Résultats de votre recherche

1er janvier 2013 Merci pour vos voeux

Posté par ENO filles le 31 décembre 2012

Des cybercartes comme s’il en pleuvait. Mais pas que…. Alors moi aussi je m’y mets.

1er janvier 2013 Merci pour vos voeux dans 2013 merci-pour-vos-voeux1-300x182Non, ce n’était pas
la fin du monde.
La vie continue.
A tous mes amis
je souhaite ici
une magnifique
année
2013

 

 

Les voeux de Josette

josette-pastor-300x221 1er janvier 2013 dans Fêtes

Tous mes voeux.
Bises Josette

Les voeux de Dany et Gilbert Freyre

danyetgilbertfreyre-300x188 nouvel an 2013 dans Noël

 

Les voeux de Michèle et Karel

FELIZ NATAL E PRÓSPERO ANO NOVO
MERRY CHRISTMAS & HAPPY NEW YEAR
FRÖHLICHE WEIHNACHTEN UND EIN GUTES NEUES JAHR
JOYEUX NOEL ET BONNE ANNÉE
FELIZ NAVIDAD Y PRÓSPERO AÑO NUEVO
PRETTIGE KERSTDAGEN EN GELUKKIG  NIEUWJAAR
michele-et-karel-300x215 voeux dans Nouvelle année

Les voeux de Catherine et Pierre

catherine-et-pierre-300x185

Un petit mot pour vous souhaiter de

BONNES FETES .
Bises de caty et pierre

 Les voeux de Sabine

carte-de-noel-sabine-300x180

Et ceux de note ami Robert

joyeux-noel-rrodriguez

Les voeux de Mam’zellz Cussac

mlle-cussac-300x300

« Et pour terminer des voeux que seuls les Oranais(e)s ou du moins, une partie d’entre eux, comprendront

Quant aux ôtres, buéno, il serait temps qu’ils s’y mettent. »

 

voeux-dune-oranaise

« A tous mes ami(e)s et parents Pieds-Noirs qui eux savent ce que veut dire ce charabia !!!

Je transmets tel que je les ai reçus de notre ami Papy qui compte, qui lui aussi les a reçus d’une amie Oranaise.
Bon, je n’ai pas tout compris moi non plus mais comme cela vient d’une Oranaise, alors mon cœur comme le sien est ouvert à tout !
Bonne année et bisous
Qu’est-c’ que j’dirais pas pour vous rendre à tous heureux,
Ou alors vous donner une calbote amicale,
Que ça va sûr’ment pas vous faire beaucoup de mal,
A vous tous, les calvos, les lagagnosos et les mocosos,
Ceux qui allaient s’ taper le bain au « pharo »
Aux bouffeurs de cocas, mantecaos, zlabias,
Rollicos, monas, makrouds, calentica,
Ceux qui dégustaient les brochettes à Cap Falcon,
A ceux qui tapaient cinq, et à tous les falsos,
Aux buveurs d’anisette, avec bien sûr la kémia,
A ceux qui allaient de Kristel à Aïn el turck,
A tous les traga lapas mentant comme des voleurs,
A tous ceux qui ont fait aux autres le bras d’honneur,
Et à ceux qui trichaient sans arrêt au tchic-tchic,
Qui se vantaient d’leur gros? cigar’ de Mascara,
Ceux qui tiraient le fer au carreau, aux kilos,
A tous ceux qui tapaient la belote ou la brisca,
Et à ceux qui jouaient aux pignols et au tas,
Ceux qui ont fait, les pôvr’s, figa ou tchoufa,
Quand ils partaient on aurait dit qu’ils revenaient,
Aux anciens de Gambetta ou de Saint Eugène,
A ceux des écoles Ardaillon , Lamoriciere ,
A tous les amis de notre ancien  » paradis « ,
De notre beau pays, … alors, à tous ceux-là,
En pensant que j’aimerais qu’ils soient toujours là,
Je souhait’ que 2013 vous apport’ le bonheur,
Et surtout qu’ la santé ell’ vous laisse pas tomber.
Et que le bon Dieu y te lallonge…………………. »
Joyeux réveillon.
Grosses bises sous le gui, si vous en avez.
Pour moi ce sera bouillon de légumes assaisonné aux antibiotiques.
bouillon-de-minuit
Et tête dans les étoiles…
Mais …
Demain sera un autre jour…

Demain sera une autre année…

A commencer d’abord.

 

 

gif:animé ,bonne année

Publié dans 2013, Fêtes, Noël, Nouvelle année | Pas de Commentaires »

Calendrier de l’Avent 23e jour – La Nativité italienne: Naples et ses santons

Posté par ENO filles le 23 décembre 2012

Calendrier de l'Avent 23e jour - La Nativité italienne: Naples et ses santons dans 2012 23-24-decDemain c’est la grande nuit de Noël.

Les santons sont dans la crèche, attendant la venue de Jésus.

Mais à Naples, depuis quatre siècles, les santons prennent un autre visage.

NAPLES ET SES SANTONS

La crèche napolitaine (en italien : presepe napoletano) est une tradition artisanale de la représentation de la Nativité qui se perpétue depuis plusieurs siècles durant la période de Noël dans la ville de Naples. Plus qu’un artisanat, c’est un art véritable mis en scène chaque année au mois de décembre dans les rues de la ville et axé autour de la Feria di San Gregorio Armeno, marché de Noël des santons. Jusqu’alors confinée et présentée dans les édifices religieux, elle devient un phénomène de société et connaît son âge d’or au XVIIIe siècle.

La crèche napolitaine met en scène, depuis quatre siècles, les habitants de Naples. Laissez vous transporter par cette atmosphère magique, mêlant art populaire et convivialité, traditions et festivités.

De nos jours

img1 dans Avent 

La crèche a été et reste un véhicule d’identification de la « gente napoletana » et ce réalisme précurseur a influencé diverses représentations théâtrales et productions cinématographiques napolitaines.

Étalage de santons, via San Gregorio Armeno.

Des santons adaptés à l’actualité

la crèche napolitaine est très réactive

Les fabricants de santons de Naples (sud de l’Italie), réputés pour leur rapidité et leur capacité d’adaptation aux sujets d’actualité,

Dans la pittoresque via San Gregorio Armeno du centre historique de Naples sont présentes des expositions permanentes et ateliers d’artisans qui produisent encore des santons représentant souvent des personnalités de notre époque.

 

img2 dans Fêtes

Ils ont vite saisi l’Actualité et Dans l’échoppe artisanale Di Virgilio on a vu fleurir  les figurines de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni une valise à la main, emmenant leur bébé, Giulia, sous le bras, ainsi qu’un François Hollande faisant le V de la victoire.

Face à la crise, les santons de Naples ne savent pas à quel saint se vouer
Ses santons sont renommés dans le monde entier, mais les artisans de la Via San Gregorio Armeno de Naples craignent le pire : la crise économique actuelle risque de faire disparaître leurs fragiles entreprises familiales.
 Un contexte défavorable qui frappe d’autant plus les fabricants de santons que ces derniers sont confrontés à la concurrence féroce des santons produits en masse en Chine à des prix cassés.

Les traditionnelles statuettes en terre cuite de Luciano Capuano, peintes à la main et habillées de vêtements en soie et en satin, coûtent jusqu’à 500 euros alors que ses concurrents offrent des articles de bien moindre qualité à partir de 20 euros.

Pour survivre, Marco Ferrigno, un artisan s’est lancé dans la fabrication de figurines de personnages célèbres, de Michael Jackson à Maradona.

« À côté des figurines traditionnelles de la Nativité, nous avons maintenant des stars de la chanson, du football et de la politique, et même le pape ! »

« C’est très surprenant de retrouver l’un à côté de l’autre, les santons d’une authentique « mamma » en train de préparer des spaghettis et d’une Sainte vierge, mais cela résume bien les napolitains : à la fois pieux et chaleureux » Catherine LEBRAY, spécialiste Italie

Beaucoup d’artisans ne sont cependant pas convaincus par ce nouveau marché, qu’ils accusent de galvauder la qualité artistique des santons traditionnels.

 « Naples est l’une des plus belles villes du monde, mais elle souffre de la corruption, de la criminalité, de la crise des ordures », observe Genny Di Virgilio.

« Les santons sont la seule chose qui marche… mais pour combien de temps encore ? »

LA RUE DES CRÈCHES A NAPLES

img3-la-rue-des-creches dans Nativité

Dans le plus vieux quartier de Naples, Via San Gregorio Armeno,

une foison d’artisans,tous très talentueux, exposent et vendent leurs santons (pastori) et leurs crèches.

 

Cette rue est aussi composée de nombreuses boutiques que vous pouvez visiter toute l’année pour y acquérir de vrais chefs-d’œuvre. Mais à Noël, l’atmosphère devient magique. Toutes les boutiques sont ouvertes. Vous y trouvez toute sorte de décoration pour la réalisation de votre crèche: des maisons en liège et en carton de différentes tailles, certains objets mécaniques qui fonctionnent à l’électricité, un moulin à vent, une fontaine, des cascades et bien sûr l’éclairage même de cette crèche, les santons traditionnels en terre cuite peints entièrement à la main, tel que les bergers et le Pasteur, la lavandière, le poissonnier, le chasseur… etc…. Tout comme les santons de Provence, chacun d’entre eux à une histoire. Et en plus, chaque année, de nouveaux personnages sortent de la fantaisie de ses artistes artisans. Personnages fameux de la politique (Berlusconi !) du cinéma, personnages qui ont fait l’actualité.

Peut être cette année y trouverez vous « Barak Obama » en roi mage? j’ai entendu dire que M. Sarkosi a déjà sa petite statue !!!

La rue des santons à Naples

Des images des rues de Naples : de belles photos de

NAPLES ET SES SANTONS – Crèche d’ amorasterix

cliquez sur le lien ci-dessus

Des vidéos a voir sur youtube.com

Presepi: « Le Luci di San Gregorio Armeno »

Naples Les santons de Naples et les crèches de Noël

En savoir plus

Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Presepe napoletano »

De l’origine à la fin du XVIIe siècle

img4-figurines-de-bois dans Noël

Figures en bois, (Bayerisches Nationalmuseum).

img5-les-rois-mages

Les rois mages d’une crèche exposée au Palais de Caserte.

La première crèche à Naples est mentionnée dans un document qui évoque une crèche dans l’église de Santa Maria del presepe en 1205.

À Amalfi, selon divers fonds, en 1324 existait déjà la cappella del presepe di casa d’Alagni (chapelle de la crèche de la maison d’Alagni). En 1340, la reine Sancha (épouse de Robert Ier de Naples) offrit aux Clarisses une crèche pour leur nouvelle église de laquelle a survécu la statue de la Vierge aujourd’hui conservée au musée de San Martino.

D’autres exemples remontent en 1478, avec une crèche de Pietro et Giovanni Alemanno de laquelle nous sont parvenues douze statues, et la crèche de marbre de 1475 d’Antonio Rossellino, visible à Sant’Anna dei Lombardi. Au XVe siècle, apparaissent les premiers sculpteurs de figures ; parmi eux, les frères Pietro et Giovanni Alemanno qui en 1470 créèrent les sculptures en bois pour la représentation de la Nativité. En 1507, le Lombard Pietro Belverte sculpta à Naples 28 statues pour les frères de San Dominico Maggiore. Pour la première fois, la crèche fut adaptée à une grotte de pierre enrichie d’une taverne. L’année 1532 enregistra des nouveautés ; Domenico Impicciati fut probablement le premier à réaliser des statuettes en terracotta à usage privé en s’inspirant de personnages de la cour aragonaise. En 1534, arriva à Naples, San Gaetano de Thiene qui œuvra pour la crèche à Santa Maria Maggiore à Rome. L’habileté de Gaetano accrut la popularité de la crèche et particulièrement appréciée fut celle construite dans l’hôpital des Incurables.
On doit aux
pères Piaristes dans les premières décennies du XVIe siècle, la crèche baroque. Les statuettes furent remplacées par des mannequins articulés de bois revêtus d’étoffes. Les tout premiers mannequins napolitains étaient de grandeur humaine. La crèche la plus fameuse fut réalisée en 1627 par les piaristes à la Duchessa. L’église des piaristes la démontait chaque année pour la remonter le Noël suivant : ce fut une autre innovation car jusqu’alors les crèches étaient fixes. En 1640, grâce à Michele Perrone, les mannequins conservèrent tête et membres de bois, mais ils furent réalisés avec une armature en fil de fer revêtu d’étoupe qui donna aux statues une allure plus plastique.

