Résultats de votre recherche

22 décembre Calendrier de l’avent en chansons

Posté par ENO filles le 23 décembre 2013

 

22

22 décembre Calendrier de l’avent en chansons dans 2013

 

Désolée, j’ai zappé le 22, préparatifs de Noël obligent.

Pour vous faire patienter en attendant mon prochain article, voici quelques chants de Noël choisis pour vos enfants.

Ecoutez-les sur le merveilleux site du:

Père Noël : naissance d’un mythe…

Retour aux chansons des anciens articles du Blog de Noël

 *Sur ce site, toutes les paroles des Chansons qui célèbrent ces festivités. Cliquez sur le bandeau ou sur les liens

Le site des chansons de Noël
Les Noëls classiques
Le Père Noël
Saint-Nicolas
Noëls des animaux
Les sapins de Noël
L’hiver et la neige
Noëls pour les petits

Noëls religieux :
Bergers et bergères
La crèche
Joseph et Marie
Les rois mages
Les cantiques de Noël
Les santons

Noëls historiques
Noëls des régions
Noëls en patois
Ils ont chanté Noël
Les Noëls rétros
Les Noëls réalistes
Chansons du nouvel an
Noëls « Mystères »(?)
GBR_h 23 décembre dans Avent Christmas carols
Noëls d’ailleurs

La légende de Saint-Nicolas   

*La légende du Saint Nicolas chantée par Dorothée  

 

dorotheechantestnicolas.jpg

 

Chanson des écoliers   

 Saint Nicolas est en voyage   

 Chansonnette des petits lorrains   

 Grand Saint Nicolas   

 Saint Nicolas, patron des jeunes filles 

Saint Nicolas a trois clériaux  

Saint Nicolas, mon bon patron   

Saint Nicolas qui mariez les filles et les gars   

* Les comptines de Noël

Mon beau sapin

Vive le vent

Il est né le divin enfant

Douce nuit

Toutes les comptines sur Noël

Petit Papa Noël

 

père noêl qui chante

 

 

 

Publié dans 2013, Avent, Chants de Noël, Noël | Pas de Commentaires »

Info utile: Pour être informé des nouvelles publications sur le blog

Posté par ENO filles le 3 décembre 2013

Pour être informé des nouvelles publications sur le blog

Quand vous êtes sur le blog -> 

Cliquez sur Flux RSS des articles (colonne de droite)

Vous tombez sur la fenêtre:

————————————————————————————————————————————————————————————-

ECOLE NORMALE DE FILLES D’ORAN

Vous affichez un flux RSS qui contient un contenu fréquemment mis à jour. Lorsque vous êtes abonnés à un flux RSS, il est ajouté à votre liste globale des flux RSS. Les informations mises à jour à partir du flux RSS sont automatiquement téléchargées sur votre ordinateur et peuvent être affichées dans Internet Explorer et d’autres programmes. En savoir plus sur les flux RSS.

Cliquez sur :

S’abonner à ce flux

———————————————————————————————————————————————————————————–

Cochez la case « Ajouter aux favoris »

Cliquez sur S’abonner

La dernière fenêtre vous indiquera:

Vous êtes maintenant abonné à ce flux.

Le contenu mis à jour peut être affiché dans Internet Explorer et dans d’autres programmes qui utilisent la liste globale de flux.

Afficher mes flux

Quand vous irez dans vos favoris, dans l’onglet Flux vous aurez l’information sur les nouvelles publications. Voir exemple ci-dessous

flux

 

 

Publié dans Repérage | Pas de Commentaires »

La Sainte-Catherine, de coutume en culture

Posté par ENO filles le 24 novembre 2013

DemainLa Sainte-Catherine, de coutume en culture  dans 2013 les-catherinettes-2011-11-25-06h13-142013

Vive la Sainte-Catherine 

A l’origine de toutes ces traditions, la vie légendaire de Sainte Catherine d’Alexandrie

SAINTE-CATHERINE

Née à Alexandrie au sein d’une famille noble, Sainte Catherine se convertit au christianisme à la suite d’une vision.

