, face à un père autoritaire et dans d’autres villages de la France profonde où ils rencontrent des succès divers qui les fait monter et descendre dans les sondages.

*Dans la réalité:

Pour faire en sorte que la bande de personnages apparaisse crédible à l’écran, tous les acteurs ont voyagé dans le même minibus pendant toute la durée du tournage. Un bus qui ne passe pas inaperçu.

La promiscuité et les longs trajets ont ainsi permis de resserrer les liens entres les comédiens. Une hilarante chanson est née émaillée de plats cuisinés aux noms inventés, aux sonorités méditerranéennes et au rythme propice à la bonne humeur. Un vrai régal « provençal » à découvrir quand vous irez voir ce film.

Le minibus

Pourrieres17juin2011-013-bus

Le lieu principal: Pourrières dans le Var que l’on aperçoit dans le film.

C’est l’évènement dans la vallée de l’Arc en ce mois de juin 2011….

« Après avoir tourné dans les gorges du Verdon, puis début juin à Châteauneuf-le-Rouge dans un stand de fruits et légumes, situé sur la RD7 à l’entrée du lotissement « La Gavotte », c’est à Pourrières située à 8km de Trets, que s’est installée ce Vendredi 17 juin 2011, toute l’équipe du long métrage de Romain Levy, le metteur en scène pour tourner plusieurs scènes. Le parking du cimetière de la commune varoise avait alors été transformé en aire d’accueil des camions loges et de la cantine; la maison des associations du village en loge à costumes, tandis que le tournage avait lui lieu sur la place principale du village, au pied de l’église et dans les petites rues alentours ».

TournagePourrieres17juin2011-005

presselaprovence18juin2011

 presseAujourdhuiFrance4Aout2011

En savoir plus sur les acteurs:

Les-acteurs

Manu Payet

Manu Payet  joue, on peut dire son propre rôle dans le film puisqu’il joue l’animateur vedette du Breakfast club. « Manu Payet est sûrement l’humoriste qui monte ces dernières années. Originaire de la Réunion, ce jeune animateur radio a bien fait de venir en métropole ! Révélé en 2002 par le Morning de NRJ, ce jeune comique ne va dès lors plus arrêter. De la présentation d’émissions parodiques sur la chaine Comédie, il va enchainer, en 2007, sur un one-man produit par Dominique Farrugia. Après avoir rencontré de grands succès à la radio, la télévision et sur scène, c’est désormais le cinéma qui lui ouvre grand les bras ! Manu Payet va être la voix française de Po, le panda héros de Kung Fu panda et enchaine les films, dont « Coco », avec Gad Elmaleh, « L’Amour, c’est mieux à deux » et aujourd’hui  « Radiostars » » Dans ce film il retrouve Clovis Cornillac une seconde fois. Et si Clovis Cornillac aide les débutants dans ce film, Manu lui va aider Clovis à jouer le plus justement possible son rôle d’animateur radio et il lui donne un conseil que l’acteur va suivre un peu avec réticence au début : écouter sa voix dans un casque  afin d’en avoir le retour dans ses propres oreilles » chose que chacun de nous déteste (quand vous écoutez votre voix dans un répondeur ou un magnétophone n’avez-vous pas le sentiment d’écouter quelqu’un d’autre). Cela l’a aidé à construire son personnage. Il l’a reconnu devant nous.

 et les autres…

 Il y a Cyril joué par Pascal Demolon une vrai gueule, un vrai caractère. Et Ben campé par Douglas Attal (fils d’Alain, le producteur du film.). Et il ne faut pas négliger la prestation de Côme Levin dans le rôle de Jérémy le bègue…. « Ouais imaginez un peu un bègue en radio ! Des belles anecdotes et situations à ne pas rater! »… Et je n’oublie pas le chauffeur du bus, personnage énigmatique sur lequel vous vous poserez autant de questions que les acteurs eux-mêmes. Mais pour cela il faut voir le film…

A ne pas rater!

Cette joyeuse bande nous fait bien rire. C’est léger et ça fait du bien! 

Sortie le 12 avril

Et pour les Parisiens :

Vous pouvez encore tenter de gagner des invitations pour l’avant-première de Radiostars, le 10 avril au Grand Rex en vous inscrivant ici

 

 

Publié dans 2012, Cinéma | Pas de Commentaires »

 

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
LIFE&NEWS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | colineetlili
| teledoms
| m00de