Vers la fin du XVIIe siècle, naquit la théâtralité de la crèche napolitaine, où l’on commença à mélanger le sacré (Sainte Famille, l’Adoration des bergers et des mages) et le profane avec des personnages de la vie quotidienne.

Âge d’or du XVIIIe siècle

img6-sainte-famille-du-xviiie-siecle

Sainte Famille du XVIIIe siècle.

 img7-figurine-napolitaine-dune-creche-du-xixe-siecle

Figurine napolitaine d’une crèche du XIXe siècle.

Au XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle, la réalisation de crèche connut un véritable engouement et devint aussi le passe-temps favori de la haute aristocratie et de la bourgeoisie napolitaine qui rivalisèrent d’imagination pour aménager des scénographies toujours plus recherchées. Les crèches devinrent plus profanes et les plus importantes comptèrent plusieurs centaines de sujets qui envahirent les salles et les terrasses des maisons et des palais napolitains. Le roi Charles III et son épouse y consacraient, raconte-t-on, leur temps libre. Cette passion pour la crèche à Naples suscita une telle frénésie collective qu’elle entraîna les meilleurs artistes du siècle dans la réalisation de figures parmi lesquels les sculpteurs Matteo Bottiglieri, Lorenzo et Dominico Vaccaro, et sans doute le plus grand sculpteur napolitain du XVIIIe siècle, Giuseppe Sanmartino.

À cette époque, les guides de voyage[1] pour étrangers vantent (ou critiquent) l’exubérance des Napolitains pour les crèches. L’attention des voyageurs est portée non pas sur les crèches présentées dans les églises mais sur celles que composent à grands frais les particuliers, nobles et aristocrates. Elles sont exposées dans leurs habitats où chacun peut venir les visiter durant la période de Noël.

Les Santons

Les figurines (appelées pastori en italien), d’une hauteur qui varie de 25 cm à 45 cm, ont un visage modelé en terre cuite (et non plus en bois) avec des yeux en verre. Les membres sont articulés en bois travaillé. Le corps est réalisé en fil de fer et étoupe, elle-même recouverte par les vêtements. Outre le soin apporté à leurs habits, ces figurines sont caractérisées par une expression très réaliste.

Le Décor

Son illusion de paysage en profondeur résulte d’un savant mélange de l’art de la perspective et celui du clair-obscur. Il est meublé de marchés, de ponts, d’églises, de fours, de rivières… Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, suite aux fouilles archéologiques entreprises par le roi Charles III à Pompéi et Herculanum, la traditionnelle grotte est remplacée progressivement par un décor de vestiges avec colonnes romaines. Puis, le registre des sujets s’éloignent des textes de l’Évangile : on y intègre des scènes empruntées à la vie quotidienne avec des personnages comme la jeune Procidiènne, le noble, le paysan, le goitreux ou l’enflé, le tavernier avec joueurs de mourre, les banqueteurs, marmaille, savetiers, marchand de tellines, joueurs de musette, de cor… La représentation des denrées alimentaires et des animaux est aussi documentée avec beaucoup de précisions.

Collections

Une des collections les plus importantes de crèche napolitaine dans le monde se trouve au Bayerisches Nationalmuseum à Munich. La majeure partie de la collection provient de la collection privée de Max Schmederer. De nombreuses crèches napolitaines se trouvent également au musée San Martino avec peut être la plus célèbre des crèches baroque-rococo, dite « de Cuciniello », léguée au musée en 1879, puis la collection Perrone constituée de santons entièrement en terre cuite sculptée par les plus fameux artistes napolitains de l’âge d’or. Sont aussi exposées la crèche Ricciardi centrée sur l’Adoration des mages, la crèche Sartorius en sucre représentant un temple païen à Paestum, la délicate crèche en corail, argent et cuivre témoin du savoir-faire des artisans siciliens de Trapani au XVIIIe siècle et une microscopique crèche modelée en stuc dans une coquille d’œuf offerte en 1942 par De Renzis di Montanaro.

 

 

 

 

Publié dans 2012, Avent, Fêtes, Nativité, Noël | Pas de Commentaires »

22 Décembre 2012: la vie, c’est fini?

Posté par ENO filles le 22 décembre 2012

 22 Décembre 2012: la vie, c'est fini? dans 2012 21qu-allez-vous-faire-le-21-decembre 21 decembre 2012 dans Fin du monde

Et non!

Vous êtes toujours là?

Si vous lisez cet article c’est que rien n’est fini. La vie continue, plus ou moins compliquée, plus ou moins cahoteuse.

Voilà ce qui aurait pu arriver!

Selon le calendrier maya, l’apocalypse est prévue le 21 décembre 2012. Attaque nucléaire, pandémie, tsunami… Tour d’horizon des catastrophes déjà mises en scène sur grand écran. Tous les scenari i ou scenarios ont été envisagés pour le plus grand bonheur des amateurs de SF. Et avec les moyens actuels du cinéma, on ne pourrait imaginer plus réaliste.

« 2012″, année de la loose

2012 calendrier maya

- Le scénario possible : Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d’individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés…

- Comment on s’en sort ? Apprenez à piloter car seul un avion vous permettra d’échapper aux énormes crevasses qui finiront par engloutir la surface de la Terre.

Quelle fin du monde au cinéma vous semble la plus crédible ? Petit quiz… Quelle fin du monde au cinéma vous a semblé la plus réaliste ?

Choisissez entre tous les films qui ont traité ce sujet. En voici quelques-uns.

 

« 2012″,

« Le Jour d’après »,

« Contagion »…

La fin du monde

Réfugiés climatiques

Melancholia

Choc existentiel

N’importe quoi

Pollution

Non non non de non

Fin d’un monde ou d’une réalité alternative.

L’Armée des 12 singes

La fin du monde au cinéma

Quelle est l’origine de la prédiction indiquant que le monde prendra fin en décembre 2012 ?

 fin du monde

L’histoire a commencé avec des déclarations disant que Nibiru, une prétendue planète découverte par les Sumériens, se dirigeait vers la Terre. Zecharia Sitchin, qui écrivait des romans sur l’ancienne civilisation mésopotamienne de Sumer, a affirmé dans plusieurs livres (par exemple, « La douzième planète », publié en 1976) qu’il avait trouvé et traduit des documents Sumériens qui permettaient d’identifier la planète Nibiru, orbitant autour du Soleil tous les 3600 ans. Ces fables Sumériennes comportent des histoires d’”anciens astronautes ” d’une civilisation extra-terrestre appelée Anunnaki visitant la Terre.

Ensuite, Nancy Lieder, une « psychique » autoproclamée, prétendant qu’elle était capable de recevoir les messages de ces extra-terrestres, ( Démons ) écrivit sur son site Zetatalk que les habitants d’une planète en orbite autour de l’étoile Zeta Reticuli, l’avait mise en garde des dangers que la planète X/Nibiru faisait courir à la Terre. Cette catastrophe était initialement prévue pour mai 2003, mais quand rien n’arriva, le jugement dernier fut déplacé à décembre 2012. Ce n’est que récemment que ces deux fables ont été liées à la fin du calendrier Maya et au solstice d’hiver de 2012 – d’où les prévisions pessimistes sur la date du 21 décembre 2012.

Le calendrier maya

calendrier-maya 

C’était un calendrier comportant différents cycles utilisés  soit séparément, soit de manière concomitante.
Le calendrier maya le plus important concernant la fin du monde est le tzolk’in, à caractère divinatoire et religieux.

L’origine de ce calendrier est obscure. Une des théories les plus répandues est qu’elle est à peu près équivalente aux neuf mois de la grossesse chez l’être humain.

Certains mayanistes et courants du New Age, dont les mouvances millénaristes, prédisent des changements radicaux voire la fin du monde pour 2012 en se basant sur le Tzolk’in, la situant généralement plus précisément le 21 décembre. Cette date correspond à la fin d’un cycle du calendrier maya et marquerait, selon les partisans de la théorie, soit la fin du monde, soit, au contraire, un changement dans la conscience mondiale et le début d’un nouvel âge.

Les partisans de la théorie affirmaient que le compte long maya se terminerait le vendredi 21 décembre 2012.

Cependant, cette date ne correspond qu’à la fin d’un cycle commencé, selon la corrélation GMT (du nom de ses auteurs, Goodman, Martínez Hernández et Thompson), à 0.0.0.0.0 le 11 août 3114 av JC, à la fin duquel le temps n’est pas censé s’arrêter. En effet, aucune source maya n’annonce une quelconque destruction, ni de l’univers ni de l’humanité, à la fin de ce cycle ; la seule inscription qui fait peut-être référence à cette date, extraite du monument 6 de Tortuguero, n’est pas entièrement lisible et son interprétation n’est pas claire. De plus, le début de ce cycle ne correspond pas non plus à la date de la création du monde pour les Mayas, puisque certains textes mythologiques font référence à des dates antérieures.

Cette prophétie est rejetée par la plupart des scientifiques pour son caractère mystique et pseudo-scientifique.

22

« La prophétie annonçant la fin du monde en 2012 est basée sur une faute de calcul.

En réalité, la date annoncée est 2220 (208 ans apres) », ont déclaré des scientifiques dans le numéro de novembre de la revue NWT (Natuurwetenschap & Techniek). En tapant la date 2012 sur Google, on obtient des millions de résultats dont la plupart traitent de la fin du monde ou de l’aube d’une nouvelle période spirituelle.

Les alarmistes se sont basés sur le calendrier Maya qui s’arrêterait le 21 décembre 2012, et en ont déduit qu’à cette date ce serait la fin du monde. Toujours selon NWT, une recherche récente d’archéologues, d’astronomes et de scientifiques a démontré que cette date est fantaisiste car le calendrier des Mayas se termine deux siècles plus tard »

Bon pour le tourisme. Saul Martin Ancona Salazr, Directeur du Département du tourisme de l’Etat du Yucutan

avait déclaré: « La date du 21 décembre 2012 n’est pas celle de la fin du monde. Elle n’est que la fin d’un cycle dans la calendrier maya, et lorsqu’elle sera effective, un nouveau cycle commencera. « Salzar a ajouté qu’une série d’activités seront organisées, destinées à fournir une compréhension scientifique et approfondie de la culture maya. Alors en attendant…

 (c) Eric Seguinot

2

013

C’est juste

 le début d’une nouvelle

ère.Alors, Bonne continuation

et Heureuse Vie à tous!Joyeux Noël

et

Bonne

Année …

 

 

 

 

 

 

Publié dans 2012, Fin du monde, Non classé | Pas de Commentaires »

Calendrier de l’Avent 15e jour – A l’origine était la carte de Noël

Posté par ENO filles le 15 décembre 2012

Calendrier de l'Avent 15e jour - A l'origine était la carte de Noël dans 2012 15A l’origine était la carte de Noël…

La tradition d’envoyer ses souhaits à l’occasion de la nouvelle année sur une carte de vœux est née en Grande-Bretagne en 1840 avec l’apparition du premier timbre-poste qui facilita grandement l’échange de courriers

C’est  la découverte du procédé de lithographie qui popularisa l’envoi des cartes de Noël :

cartes en couleurs décorées de gui, de houx, de crèches, de sapins enneigés.

durant la période de l’Avent il était d’usage d’envoyer une  carte  de Noël  pour souhaiter un Joyeux Noël à son entourage, mais aussi à l’occasion cela pouvait  également à envoyer ses vœux pour la nouvelle année.

La coutume anglaise d’envoyer une « carte de Christmas » se répand  rapidement dans toute l’Europe, et en France cette pratique devient  de bon ton

Tandis  qu’en Angleterre et dans d’autres pays la Carte de Noël  fut vite remplacée par la carte de vœux pour souhaiter la nouvelle année.

En voici un florilège, hélas très exhaustif, en raison de la limitation de taille imposée pour les diaporamas.

img-titre1-300x160 2012 dans Avent

Peut-être en possédez vous de plus rares encore. Il existe un véritable marché de la carte de Noël qui fait le bonheur des collectionneurs.

Je stocke depuis longtemps dans une boite presque toutes celles que j’ai reçues.

Retrouvez-la sur le volet 7 en cliquant sur le volet 7 : Jeudi 31 décembre 2009 Faites la fête

Coffret souvenirs, mes cartes de voeux

C’est pour cela que ces cartes de Joyeux Noël se font de plus en plus rares. Vous pouvez en envoyer de virtuelles sur les nombreux sites spécialisés mais il est rare que l’on en envoie deux.

Il existait en France une coutume ancestrale aujourd’hui tombée en désuétude et remplacée par  la tradition des étrennes offertes lors des visites du nouvel an.

Ces visites qui suivaient le 1er janvier pendant une quinzaine de jours, étaient destinées à l’entourage proche, famille et amis, mais aussi à ses collègues de travail, à son patron, et même aux familles pauvres ou aux malades dont on voulait embellir ces jours festifs par des dons et des marques d’amitié.

Cependant cet usage attesté par des manuels de savoir-vivre du début du XXème siècle

Fut  perçu comme très contraignant par beaucoup de gens et se limita à un passage éclair au domicile et la remise d’une carte de visite. On finit vers les années 30 par les agrémenter de vœux sur des bristols décorés plus agréables.

Cela remplacement rapidement la  coutume ancestrale de l’envoi de lettres de vœux pour  la nouvelle année Cela servait de prétexte pour renouer des amitiés distendues, ou se rappeler au bon souvenir de connaissances éloignées.

La carte de vœux telle que nous la connaissons aujourd’hui, c’est-à-dire illustrée et comportant une mention de souhaits, devint peu à peu la meilleure alliée de ces deux pratiques.

Joyeux-Noel cartes de noel dans Cartes de voeux

 

 

 

Publié dans 2012, Avent, Cartes de voeux, Fêtes, Noël | Pas de Commentaires »

Calendrier de l’avent 13e jour – Les cadeaux de Noël

Posté par ENO filles le 13 décembre 2012

Calendrier de l’avent 13e jour - Les cadeaux de Noël  dans 2012 13-14

 

« Sapin, guirlandes et bonne humeur, bûche glacée et gros cadeaux, Noël va arriver.

Peut-être va-t-il neiger… »

  cadeau_11 avent dans Avent

 

Noël arrive, ce JoyeuxNoël, ce Sacré Noël,

Avec des cadeauxp lein les bras,

Qui réchauffent nos cœurs et apportent la joie.

 

Jour des plus beaux souvenirs,

Plus beau jour de l’année.

« Sans les cadeaux,

Noël ne serait pas Noël » Louisa May Alcott.

« Noël, c’est la veille, c’est l’attente. » Georges Dor

-nom prédestiné - dors petit enfant,

Et les cadeaux viendront.

 

« Le cadeau, c’est comme la caresse :

Il faut le renouveler, on ne s’en lasse pas ».

 

Mais qu’est-ce que le cadeau ?

Cadeau utile

Cadeau futile

Tout dépend de celui qui le reçoit.

 

Ainsi, Noël ne serait pas Noël sans les cadeaux ?

On les espère mais aussi on les redoute.

On a peur de ne pas être récompensé, de ne pas les mériter :

pauvres petits enfants à qui l’on répète qu’ils « doivent

« être bien sages et bien travailler à l’école! » sinon !!!

 cadeau062 cadeau dans Cadeaux

Les espagnols vont plus loin : les enfants pas sages reçoivent en guise de cadeau…

Un morceau de charbon !

Rassurez-vous il est sucré… et bon à croquer.

Et puis « Noël est la seule fête où les enfants reçoivent des cadeaux sans être obligés de dire merci. » Daniel Marchiolli

Alors la lettre au Père Noël est faite pour ça aussi et notre grand Tino Rossi l’a rendue éternelle avec son « Petit papa Noël »

Écoutez- la bien, encore une fois  et chantez-la avec lui

 

C’est la belle nuit de Noël
La neige étend son manteau blanc
Et les yeux levés vers le ciel
À genoux, les petits enfants
Avant de fermer les paupières
Font une dernière prière.
refrain
Petit papa Noël
Quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier.
Mais avant de partir
Il faudra bien te couvrir
Dehors tu vas avoir si froid
C’est un peu à cause de moi.

2. Le marchand de sable est passé
Les enfants vont faire dodo
Et tu vas pouvoir commencer
Avec ta hotte sur le dos
Au son des cloches des églises
Ta distribution de surprises.

refrain
3. Il me tarde que le jour se lève
Pour voir si tu m’as apporté
Tous les beaux joujoux que je vois en rêve
Et que je t’ai commandés

refrain
4. Et quand tu seras sur ton beau nuage
Viens d’abord sur notre maison
Je n’ai pas été tous les jours très sage
Mais j’en demande pardon

refrain

 

Mais où est-il ce Noël d’antan et les cadeaux qui venaient du cœur et non des magasins?

« Nous faisons plus facilement cadeau de notre bourse  que de notre cœur »

La gratitude, c’est ne pas voir le cadeau, mais d’abord celui qui l’offre.

« L’amour se passe de cadeaux, mais pas de présence. »

L’amitié, l’amour, demandent beaucoup d’efforts, d’attention, de constance, et exigent surtout de savoir offrir ce que l’on a de plus cher dans la vie : du temps !

Tu me consacres du temps, c’est le plus généreux de tous les cadeaux.

Personne ne peut m’offrir de plus beau cadeau que celui de me sentir aimée.

La compréhension est le plus grand cadeau qu’un être humain puisse faire à un autre.

Et c’est aussi valable pour les grands.

« Celui qui n’a pas Noël dans le cœur ne le trouvera jamais au pied d’un arbre. » Roy Lemon Smith

 

Les cadeaux c’est d’abord un rêve.

Que fait- on quand un cadeau nous déçoit?

Pour l’enfant pas question de le rendre au père Noël.

Mais pour les grands, pas de scrupules! Il y a même des sociétés qui se chargent de les reprendre, de les échanger, de les vendre.

 

Mais il y a cadeau et cadeau.

La notion de cadeau est tellement large que bien des textes les célèbrent et aussi les critiquent.

Comment définir le cadeau ?

On dit  » c’est un cadeau du Ciel » mais aussi  » tu n’es pas un cadeau »

Benjamin Franklin nous rassure : « Quand on a bonne conscience, c’est Noël en permanence.»

Quels sont les cadeaux de notre siècle ?

Les plus à la mode ?

Les plus demandés ?

Les plus chics ?

Les plus chocs ?

Le high tech est bien sur au hit parade des plus convoités.

Et si le luxe s’en mêle, voici ce que ça donne.

Pas d’image de présentation pour vous laisser la surprise. Cliquez sur le titre.

 

fichier pps Cadeaux extraordinaires

 

En tant que parfaite jeckette, j’adore … On ne se refait pas.

« L’agréable, dans les cadeaux d’argent qu’on reçoit pour Noël, c’est qu’ils sont si faciles à échanger »

Un cadeau qui ne peut pas être jeté n’est pas un cadeau mais un piège.

Alors soyez prudents avec les cadeaux, prenez du temps, choisissez-les avec attention, en pensant simultanément à ceux à qui vous les offrez et à vous aussi. Car faire un cadeau doit être un plaisir partagé.

Où acheter les cadeaux quand l’âge est arrivé,

Où le Père Noël, désintéressé,

Nous abandonne aux mains de la réalité ?

« Pourquoi Noël arrive-t-il toujours quand les magasins sont bondés ? » gémit Paulo Vincente

Et la journaliste britannique Katharine Whitehorn de préciser  « D’un point de vue purement commercial, si Noël n’existait pas il faudrait l’inventer. »

Donc voici le mien,, en tête de liste

clio cadeaux dans Fêtes

Petit Papa Noël, fais quelque chose pour moi…

Il pleut…

Il fait froid…

Et c’est dur

Sans voiture.

Je serai sage, raisonnable,

Et concentrée au volant,

Pour mieux me protéger,

De ceux qui n’le sont pas.

Les erreurs à ne pas commettre

Voici la plus courante

« La plus grande surprise du matin de Noël c’est de lire : “piles non fournies” sur l’emballage»

- et ne dites pas que cela ne vous est jamais arrivé !

 

Liens

http://noel.momes.net/cadeaux-de-noel/

 

 

 

 

Publié dans 2012, Avent, Cadeaux, Fêtes, Noël | Pas de Commentaires »

Calendrier de l’Avent 12e jour « Pas gentil pas d’chocolat »

Posté par ENO filles le 12 décembre 2012

Calendrier de l'Avent 12e jour 12

… et pas d’chocolat, pas d’fête.

           Étonnant voyage dans le temps,

            len Suisse,

            en Belgique ,

            à Malte,

            et en France:

            la SNCF y consacre cette année un TGV expo sur

                      

                           « les secrets du chocolat

 

goethe

LE CHOCOLAT

Festif par excellence, le chocolat est incontournable pendant les fêtes de Noël.

Neuf personnes sur 10 aiment le chocolat. Pas moins de 34 000 tonnes de chocolat cette année.

Ma mère se serait damnée pour un carré de chocolat. Et j’ai hérité d’elle dans ce domaine, bien que plus raisonnable !!!!

Connaissez-vous vraiment le chocolat, ce produit qui fut la nourriture des Dieux avant d’être celle des … Pourquoi le cacao était-il le breuvage  des dieux précolombiens ? ….

Le chocolat entre en gare.

EN SUISSE

Le « Train du chocolat »

traverse « le pays du chocolat » par excellence.

Mon souvenir de jeunesse: la découverte des « têtes de nègre » que j’ai dévorées jusqu’à l’écoeurement….

 

ZugSee-1

 

Le train du chocolat est une initiative commune GoldenPass Services et Cailler-Nestlé. Vous voyagez exclusivement en 1re classe, dans une authentique voiture pullmann «Belle Epoque» datant de 1915 et/ou une voiture panoramique moderne. Le Train  part de Montreux et traverse les riches pâturages de la Gruyère. Une excursion d’un jour pour découvrir l’art de la fabrication du fromage et du chocolat….tout ce que j’aime (ndlr)

Chillon

EN BELGIQUE

A Bruxelles accueille un train de 34 mètres de long en chocolat

Le mardi 20 novembre 2012

Le convoi miniature a été inauguré ce lundi à la gare du Midi. Il s’agit d’un record en son genre, qui est désormais inscrit au Guiness Book. L’événement a donné le coup d’envoi de la Semaine du chocolat, qui se tient en ce moment même à Bruxelles.

Un parterre de journalistes pour découvrir le plus grand train en chocolat du monde, ce lundi, à Bruxelles-Midi. Même la presse internationale était là. Yan Tong, de la télévision centrale de Chine: « La Belgique est reconnue pour son chocolat. Je veux donc montrer aux téléspectateurs chinois l’excellente performance réalisée ici. »

Suite ici

EN FRANCE

      train

la SNCF y consacre cette année un TGV expo sur « les secrets du chocolat »

01

* Dossier de Presse: Les secrets du chocolat

Si les trains expos voyagent sur le réseau français depuis 1973, aucun TGV ne lui avait été dédié. « Il fallait la capacité d’aller au devant des industriels et des clients, reprend-il. Avant les fêtes, le sujet du chocolat s’est imposé de lui-même. »

La SNCF s’est associée aux industriels et au musée du chocolat de Mulhouse pour un étonnant voyage dans le temps. Il est passé d’une monnaie d’échange à l’époque des aztèques à un art aujourd’hui, d’une boisson salée à un dessert doux amer d’abord travaillé par… des apothicaires.

Grand succès rencontré par l’opération « Six Gares En Chocolat » à Paris

Six jours dans six gares parisiennes jusqu’au 4 décembre sur les quais des grandes gares parisiennes et après dans d’autres villes, le Train du Musée des secrets du chocolat invite les fondus de « cacao de 7 à 77 ans » à y découvrir Tout sur leur gourmandise préférée

« Ce TGV totalement relooké : « C’est bon dedans et c’est beau dehors (…) est sollicité par des passionnés qui nous demandent les horaires de passage. On a d’ailleurs décidé de le commercialiser sous forme miniature », sourit Michel Fremder, directeur de Trains Expo SNCF..

Le train entre en gare

C’est à « Très Grande Vitesse » que je vous invite à monter à bord si vous avez la chance de le voir arriver dans votre gare.

Une belle sortie en famille à bord de la rame trentenaire du TGV, toute de chocolat vêtue :

le wagon sucré offrira au public une exposition qui lui révèlera tous les secrets de la petite fève : Sa naissance, son histoire, son importation…des secrets de production aux produits finis, les douceurs chocolatées

Pour animer l’événement, de grands noms du chocolat seront représentés comme la célèbre ambassadrice du cacao au XVIIème siècle, devenue aujourd’hui l’une des marques de chocolat les plus réputées, la Marquise de Sévigné (que de souvenirs,  cette Marquise de Sévigné avec ses petits parapluies de chocolat qui ont fait les délices de mon enfance)

Le maître chocolatier Yves Thuriès, nommé  l’homme  » qui parle la langue du chocolat » révèlera quelques-uns de ses secrets…on en salive déjà!

« Le métier de chocolatier est relativement moderne. Il n’existait pas il y a encore un siècle, reprend Yves Thuriès. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que le matériel a été inventé pour solidifier le cacao. Et au début du XXe que des gens ont commencé en en faire des bonbons. »

Il en parle avec de la gourmandise jusque dans la voix. Des mayas, des incas, de toute l’histoire du chocolat qui l’a amené, quelques siècles plus tard, à en devenir un virtuose. Yves Thuriès est intarissable sur ce trésor qu’il caresse au quotidien.

Dans les wagons de ce TGV pas comme les autres, le meilleur ouvrier de France transmet sa passion. « J’ai apprécié ce moyen de médiatisation, cette façon atypique de faire connaître ce produit, son histoire, mais aussi son procédé. » dont il est l’un des acteurs puisqu’il s’amuse à imaginer des pièces sous les yeux visiteurs, révélant au passage quelques secrets de fabrication.

Bien sûr vous pourrez profiter des animations gourmandes qui vous seront proposées .

Le bénéfice des ventes sera reversée à l’association SOS Rétinite qui sera présente à bord du train ;des spécialistes de la basse vision seront là pour sensibiliser le public et parler de la recherche ophtalmologique.

* Reconnue association d’utilité publique depuis 2004, SOS Rétinite est à l’origine de la venue du train du chocolat dans le sud de la France. Elle-même atteinte de cécité à 95 %, sa présidente Monique Roux (77 ans) a fait de la dégénérescence rétinienne le combat de sa vie :

« On doit se justifier en permanence car nos yeux restent beaux, mais on ne voit plus »,

raconte celle qui fut à l’origine de la création du premier centre de recherche sur la maladie en 1990.

Ndlr : Ma mère a eu une DMLA et il parait que c’est héréditaire alors je ne peux que cautionner cette initiative, d’autant plus que mon père en tant qu’agent SNCF m’a fait connaitre très tôt le train. Comme vous le voyez, je suis parfaitement liée à cette manifestation. Mais je ne sais pas si ce train doit s’arrêter à Toulon…(Heu !)

« 3 millions de Français en sont victimes à des degrés divers. Je me bats pour qu’ensemble, nous fassions reculer la nuit », explique-t-elle.

« Je suis tombé sous le charme de cette dame qui se bat depuis 27 ans », évoque Michel Fremder, directeur de Trains Expos SNCF.

L’intégralité des marges financières des chocolats vendus à l’intérieur du TGV sera reversé à cette association montpelliéraine. Et des bénévoles de l’association vendront des vignettes au prix d’un euro pour financer la recherche. J. D.

UNE PARTICIPATION DE SYLVETTE

« C’est bien léché… » Cliquez sur l’image

cliquez ici

 

 LES VERTUS MECONNUES DU CHOCOLAT

A MALTE

Un chocolat qui ferait office de viagra

Le viagra bientôt remplacé par le chocolat ?

1.Le chocolat est une bonne alternative au Viagra

2.Viagra VS chocolat

3.Le graines de cacao ont des vertus aphrodisiaques

4.Le chocolat est fabuleux !

- Reportage Anais-Margot le 7/12/2012

Un train en chocolat de 35 mètres de long a été réalisé à Malte par un maître chocolatier très raffiné et le chocolat est bien évidemment à l’honneur en ces fêtes de fin d’années.

« Ceux qui cherchent une alternative naturelle au Viagra seront ravis d’apprendre que le chocolat a des vertus aphrodisiaques.

Qui ne s’est jamais goinfré de sucreries sucrées en oubliant vite les calories de celles-ci ?

(…)  Eh bien, vous serez ravis d’apprendre aujourd’hui chers petits gourmands que le chocolat a d’autre vertu que le plaisir gustatif. Pour ceux qui cherchaient une alternative au viagra, le chocolat serait le parfait remède à vos « petites pannes » messieurs. Jusqu’à présent, la plupart des études ont montré que les composants du chocolat étaient aphrodisiaques.

La société Barry Callebaut a affirmé avoir trouvé une solution pour adapter cette gourmandise en véritable médicament naturel : « Aider à maintenir la vasodilatation endothélium-dépendante qui contribue à la circulation sanguine normale grâce au chocolat est maintenant possible ! ».

Suite ici

TOUT SUR  LE CHOCOLAT

Cabosse de cacaoyer   Le chocolat est issu de la transformation de la fève du cacaoyer (Theobroma cacao) en cacao et de l’adjonction de sucre ainsi que de produits tels que le lait.

Cabosse (Forastero, Origine Côte d'Ivoire)Le cacaoyer est un arbre de la famille des Sterculiacées (comme la noix de cola) qui ne pousse que dans certaines conditions bien précises : pour germer, la graine a besoin d’une température constante et d’averses. Par la suite, l’arbre doit être protégé du soleil et du vent par de grands arbres. De nos jours, les cacaoyers sont cultivés dans les régions tropicales d’Amérique du sud et centrale (d’où il est originaire), d’Afrique, d’Asie, dans une bande de 30° de latitude autour de l’équateur.

Le cacaoyer peut atteindre une hauteur de 4 à 10 m. Productif à partir de 3 à 4 ans, il atteint sa maturité au bout de 6 à 10 ans et peut produire pendant 50 ans avec deux récoltes par an. Les fleurs apparaissent sur le tronc. Il faut environ six mois pour qu’une fleur devienne un fruit mûr.

Les fruits sont des baies indéhiscentes (qui ne s’ouvrent pas à maturité) appelées cabosses. Un cacaoyer produit de 20 à 80 cabosses par an. Les cabosses, qui mesurent de 15 à 20 cm de long et 10 à 15 cm de large, contiennent de 20 à 50 graines, communément appelées fèves, ainsi qu’une pulpe blanchâtre appelée mucilage.

Cabosse coupée en deux (Forastero, Origine Côte d'Ivoire)Les graines font environ 2.5 cm de long, 1.5 cm de large et 1 cm d’épaisseur. Elles sont composées d’un tégument (enveloppe) comprenant lui-même une membrane externe rougeâtre, mince et cassante (la coque) et une membrane interne très mince et blanchâtre, et de deux cotylédons violacés divisés en plusieurs lobes, se rejoignant.

On distingue trois groupes de variétés de cacaoyers :
- Criollo : cette variété est réputée comme donnant un cacao de très bonne qualité avec des arômes très développés. Cette variété représente moins de 5% à 10% de la production mondiale de cacao. Elle est essentiellement cultivée en Amérique Centrale et dans les Caraïbes. Dans les Criollos, on distingue les Nacional, une variété originaire d’Equateur réputée pour sa saveur florale.
- Forastero : cette variété beaucoup plus fréquente (80% environ de la production mondiale) est aussi de très bonne qualité. Plus facile à cultiver et donnant des rendements plus élevés que le Criollo, on la trouve au Brésil et en Afrique.
- Trinitario : cette variété créée en 1939 est originaire de l’île de Trinidad. Elle est issue d’un croisement de Forastero et de Criollo.

Les variétés cultivées aujourd’hui sont, soit naturelles, soit issues d’une sélection génétique.

Etymologie

Le mot chocolat vient de l’espagnol chocolate lui-même étant la transcription du mot xocoatl en nahuatl, la langue que parlaient les Aztèques et que parlent encore certains de leurs descendants au Mexique. Le xocoatl était une préparation liquide à base de chocolat, d’épices et de maïs. Le mot cacao vient quant à lui du mot nahuatl cacahuatl (prononcé kakawa) et désigne la fève de cacao.

Le naturaliste suédois Linné rangea le cacao dans le genre Theobroma qu’il créa en 1735. Theobroma signifie en grec « nourriture des dieux ». Il définit l’espèce en 1753 en ajoutant le suffixe cacao. Le genre Theobroma compte aujourd’hui 22 espèces.

On lit parfois que le mot cabosse utilisé pour désigner le fruit du cacaoyer, viendrait de l’espagnol cabeza (tête). Néanmoins, les espagnols utilisant les mots mazorca ou maraca pour la cabosse, il paraît plus vraisemblable de le rapprocher du mot français caboche.

Histoire : les origines

Le cacaoyer serait originaire d’une région située au nord de l’Amazonie. Les premiers à en avoir découvert l’utilité seraient les Olmèques, un peuple précolombien ayant vécu dans une zone s’étalant du sud du Mexique jusqu’au sud du Costa-Rica et ayant connu son âge d’or du deuxième millénaire avant notre ère jusqu’en 500 av. J.-C.

On retrouve les premières traces d’une utilisation culinaire du chocolat chez les Mayas, autre civilisation précolombienne, probablement descendant en partie des Olmèques, apparue vers 2600 av. J.-C. (période pré-classique) et qui connut son apogée du IIIème au Xème siècle de notre ère (période classique). Suite à des fouilles récentes au Honduras,  des analyses chimiques ont permis de confirmer la présence de théobromine (alcaloïde caractéristique du cacaoyer) dans des poteries datées de -1500 av. J.-C.

Il est probable que la première utilisation culinaire du cacaoyer ait eu pour objet la fabrication d’un alcool à partir de la pulpe extraite des cabosses, procédé plus simple que la fabrication du cacao qui, comme il est expliqué plus bas, requiert une torréfaction des fèves. La fabrication de cet alcool est toujours en vigueur dans certaines régions.

On mesure l’importance du cacao pour les Mayas lorsque l’on sait que le dieu de la guerre puis des marchands, Ek Chuah, était aussi le dieu du cacao. Les Mayas vénéraient ce dieu et lui consacraient un festival annuel. De la poudre de cacao a par ailleurs été retrouvée dans les tombes de dignitaires mayas du début de la période classique. Les Mayas consommaient le chocolat sous forme de boisson froide.

Après la décadence de la civilisation Maya, probablement due à des guerres et à des catastrophes naturelles ou écologiques, les Toltèques, peuple venu du nord, reprennent le flambeau du cacao, bien que basés à Tula, trop au nord pour permettre sa culture. Les Toltèques disparaissent à leur tour au cours du XIIe siècle, supplantés peu à peu par les Aztèques qui, venus du nord, s’étendront à partir de la plaine centrale du Mexique jusqu’à couvrir les anciens territoires mayas.

Le cacao est un élément clef de la culture Aztèque puisque les fèves servent de monnaie. Le cacao, apprécié pour ses vertus fortifiantes et prétendument aphrodisiaques, est consommé par les Aztèques sous forme de boisson froide ou chaude.  Le cacao est obtenu en faisant sécher les fèves au soleil, puis en les faisant griller, puis en retirant leur coque, avant de les broyer à l’aide d’un rouleau en pierre. La pâte obtenue est alors mélangée à une bouillie de maïs et à différentes épices, pour obtenir le xocoatl.

Histoire : découverte du cacao par les conquistadors

Christophe Colomb (1451-1506) ne découvre le cacao qu’à l’occasion de son quatrième et dernier voyage (1502-1504) à destination de l’Amérique qu’il croit encore être les Indes. Il aurait découvert les fèves de cacao en mettant la main sur la cargaison d’un grande pirogue le 30 juillet 1502 à proximité de l’île de Guanaja, située au large du Honduras. Fernando Colomb (1488-1539), fils de Christophe Colomb, raconte que la cargaison contenait beaucoup d’amandes « que les Indiens de Nouvelle Espagne utilisent comme monnaie; et elles avaient beaucoup de valeur pour eux, car je notai que lors de leur transfert à bord avec les autres biens, certaines tombèrent sur le pont et les Indiens se baissèrent pour les ramasser comme s’ils avaient perdu quelque chose de grande valeur ». Ces amandes étaient des fèves de cacao. A son retour en Espagne, le cacao aurait été négligé du fait de l’importance supérieure d’autres denrées et trésors rapportés. Charles Quint aurait goûté le cacao sans l’apprécier.

Les Aztèques croyaient qu’un ancien roi du Xe siècle, Quetzalcóatl, devait revenir le neuvième jour du mois du Vent de l’année du Roseau. Le 21 avril 1519 qui correspondait à cette date, Hernán Cortés (1485-1547), arrivant de Cuba, approche des côtes de l’actuel Etat de Tabasco au Mexique. Des émissaires du roi aztèque Moctezuma II lui apportent des présents en guise de bienvenue, parmi lesquels du xocoatl (traduit chocolate en espagnol). Hernán Cortés reste dans cette zone 10 ans, puisqu’il ne rentre en Espagne qu’en 1529. Il a donc tout le loisir de découvrir le breuvage des Aztèques, dont il dira que c’est un « breuvage divin qui développe la résistance et combat la fatigue. Une tasse de cette précieuse boisson permet à un homme de marcher un jour entier ».

Hernán Cortés aurait alors fait envoyer à la couronne d’Espagne des échantillons de cacao. Les moines et religieuses missionnaires au Mexique améliorèrent la recette en ajoutant sucre et lait, expédiant alors le chocolat sous une forme préparée. L’engouement pour le chocolat en Espagne am1ène les conquistadors à vouloir contrôler la culture des cacaoyers en imposant aux aztèques un travail forcé pour augmenter la production. Les premiers véritables envois de fèves séchées datent de la fin du XVIe siècle.

Histoire : le chocolat conquiert l’Europe

A partir du royaume d’Espagne, le chocolat se répand peu à peu en Europe, d’abord grâce notamment aux marchands néerlandais au début du XVIIe siècle. La France découvre le chocolat suite au mariage du roi Louis XIII avec Anne d’Autriche, fille de Philippe III d’Espagne, en 1615. L’Italie grâce au marchant Carletti, l’Autriche, la Prusse, puis l’Angleterre suite à la prise de la Jamaïque aux Espagnols en 1655, le découvrent ensuite. Le premier chocolatier français est David Chaillou qui en 1659 propose des biscuits contenant du chocolat. La Suisse ne découvre le chocolat qu’en 1697 grâce à un bourgmestre qui en avait goûté à Bruxelles.

Les autorités religieuses s’en mêlent, avec en 1662, un avis émis par le cardinal Francesco Maria Brancaccio auteur deux ans plus tard en 1664 d’un livre  « De chocolatis potu diatribe ». Le Cardinal estime en reprenant les mots de Saint Thomas d’Aquin que le chocolat en tant que liquide ne constitue pas une rupture du jeûne « Liquidum non frangit jejunum ». Il peut donc être consommé sous forme liquide pendant le carême. Pour le cardinal ce breuvage est bon pour la santé, mais cet avis ne fait pas l’unanimité à cette époque. Si la consommation du chocolat se répand rapidement en Espagne, les autres pays européens sont plus sceptiques, tant quant à ses qualités médicinales qu’à son intérêt gastronomique.

Contrairement à d’autres plantes découvertes par les conquistadors qui ont pu être cultivées en Europe (pomme de terre, haricots, tomate) le cacaoyer nécessite un climat tropical. Le cacao, produit d’importation, restera donc longtemps une denrée chère. En France, l’Etat s’en adjuge le monopole sous Louis XIV. Alors qu’il commence à être utilisé par les médecins, on lui impose en 1692 une taxe supplémentaire pour financer l’effort de guerre. Si Napoléon apprécie beaucoup le chocolat, il faudra attendre Napoléon III pour que la taxation soit abaissée pour en encourager la consommation, ses vertus ne faisant alors plus de doute.

Histoire : démocratisation

L’industrialisation de la fabrication du chocolat débute en Angleterre en 1728 et en France en 1770 (Pelletier à Paris, Escoffier à Saint Etienne) . La première fabrique mécanisée de chocolat s’installe à Bayonne dans les années 1780. La grande révolution vient de Hollande avec l’invention en 1825 par Coenraad Van Hooten de la poudre de cacao, obtenue à partir de tourteaux de matière sèche, débarrassée du beurre de cacao, et pulvérisée. Rendue plus soluble par alcalinisation, elle permet d’obtenir une boisson plus homogène dont la matière ne retombe pas.

Cette découverte va voir la boisson mousseuse datant du 16ème siècle disparaître peu à peu, remplacée par une boisson proche de ce que l’on connaît aujourd’hui. En 1847, l’anglais Fry ajoute du beurre de cacao à la poudre, créant une pâte malléable pouvant être coulée : la première tablette de chocolat est née. Au 19ème siècle apparaissent les grands noms du chocolat : Cadbury et Barry en Angleterre, Van Hooten en Hollande, Menier et Poulain en France, Suchard, Tobler, Cailler ou Lindt en Suisse, chacun apportant sa contribution à l’évolution de la fabrication et aux arômes du chocolat. Les premières bûches au chocolat sont vendues à Paris dans les années 1870. Cadbury invente les œufs de Pâques en 1875. Herschey (1900) puis Mars (1930) démocratisent le chocolat aux Etats-Unis en proposant les premières barres chocolatées d’abord au lait, puis fourrées avec d’autres ingrédients.

L’engouement pour le chocolat n’a jamais cessé de progresser, y compris dans les pays d’Europe où il est connu depuis longtemps. D’autres pays comme la Russie ou la Chine commencent à le découvrir.

Production

La production mondiale de cacao est passée de 125 000 tonnes en 1900, à 1.2 millions de tonnes en 1960, puis à 2.5 millions de tonnes de fèves en 1990 et à 3.5 millions de tonnes en 2006 (tonnes de fèves séchées). La production correspond assez bien à la demande. Cependant, si cette dernière continue de croître, il n’est pas sûr que la production arrive à compenser la croissance engendrée par les pays asiatiques tels que la Chine.

Les principaux producteurs sont par ordre décroissant, la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Indonésie, le Nigéria, le Cameroun, le Brésil, l’Equateur, la Malaisie. D’autres pays comme le São Tomé, Trinidad et Tobago, la Papouasie ou Madagascar sont aussi producteurs mais à plus faible échelle.

Après avoir été intensivement cultivé en Amérique centrale et du sud, le cacao est aujourd’hui essentiellement produit en Afrique avec 70% de la production mondiale en 2002. Des portugais ayant quitté le Brésil suite à son indépendance (1822) ont planté les premiers cacaoyers en Afrique, d’abord au large du Gabon sur l’île de Príncipe, puis sur celles de São Tomé et de Fernando Pó (aujourd’hui Bioko, île appartenant à la Guinée Equatoriale). La production de São Tomé et Príncipe, après avoir été très importante au début du XXème siècle, est aujourd’hui très faible (environ 4 000 tonnes), mais de qualité (forastero et trinidario) et comprend une offre certifiée agriculture biologique. En 2006, près de 40% de la production mondiale revient à la seule Côte d’Ivoire.

Le cacao a été introduit en Asie dès le XVIème siècle, mais la production y est restée très faible jusqu’en 1970. Le cacao est aujourd’hui essentiellement produit en Indonésie et en Malaisie. De qualité moyenne, il est essentiellement destiné à la production de beurre de cacao.

En Amérique du sud, l’Equateur et le Venezuela sont réputés pour la qualité du cacao et la finesse des arômes. Le Brésil, seul pays producteur ayant une consommation intérieure supérieure à sa production, produit un cacao essentiellement destiné à l’industrie agro-alimentaire. L’Amérique centrale a une faible production essentiellement concentrée au Mexique.

Le terroir et le climat ont une influence sur la saveur du chocolat. Les différentes étapes de la fabrication sont aussi très importantes.

Fabrication du chocolat

La fabrication du chocolat a beaucoup évolué depuis la recette que découvrirent les conquistadors auprès des sujets du roi Moctezuma. Nous avons vu plus haut le rôle essentiel de l’invention de Van Hooten. Aujourd’hui, grâce aux inventions successives des industriels, artisans ou producteurs, la fabrication du cacao est techniquement très au point avec des étapes bien définies.

1. Cueillette et écabossage : entre mai et juillet et entre novembre et décembre en fonction du pays et de la variété, les cabosses arrivées à maturité sont cueillies. On reconnaît une cabosse mûre à sa couleur or mat et au son qu’elle émet lorsqu’on la tapote. Les cabosses sont immédiatement ouvertes, avec précaution afin de ne pas abîmer les graines (ou fèves) se trouvant à l’intérieur. Les fèves sont alors extraites de la cabosse.

2. Fermentation : pendant une période allant de 2 à 7 jours en fonction des variétés, on laisse fermenter les fèves après les avoir entassées afin de limiter leur contact avec l’oxygène de l’air (la fermentation est une réaction anaérobie). Puis on les met en contact avec l’oxygène, ce qui entraîne l’oxydation de la pulpe et l’apparition de la couleur brune et des précurseurs des arômes du cacao.

3. Séchage : cette étape, qui dure de 10 jours à 3 semaines, a pour but de réduire drastiquement la quantité d’eau contenue dans les fèves. Lors du séchage la teneur en haut passe de 60% à 6-8%. Les fèves sont ensuite stockées dans des sacs de jute d’une capacité de 50 kg pour être ensuite transportées et souvent exportées.

Et pour finir, une belle preuve d’amour

amour-et-chocolat

PRECEDENTS ARTICLES

Le 13 décembre 2009 dimanche 13 décembre- Desserts et friandises de Noël:

« Neuf personnes sur dix aiment le chocolat ; la dixième ment »   John G. Tullius

* Chocolat de mes souvenirs  – Mme de Sévigné et le chocolat

* Quelques recettes proposées par Caneylle  

Le 10 fevrier 2001 La Saint-Valentin et le chocolat

La femme et le chocolat 

 

 

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

Sapins contemporains extraordinaires

Posté par ENO filles le 10 décembre 2012

Sapins contemporains extraordinaires 10

 Sapins de Noël en Belgique

En matière d’Art et d’Innovation la Belgique n’est jamais en reste. Son passé artistique est connu du monde entier et au présent elle continue d’oser.

En 2012, Bruxelles installe sur sa « Grand-Place » le ‘X Mas Tree’

3-la-grand-place-de-bruxelles  1.la-grand-place-de-bruxelles

Et fait polémique avec son sapin électronique dressé sur la Grand-Place à la place du traditionnel arbre : un sapin de Noël résolument artistique et original contemporain de 25 mètres de hauteur.

Et bien, ce sapin éphémère ne verra pas 2013.

Il sera démonté le 28 décembre pour des raisons de sécurité. Les autorités craignant des tentatives d’escalades lors de la nuit du Réveillon qui risqueraient de mettre en danger les habitants.

Dans le cadre de « Plaisirs d’Hiver »,

le spectacle son et lumière s’appréciera sera aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Imaginez un sapin d’acier habillé de guirlandes flash, de lumières LED, recouvert de bois et de toiles servant à recevoir des projections vidéo (mapping).

Les visiteurs pourront se projeter dans les nouvelles technologies tout en conservant l’ambiance des fêtes.

A l’intérieur, ils jouiront d’une vue panoramique à 360° sur la Grand-Place et ses abords (zone Unesco).

L’accès au sapin est seulement possible en journée, de 11h à 16h du 30 novembre au 27 décembre

(durée : 10 minutes, tarifs adulte 4 euros, âge minimum 3 ans. Gratuité pour les 3 à 10 ans ).

D’une pierre deux coups : Les recettes financières de ces visites seront redistribuées au Samu Social qui vient en aide aux sans-abri.

En soirée le spectacle se prolonge lors que le ‘X Mas Tree’ se transforme en belvédère. Dans son tronc un escalier mène le visiteur à une vue panoramique sur la Grand-Place et le centre de Bruxelles.

Une webcam sur la Grand-Place de Bruxelles

dont chaque internaute peut prendre la commande pendant 30 secondes. Il peut ainsi l’orienter ou effectuer un zoom.

« Placée sur la Grand-Place, cette caméra numérique permet à chaque internaute de découvrir, jour et nuit, les différentes facettes de la plus belle place du monde.

« Située en haut de la Maison des Ducs de Brabant, cette webcam permet à chacun de jeter un œil sur la Grand-Place et sur les activités qui s’y déroulent.

Elle offre aussi une vue de l’Hôtel de Ville (à gauche de l’écran), de la Maison du Roi (à droite de l’écran) et des maisons Le Cornet, La Louve, Le Sac, La Brouette, Le Roi d’Espagne (face à la Maison des Ducs de Brabant).

Attention : en raison de l’intérêt porté à cette webcam, il est possible que, suite à un trop grand nombre de requêtes, l’image ne s’affiche pas ou qu’il faille attendre avant de pouvoir manœuvrer la caméra. »

 

Hasselt fait parler d’elle avec son « sapin du goût »

3.le-sapin-du-gout

 

HASSELT, petite ville de Belgique surnommée « Capital du goût »présente aujourd’hui son « sapin de Noël« .

Un sapin de porcelaine de neuf mètres de haut et six mètres de diamètre créé par le bureau Mooz van Inge Vanluyd.

Jusqu’au 8 décembre, les habitants ont été invités à ramener, grâce aux containers de la ville. toute la porcelaine inutilisée

Pas moins de 5.000 tasses, assiettes et soucoupes ont été utilisées pour réaliser ce sapin parmi les plus originaux.

En échange, les donateurs se sont vu offrir de petites cartes de Noël ainsi que des tickets à gratter.

Mais l’originalité a toujours un coût. La ville a déboursé 19.500€ pour cette œuvre appelée « l’arbre du goût » dont le nom fait référence au surnom d’Hasselt.

La police surveillera l’œuvre d’art,

La police de la ville sera en place pour protéger l’œuvre de toute tentative de vandalisme. A l’aide de caméras à proximité du sapin.

Les créateurs craignent que le sapin, relativement fragile, ne soit victime de vandalisme.

Le projet n’est guère mieux accueilli que le sapin électronique de la Grand-Place de Bruxelles.

 

Si vous avez réalisé des photos de ces magnifiques réalisations in situ, merci de me les communiquer par email.

 Sapin de France

mon-sapin

 

Pardon, ça c’est le mien…rires

 

 

 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Calendrier de l’Avent 2012 6e jour La Saint-Nicolas

Posté par ENO filles le 6 décembre 2012

Calendrier de l'Avent 2012 6e jour La Saint-Nicolas dans 2012 06Voici déjà le 6e jour, comme le temps passe!

Aujourd’hui c ‘est la Saint-Nicolas.

Connaissez-vous Saint-Nicolas? Bien sûr qui ne le connait?

Qui était Saint Nicolas ?

Article paru dans « Le Monde » Juillet 2004

p-n004-nicolas-219x300 2012 dans Avent« L’évêque de l’antique Myre a sauvé bien des vies, mais c’est pour avoir ressuscité trois enfants que la légende, aidée par le calendrier et la publicité, en a fait un gros papa gâteau vêtu de rouge et blanc.

Les saints voyagent après leur mort dans un espace indéfini, celui de la légende et de la foi, celui de l’imaginaire des croyants qui les prennent pour patrons protecteurs, diplomates accrédités auprès du Tout-Puissant, et qui, pour obtenir leur intercession, n’hésitent pas à les remodeler à leur guise, avec une liberté parfois fort désinvolte, peu conforme avec le message qu’ils laissèrent au terme de leur mission sur Terre.

Comme si leur ultime épreuve était de ne plus s’appartenir, de s’abandonner aux volontés des vivants frivoles qui les prient, les accommodent selon leurs désirs. Sous le regard éternel de Dieu, les saints sont immuables, sans doute ; vus d’en bas, ils sont nos proies, reflètent les époques et les modes du monde soumis au temps. Et aucune icône humaine ne peut échapper à l’analyse critique des psychologues et des sociologues, dernière étape du calvaire des saints.

L’évêque de Myre

Le cas de Nicolas en est une démonstration lumineuse. Peu de saints sont aussi universellement présents que lui, dont on ne sait à peu près rien de sûr sinon qu’il fut évêque de Myre au IVe siècle.

D’après Jacques de Voragine, qui essaie d’harmoniser les diverses fables et histoires courant sur Nicolas, celui-ci serait né à Patras, en Lycie, vers 270 de parents chrétiens.

Son père, Epiphane, était riche et pieux, sa mère, Jeanne, était la soeur de Nicolas l’Ancien, évêque de Myre, l’actuelle ville de Dombré, sur la côte d’Anatolie.

Le jour où on lui donne son premier bain, il se tient debout dans la baignoire.

Dès l’enfance, il jeûne, ne prenant le sein que le mercredi et le vendredi.

Adolescent, il ignore les plaisirs vulgaires de ses camarades et fréquente les églises en étudiant les Saintes Ecritures.

Devenu riche à la mort de ses parents, il décide d’employer sa fortune pour la gloire de Dieu.

Apprenant qu’un de ses voisins, poussé par la pauvreté, envisage de livrer ses trois filles à la prostitution pour vivre de leur débauche, Nicolas jette en secret par la fenêtre de ce voisin une importante somme d’or enveloppée dans un linge, suffisante pour payer les noces de l’aînée. Puis il renouvelle son don pour les deux autres.

Le père, curieux de découvrir son bienfaiteur, entend l’or tomber chez lui, poursuit et rattrape Nicolas qui lui fait jurer de garder le silence.

A la mort de l’évêque de Myre, les évêques de la région se réunissent pour désigner son successeur et choisissent un soir de nommer le premier qui entrera dans l’église au matin. C’est Nicolas.

Malgré les honneurs dus à son rang, l’évêque Nicolas reste humble et grave dans ses moeurs, fuyant la compagnie des femmes et priant.

Une nuit, des matelots pris dans une tempête invoquent son secours. Nicolas leur apparaît, les aide à la manoeuvre jusqu’à la fin de la tempête. Les matelots, venant à l’église remercier Dieu, reconnaissent Nicolas.

Un jour, il sauve toute une province de la famine en livrant aux pauvres le blé destiné à l’empereur et reconstitue par miracle la précieuse cargaison des navires.

Une autre fois, alors que Nicolas combat l’hérésie arianiste et le culte idolâtre de Diane, le démon exaspéré se déguise en vieille femme et confie un vase d’huile diabolique à des pèlerins naviguant vers Nicolas. Celui-ci, alerté, vient en barque à leur devant, les interroge. Devinant que la vieille n’est qu’un travestissement de Diane, il ordonne aux pèlerins de jeter le vase à la mer où l’huile « contre nature » s’enflamme aussitôt.

Comment nait la légende de Saint-Nicolas

Son plus éclatant miracle concerne trois princes, Népotien, Ours et Apilion, envoyés par l’empereur Constantin pour réprimer une sédition.

Pendant que Nicolas les accueille, le consul de la région, préfet corrompu, fait condamner à mort trois soldats innocents. Nicolas, accompagné des princes, accourt et arrache les soldats des mains du bourreau. Les trois princes s’en vont accomplir leur tâche, mais, de retour à la cour, sont perfidement dénoncés comme traîtres par le préfet et condamnés à leur tour par l’empereur. Se souvenant alors de l’affaire des trois soldats innocents, Népotien invoque l’aide de Nicolas. Celui-ci apparaît en songe à l’empereur et au consul la même nuit et en sa qualité d’évêque de Myre exige la délivrance des princes. A son lever, l’empereur, informé de la vie de Nicolas et de ses miracles, est convaincu de l’innocence des princes et les libère.

On retrouve une variante de ce haut fait au XIIe siècle en Normandie et en Lorraine : trois enfants perdus ayant demandé l’hospitalité pour la nuit à un boucher, celui-ci les égorge, les hache et les met dans un saloir. Nicolas, passant dans les parages, est reçu par le boucher et insiste pour manger ce qui est dans le saloir. Les enfants sont immédiatement ressuscités. On pense en fait que ce miracle posthume est une déformation de l’histoire des princes.

cd-40-st-nicolas avent dans Fêtes

COMPLAINTE DES ENFANTS AU SALOIR

Il était trois petits enfants,

Qui s’en allaient glaner aux champs.

Ils sont tant allés et venus

Que le soleil on n’a plus vu.

 

S’en sont allés chez un boucher :

« Boucher, voudrais-tu nous loger ? »

- « Allez, allez, mes beaux enfants,

Nous avons trop d’empêchement. »

 

Sa femme, qu’était derrière lui,

Bien vitement le conseillit :

« Ils ont, dit-elle, de l’argent,

Nous en serons riches marchands. »

 

Entrez, entrez, mes beaux enfants !

Y a de la place assurément.

Nous vous ferons fort bien souper,

Aussi bien blanchement coucher. »

 

Ils n’étaient pas sitôt entrés,

Que le boucher les a tués,

Les a coupés tout par morceaux,

Mis au saloir comme pourceaux.

 

Quand ce fut au bout de sept ans,

Saint Nicolas vint dans ce champ.

Il s’en alla chez le boucher :

« Boucher, voudrais-tu me loger ? »

 

« Entrez, entrez, Saint Nicolas !

De la place, il n’en manque pas. »

Il n’était pas sitôt entré,

Qu’il a demandé à souper.

 

« Voul’ous un morceau de jambon ? »

- « Je n’en veux pas, il n’est pas bon. »

- « Voulez-vous un morceau de veau ? »

- « Je n’en veux pas, il n’est pas beau.

 

« De ce salé je veux avoir,

Qu’y a sept ans qu’est dans le saloir. »

Quand le boucher entendit ça,

Hors de sa porte il s’enfuya.

 

« Boucher, boucher, ne t’enfuis pas !

Repens-toi, Dieu te pardonn’ra. »

Saint Nicolas posa trois doigts

Dessus le bord de ce saloir.

 

Le premier dit : « J’ai bien dormi ! »

Le second dit : « Et moi aussi !

A ajouté le plus petit :

« Je croyais être en paradis ! »

Les miniaturistes du Moyen Age – faute de place ou pour exalter la grandeur du saint – auraient rapetissé la taille des officiers en les représentant comme des enfants, ainsi que la tour où ils avaient été enfermés, réduite à la dimension d’une cuve, pour faire tenir tous les personnages dans une seule image.

les-3-princes-212x300 fêtes dans Noël

 Cette naïve erreur de perspective, banal artifice des peintres de l’époque, allait être féconde et fit si long feu que Nicolas – en rien prédisposé à ce rôle particulier -devint par excellence le saint protecteur des enfants et l’est encore maintenant ; au prix, il est vrai, de quelques métamorphoses acrobatiques qui relevèrent moins de l’hagiographie que des fantaisies du folklore médiéval d’abord, et de nos jours répondent surtout aux nécessités triviales du commerce.

p-st-nicolas noël

Le culte de Saint-Nicolas

Nicolas participa, dit-on, au concile de Nicée en 325 et fut rappelé à Dieu peu après. Sa réputation de thaumaturge, importante déjà de son vivant, ne fit que s’accroître et les miracles se multiplièrent autour de sa tombe dans la cathédrale de Myre.

Dès le VIe siècle, une église lui est consacrée à Constantinople, puis d’autres ensuite ; le culte de saint Nicolas s’étend sur toute l’Asie mineure et les Balkans, chez les chrétiens orthodoxes de Syrie, de Palestine et d’Egypte.

En 1087, les Vénitiens, qui ont déjà rapatrié la dépouille de saint Marc, veulent s’emparer des restes de saint Nicolas. Des marins originaires de Bari les battent de vitesse et emportent les reliques chez eux, où elles sont solennellement inhumées dans une basilique.

Les peuples slaves, en se christianisant, adoptent le patronage de saint Nicolas, vénéré dans toutes les églises d’Orient et d’Occident.

Le père Fouettard

le-pere-fouettard-et-saint-nicolas-232x300 saint-nicolas

Au Moyen Age, en Europe du Nord, lors des processions de la saint Nicolas, le 6 décembre, un enfant costumé en évêque donne des cadeaux aux enfants sages tandis que son valet, Knecht Ruprecht en Allemagne (qui prendra le nom de Père Fouettard et les traits de Charles Quint après le siège de Metz en 1522), punit les ingrats et les dissipés.

Orthodoxes et protestants

Dans la Sainte Russie d’avant 1917, l’Eglise orthodoxe honore Nicolas et deux tsars portent son nom.

La Réforme protestante au XVIe siècle abolit le culte des saints, mais les petits Hollandais continuent d’attendre la visite et les cadeaux de Nicolas, Sinterklaas, descendant par la cheminée dans la nuit du 6 décembre.

Saint-Nicolas en Amérique

En émigrant en Amérique pour fonder la colonie de la Nouvelle Amsterdam (New York en 1664), les Hollandais emmènent avec eux Sinterklaas, rapidement rebaptisé Santa Claus.

Dans les pays catholiques d’Europe, faute de pouvoir extirper la vogue de saint Nicolas, les autorités chrétiennes se contentent de rapprocher la date de sa célébration populaire de celle de l’Enfant Jésus.

A propos, pourquoi Noël tombe-t-il le 25 décembre ?

Pour les anciens Romains, c’était la date du solstice d’hiver. Ils préparaient ce jour-charnière par la fête des Saturnales, pendant laquelle des esclaves prenaient brièvement la place de leurs maîtres – préfiguration du Carnaval – avant d’être immolés.

les-saturnales-300x199

L’Eglise, ignorant le véritable jour de naissance du Christ, décide au IVe siècle de se greffer en quelque sorte sur ce créneau immémorial, de faire coïncider le jour de la (re) naissance du soleil avec celui de la naissance du Sauveur, soleil de justice, et le 25 décembre est définitivement désigné comme jour anniversaire du Christ par les papes Libérius et Sixte III.  » Natale », en latin, devient « Noël ».

Les Saturnales – à l’origine fêtes des morts sans sépultures – se changèrent à l’époque médiévale en « fêtes des fous« , durant lesquelles on élisait un pape des fous appelé l’abbé de Liesse.

Pendant cette période froide et sombre de la fin de l’automne, les enfants, déguisés en morts-vivants, se déplaçaient en bandes, de maison en maison, chantant et faisant des voeux, en échanges de fruits ou de gâteaux.

La fusion

Il était donc tentant et logique de fusionner peu à peu la tradition des quêtes et la procession de Nicolas. Par une adroite manipulation du calendrier, Nicolas fit désormais sa tournée de cadeaux la veille du jour de Noël.
 Comme le note Claude Lévi-Strauss dans un article mémorable de 1952, Le Père Noël supplicié, ces quêtes du Moyen Age sont en liaison avec celles de saint Nicolas, qui ressuscita les enfants morts, et surtout avec celle de Halloween, à la veille de la Toussaint où, dans les pays anglo-saxons, « les enfants costumés en fantômes et en squelettes persécutent les adultes à moins que ceux-ci ne rédiment leur repos au moyen de menus présents. (…)

Démarche dialectique dont les principales étapes sont :

le retour des morts, leur conduite menaçante et persécutrice, l’établissement d’un modus vivendi avec les vivants fait d’un échange de services et de présents, enfin le triomphe de la vie quand, à la Noël, les morts quittent les vivants pour les laisser en paix jusqu’au prochain automne ».

Ainsi, explique Lévi-Strauss, le Père Noël moderne hérite de l’abbé de Liesse dont il est l’antithèse.

Par le déplacement de la fête de saint Nicolas vers Noël, l’abbé, « émanation de la jeunesse symbolisant son antagonisme par rapport aux adultes s’est changé en symbole de l’âge mûr (…), l’apôtre de l’inconduite est chargé de sanctionner la bonne conduite ; aux adolescents ouvertement agressifs se substituent les parents se cachant sous une fausse barbe pour combler les enfants ».

En 1809, l’écrivain Washington Irving évoque les voyages aériens effectués par saint Nicolas pour remplir en une nuit des millions de petits souliers…

 

En 1821, un pasteur américain, , écrit pour ses enfants un conte où le Père Noël remplace Nicolas.

clement-clarke-moore

En 1822, un pasteur new-yorkais du nom de Clément Clarke Moore écrivit un poème mettant en scène un Père Noël entièrement vêtu de rouge, assis dans un traineau tiré par des rennes, avec un sac de jouets toujours plein, et des bas accrochés au-dessus de la cheminée dans l’attente des cadeaux.

Ces images poétiques ont symbolisé Noël pour des générations et des générations d’enfants.

Intitulé  » A visit from Saint Nicholas  » puis publié anonymement dans un journal de l’état de New York, ce poème séduisit immédiatement l’imagination du public.

A tel point que le premier vers :  » Twas the night before Christmas  » prit rapidement la place du titre original .

Une des raisons pour lesquelles le poème de Moore connaît toujours le même succès est la joie qu’on éprouve à le lire à haute voix. Il commence dans le silence et le suspense pour monter en un crescendo dramatique tandis que ses vers joyeux annoncent le mystérieux visiteur de minuit.

Récit merveilleux en attendant Noël  » The night before Christmas  » est devenu depuis un véritable rite dans beaucoup de familles anglo-saxonnes.

Et vous aussi. Vous ne pourrez pas résister au plaisir de renouer avec cette vieille tradition qui veut qu’on lise ce poème à haute voix afin que tous puissent en partager la joie et l’émotion.

Traduction du poème

C’était la nuit de Noël, un peu avant minuit,
A l’heure où tout est calme, même les souris.

On avait pendu nos bas devant la cheminée,
Pour que le Père Noël les trouve dès son arrivée.

Blottis bien au chaud dans leurs petits lits,
Les enfants sages s’étaient déjà endormis.

Maman et moi, dans nos chemises de nuit,
Venions à peine de souffler la bougie,

Quand au dehors, un bruit de clochettes,
Me fit sortir díun coup de sous ma couette.

Filant comme une flèche vers la fenêtre,
Je scrutais tout là haut le ciel étoilé.

Au dessus de la neige, la lune étincelante,
Illuminait la nuit comme si c’était le jour.

Je n’en crus pas mes yeux quand apparut au loin,
Un traîneau et huit rennes pas plus gros que le poing,

Dirigés par un petit personnage enjoué :
C’était le Père Noël je le savais.

Ses coursiers volaient comme s’ils avaient des ailes.
Et lui chantait, afin de les encourager :
 » Allez Tornade !, Allez Danseur ! Allez , Furie et Fringuant !
En avant Comète et Cupidon ! Allez Eclair et Tonnerre !
Tout droit vers ce porche, tout droit vers ce mur !
Au galop au galop mes amis ! au triple galop !  »

Pareils aux feuilles mortes, emportées par le vent,
Qui montent vers le ciel pour franchir les obstacles ,
Les coursiers s’envolèrent, jusqu’au dessus de ma tête,
Avec le traîneau, les jouets et même le Père Noël.

Peu après j’entendis résonner sur le toit
Le piétinement fougueux de leurs petits sabots.

Une fois la fenêtre refermée, je me retournais,
Juste quand le Père Noël sortait de la cheminée.

Son habit de fourrure, ses bottes et son bonnet,
Etaient un peu salis par la cendre et la suie.

Jeté sur son épaule, un sac plein de jouets,
Lui donnait l’air d’un bien curieux marchand.

Il avait des joues roses, des fossettes charmantes,
Un nez comme une cerise et des yeux pétillants,

Une petite bouche qui souriait tout le temps,
Et une très grande barbe d’un blanc vraiment immaculé.

De sa pipe allumée coincée entre ses dents,
Montaient en tourbillons des volutes de fumée.

Il avait le visage épanoui, et son ventre tout rond
Sautait quand il riait, comme un petit ballon.

Il était si dodu, si joufflu, cet espiègle lutin,
Que je me mis malgré moi à rire derrière ma main.

Mais d’un clin d’oeil et d’un signe de la tête,
Il me fit comprendre que je ne risquais rien.

Puis sans dire un mot, car il était pressé,
Se hâta de remplir les bas, jusqu’au dernier,
Et me salua d’un doigt posé sur l’aile du nez,
Avant de disparaître dans la cheminée.

Je l’entendis ensuite siffler son bel équipage.

Ensemble ils s’envolèrent comme une plume au vent.

Avant de disparaître le Père Noël cria :
 » Joyeux Noël à tous et à tous une bonne nuit  »

Depuis le Père Noël est jovial et rubicond, il ne porte plus la mitre, sa crosse est en sucre d’orge.

le-pere-noel-225x300

Débarrassé du Père Fouettard, il ne chevauche plus un âne mais se déplace dans les airs à bord d’un traîneau attelé de huit rennes.

En 1860, l’illustrateur Thomas Nast, le créateur de la figure de l’oncle Sam, revêt le Père Noël de son celèbre costume rouge taillé dans la bannière étoilée et situe sa résidence officielle au pôle Nord.

thomas-nast

En 1931, enfin, Haddon Sundblom, chargé de la publicité de Coca-Cola, redessine la silhouette du Père Noël, lui rend une stature humaine, l’habille de vêtements rouges doublés de fourrure blanche (les couleurs emblématiques de la marque) et c’est sous ce nouveau look qu’il revient en Europe ; tiré, non plus par des rennes volants, mais par le géant de la boisson d’Atlanta, désireux d’inciter les consommateurs à acheter sa potion gazeuse et rafraîchissante en plein hiver.

Dans les années 1950, des voix se sont élevées , dont celle du secrétaire général de l’ONU, le Suédois Dag Hammarskjöld, pour critiquer l’américanisme de ce Père Noël débarqué dans les valises du plan Marshall.

L’archevêque de Toulouse stigmatise ce retour du paganisme, le chanoine Kirr fait brûler une effigie du Père Noël sur le parvis de la cathédrale de Dijon devant 250 enfants consternés.

On a pu constater depuis l’efficacité d’un tel exorcisme.

Les affaires sont les affaires et les dieux du négoce sont durs à cuire.

Les industriels de la culture anglo-saxonne ont récemment tenté de réintroduire en Europe la très ancienne fête celte de Halloween (et son cortège lucratif de déguisements, de jouets et de friandises).

Le succès de l’opération a été mitigé, fragile, moins insignifiant que d’aucuns ne le prévoyaient.

Sans doute une meilleure étude de marché permettra de réussir la greffe artificielle d’une « tradition » oubliée, superfétatoire mais rentable.

Pour ceux qui résistent encore au grand business du Père Noël, la fête de saint Nicolas demeure fixée au 6 décembre.

Abondamment représenté, le nombre de ses statues n’est supplanté que par sainte Thérèse et saint Antoine de Padoue.

Et si l’évêque de l’antique Myre reste le patron des enfants et des personnes sans défense, il est aussi celui de la Russie, de la Lorraine, des parfumeurs, des marins en détresse et des filles dans l’embarras.  » Michel Braudeau Le Monde, juillet 2004

En France il n’est pas vraiment célébré puisque nous avons notre Sacré Père Noël, qui lui ne se manifeste que dans la nuit du 24 au 25 décembre. En retard bien sûr, comme toujours…. il a tant de travail avec tous ces petits et grands enfants qui lui demandent …la lune.

Quant à vous, il n’est pas de petite fête à mettre de côté alors

Bonne Saint-Nicolas et Joyeux Noël à tous

st-nicolas-anim

Mes articles précédents

5 décembre 2010 Le BlOg VoUs SouHaite Une JoYeuSe SaInt-NiCoLas

*Saint Nicolas à l’Elysée

*La légende du Saint Nicolas chantée par Dorothée

* Qui était Saint-Nicolas ?

* Article paru dans “Le Monde” Juillet 2004

*Toutes les paroles des Chansons de Saint-Nicolas

* La légende de Saint Nicolas

Chanson des écoliers

Saint Nicolas est en voyage

Chansonnette des petits lorrains

Grand Saint Nicolas

Saint Nicolas, patron des jeunes filles

Saint Nicolas a trois clériaux

Saint Nicolas, mon bon patron

Saint Nicolas qui mariez les filles et les gars

 

 

 

 

 

http://www.fichier-pps.fr/2010/12/05/saint-nicolas/

 

 

Publié dans 2012, Avent, Fêtes, Noël | Pas de Commentaires »

1961… La dernière promo… MARIE LLOPIS-LAVERGNE

Posté par ENO filles le 14 novembre 2012

Et encore une de retrouvée. Une bonne surprise pour nous toutes. Voici son message:

« Bonjour Paule, c’est par Christiane Muller-Terzi que j’ai obtenu vos coordonnées.

Je fais partie de la promotion 61/65 de l’ENO.

Un jour de nostalgie, au mois de mai, j’ai découvert votre blog et la liste des élèves de ma promo.

Un grand moment d’émotion à lire tous ces noms, familiers pour la plupart, mais auxquels je n’associais pas tous les visages.

Comme le nom de Christiane d’affichait en gras j’ai cliqué et une page de correspondance s’est ouverte.

J’ai envoyé un message mais sans grand espoir. Christiane m’a répondu immédiatement et ce fût un grand bonheur pour toutes les deux d’échanger nos souvenirs. Depuis, nous gardons le contact.

Elle me disait n’avoir aucune photo de cette année 61/62. J’ai recherché dans mes vieux albums et scanné les quelques photos que je possède. Il n’y a que des filles de 2°A dont je faisais partie. Christiane était en 2°B.

J’ai envoyé ces photos aux gérants du site « Oran des années 50 » qui les ont placées à la rubrique « Ecoles, collèges et Lycées ». Les noms des élèves y figurent et j’espère, par ce biais, retrouver d’autres filles de notre promo.

Christiane m’a suggéré de vous en adresser quelques unes pour les faire figurer sur votre blog. J’en ai 12 en tout.

Je vous en joins 3 et si cela vous intéresse, je vous adresserai les autres.

Je garde de merveilleux souvenirs de cette unique année, hélas tronquée, passée à l’ENO. Peut-être que d’autres filles auront comme moi la nostalgie et iront consulter votre blog.

En espérant ne pas avoir été trop longue, je vous souhaite un bon week-end et vous embrasse,  Marie Llopis-Lavergne.

Et voici pour vous, un petit diaporama souvenir de cette mémorable année.

Peut-être y retrouverez vous des visages connus. Je vous invite à nous en faire part.

Et aussi un petit résumé de son parcours à son retour en Métropole. Cliquez sur l’image

1961... La dernière promo... MARIE LLOPIS-LAVERGNE	 	 	 	 dans Algérie img-pps-300x196

 

 

* Rappel Promo 61-65

Liste transmise par Christiane Müller-Terzi et corrigée par Aïcha Bouabaci

Almendros Marie-France, Amsalem Simone, Andreu Lucie, Arbeille Raymonde, Armand Yvette

Bermejo Andrée, Bouabaci Aïcha,

Caillier Marie-Paule, Cara Raymonde, Charvet Lyne, Cosne Marie-Claude

Delmas Renée, Dezan Pierrette

Escanez Marie-Paule, Estève Sylvie

Fabre Denise, Favier Josette, Floch Madeleine,

Gabay Lucienne, Garcia Danièle, Garcia Marie-Rose, Garcia Michèle

Gimenez Marie-Antoinette, Guirado Marie-José, Guttierrez Monique

Hennen Jacqueline, Hernandez Emmanuelle

Ivanez Franceline, , Kalfon Marie-Claude

Lliopis Marie, Lopez Lyne (?), Lopez Marie-Claire

Martinez Mireille, Monique Guttierez, , Montagut Louise, Müller Christiane

Navarro Jocelyne, Nekrouf Fafa,

Olivares Roselyne

Perez Danielle, Prieur Arlette, Primatesta Miazza

Reygaza Carmen, Rigeade Elisabeth, Ros Francine

Saddiki Fatima, Sanchez Marie, Sanvoisin Marcelle, Schiano Di Lombo Claudine, Sixdenier Brigitte

Thomas Anne-Marie, Thomas Michèle

Vinois Raymonde,

Zerroubi Malouka

Articles précédents sur la promo (je n’ai pas de photos de groupe)

 Cliquez sur PROMO 1961 à 1965

 

 

 

 

 

 

Publié dans Algérie, ENO, Promo 61-61, Promo 61-65, Promos | 7 Commentaires »

Halloween revient… Préparez-vous à frissonner!

Posté par ENO filles le 31 octobre 2012

Halloween revient… Préparez-vous à frissonner

Halloween revient... Préparez-vous à frissonner! dans 2012 halloween-revient.-300x177

Cette année c’est fait. Je me prépare aux frissons d’Halloween avec Mickey et pour de bon, car vu la météo Mickey et ses amis vont devoir résister aux frimas.

Mais après la météo, revenons au calendrier

Qui a dit qu’il n’y avait pas de fêtes en novembre? Et quelles fêtes! Ce mois pluvieux, froid et sinistre commence bien. (Calendrier détaillé des célébrations de novembre dans le monde)

Le 1er novembre: C’est la Fête de tous les Saints (pour devenir saint, il nous faut l’humilité et la prière) : « La Toussaint »  fête catholique liturgique, n’aurait pas de fondements dans les textes bibliques. (…) C’est un jour de prières et de recueillement.

Le 2 novembre:  C’est la fête des morts: on rend visite à nos morts et fleurit leurs tombes de fleurs vivantes  

Le 11 novembre:  Armistice de 1918: on honore les morts pour la France

Alors le 31 octobre avant de vous lancer dans ces multiples célébrations faites une petite place aux réjouissances d’Halloween

Archives du blog

Halloween déjà!

Petit remake familial de la fête 

Halloween 2008

Halloween 2010 Le retour

fichier pdf Le rouge et le noir article du 18 octobre 2007

Rappel pour les non -initiés

Les Origine d’Halloween :

A l’origine, le symbole d’Halloween n’était qu’un navet contenant une bougie pour commémorer la légende de Jack-o’-lantern condamné à errer éternellement dans l’obscurité entre l’enfer et le paradis en s’éclairant d’un tison posé dans un … navet.

Le navet d’halloween fut progressivement remplacé par une citrouille d’halloween, elle-même remplacée quelquefois par un potiron ou un autre légume :

- on creuse la citrouille, on y grave un visage grimaçant, puis on place une bougie allumée dans son ventre et on la pose devant la fenêtre pour empêcher les morts d’approcher.

Le passage de « l’Halloween »

c’est l’événement le plus joyeux de la fête : des enfants déguisés vont de porte en porte pour réclamer des friandises. Alors n’oubliez pas non plus d’en préparer pour vos petits visiteurs (et Hygiène exige, ne prévoyez que des friandises enveloppées)

Ailleurs

Les petits anglophones crient « Trick or treat ! », qui signifie « Des bonbons ou un sort ! ».

Au Canada, Halloween fut d’abord connue sous le nom de « Soirée des tours »

En France

La fête d’Halloween est aussi devenue en France une vraie tradition pour les enfants. Elle perdure heureusement malgré tout ses détracteurs et l’interdiction du Pape qui craint une confusion avec « la Toussaint », fête des morts qui a lieu le 2 novembre. Les familles les honorent en déposant des fleurs sur les tombes.

Mais je suis un défenseur de cette fête, seule étincelle de plaisir pour éclairer les vacances des enfants en ce triste mois de novembre qui annonce l’hiver à grands renforts de pluies, de vent et de froid naissant.

De plus cette fête est aussi un moyen pour les enfants d’affronter et d’exorciser leurs peurs. Et il faut en profiter et ne pas les priver de ce plaisir.

Pour cela,

- Il faut les aider à trouver le meilleur déguisement voire les plus beaux costumes pour effrayer tout le monde. Et pourquoi pas à le confectionner. Certains rêvent d’un costume de squelette, d’un déguisement de sorcière ou encore de monstre… Et cette année, quel costume d’Halloween vont-ils choisir ?

C’est ce que nous avons fait en famille, pendant de longues années. La fête était aussi bien dans les préparatifs que dans sa célébration et nous commencions au mois de mai à confectionner nos fabuleux et horribles costumes. 

Et ils ne faut pas oublier qu’ils devront récupèrer le plus de bonbons possible ! dans un sac que vous les aiderez à confectionner.

Ainsi que la phrase magique: « Des bonbons ou un mauvais sort ! Et pourquoi pas un peu d’anglais à l’occasion avec le fameux « Trick or treat ! « 
Que faire avec nos enfants?

Laissez juste parler votre imaginaire et lancez-vous.

Pour l’inspiration, les magasins de « Fête » vous proposent déjà pas mal d’idées. Je suis allée leur rendre une petite visite. Allez-y avec vos enfants.

Les symboles incontournables

 La citrouille avec un visage et une bougie dedans. Voire plusieurs à disséminer dans la maison.

slide0012_image137 1er novembre dans Evénements

Les monstres, les fantômes, les morts vivants, et leurs animaux, le loup, représentant de l’autorité paternelle, les sorcières et leurs filtres magiques, bref les méchants à combattre, mais aussi ceux qui nous aident et nous protègent.

La déco

les liens sont surlignés:

- décos d’halloween

des guirlandes, des dessins, des des masques, de simples silhouettes de papier blanc découpées et collées aux fenêtres masquées de toiles d’araignées et éclairées par des lampes lumière fluo qui ne sont pas réservées qu’aux night
club mais aussi

La transformation

- Des modèles de maquillage, de pochoirs, de jeux gratuits pour Halloween,

- Des costumes éphémères feront l’affaire, si vous ne vous reconnaissez pas de talent en couture

Des activites manuelles à gogo sur le Web

Vous trouverez des tas d’idées sur Je dessine.com

-  activitésmanuelles halloween.

- Activités Halloween (147)

Les invitations

- cartes d’invitation Halloween

- Coloriages Halloween (368)

- coloriages,

- Dessins Halloween (47)

Les ripailles

- les meilleures recettes et ses desserts d’Halloween préférés.

un lien: recettes Halloween,

Et bien sûr la fête.

L’animation, les jeux

Jeux Halloween (45)

jeux monstres d’Halloween,

A lire, à écouter et à voir

Actualités Halloween (6)

Lecture Halloween (193)

Vidéos Halloween (12)

Avec maman

L’Heure des Mamans Halloween (6)

 

Mes précédents articles sur la page du SOMMAIRE:

« HALLOWEEN 31 octobre« 

petite note triste: le volet 2 de la Saga ENO n’est hélas plus accessible depuis la migration de notre hébergeur en décembre 2011. Je ne sais comment faire.

Bonne frousse d’Halloween

slide0011_image124 2 novembre dans Fêtes

 

Publié dans 2012, Evénements, Fêtes, Halloween | 4 Commentaires »

12345
 

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
LIFE&NEWS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | colineetlili
| teledoms
| m00de