Jésus, ému par sa ferveur, contracte avec elle un mariage mystique sous les yeux de Marie et de la Cour céleste.

C’est sa vie exemplaire qui lui vaut tous ces honneurs.

Elle ne se contente pas d’être la sainte patronne des filles à marier, mais aussi celle des prêcheurs et des philosophes.

Très intelligente, elle suit les cours des plus grands maîtres chrétiens et on dit qu’elle réussit à démontrer à 50 grands philosophes d’Alexandrie la vanité des idoles et la fausseté de leur foi, jusqu’à les convertir tous.

L’empereur Maxence, qui persécutait les chrétiens, lui proposa de renoncer à sa foi en échange d’un mariage royal.

Catherine refusa et allégua qu’elle avait contracté avec le Christ un mariage mystique.

Humilié, l’empereur lui fera subir le supplice de la dislocation des membres sans succès, puis le supplice de la roue duquel elle sort indemne. La légende dit que la roue se brisa miraculeusement.

Elle finira décapitée le 25 Novembre 307.

La vie de cette sainte sera tout à fait édifiante, puisqu’elle fut à la fois vierge, martyre et savante, ce qui lui vaudra d’être la seule Sainte du paradis à posséder trois auréoles: la blanche des vierges, la rouge des martyrs et la verte des savants.

La protectrice des filles célibataires

Son refus de se marier explique tout naturellement pourquoi Sainte Catherine est la patronne des filles célibataires.

L’expression « coiffer Sainte Catherine« , que l’on emploie lorsqu’une jeune fille arrive à l’âge de 25 ans sans avoir convolé en justes noces, s’explique par une tradition qui remonte au XVIème siècle.

En France, à cette époque, on renouvelait la coiffe de la statue de la sainte dans les églises, et c’était les jeunes femmes célibataires entre 25 et 35 ans qui se chargeaient de cette tâche. De la coiffe au chapeau il n’y a qu’un pas, et c’est donc ce qui explique l’usage pour les Catherinettes de porter un chapeau le 25 novembre !

Cette tradition variait selon les coutumes vestimentaires propres à chaque région. La tâche était confiée à la plus expérimentée d’entre elles donc la plus âgée de la confrérie

Ainsi, celles qui ne trouvaient pas mari, plus vieilles d’années en années, coiffaient la statue, une année suivant l’autre.

C’est probablement pour cette raison que sainte Catherine, d’abord patronne des jeunes filles à marier, devint de plus en plus associée aux vieilles filles. À cette occasion, celles qui atteignaient leur 25e année étaient officiellement considérées comme vieilles filles et, bon gré mal gré, on les coiffait d’un bonnet.

 25 novembre dans Fêtes

Il faut savoir que les hommes célibataires ont eux aussi leur saint patron en la personne de Saint Nicolas : en effet, tout comme on dit « coiffer sainte Catherine » pour les filles, on dit « porter la crosse de Saint Nicolas » pour les garçons.

Connue à la fin du Moyen âge en France, cette coutume fut aussi adoptée en Suisse et en Belgique.

Au Canada, dans certaines paroisses dédiées à sainte Catherine ou dans les églises où trônait sa statue, les jeunes filles avaient pris l’habitude de déposer un bouquet de fleurs pour souligner l’anniversaire de leur sainte patronne.

L’expression «coiffer sainte Catherine» a tout de même survécu à la coutume.

Favoriser les rencontres

Pour les plus jeunes, le 25 novembre était la journée idéale pour la quête d’un mari, les rencontres étant facilitées par la fête. Et ainsi cette période de l’année étant propice aux rencontres entre jeunes gens il y avait davantage de célébrations de mariage.

Cependant comme les chances de trouver un époux se faisaient de plus en plus minces après cet âge, un dicton naquit:

«À la Sainte-Catherine mieux vaut mauvais mari que bonnet trop joli».

Il paraitrait que, Conrart, le fondateur de l’Académie Française, interrogé au sujet de l’expression «rester vieille fille»,  avait limité ce phénomène à une réponse en vers :

 

Au-dessus de vingt ans, la fille, en priant Dieu,

Dit: «Donnez-moi, Seigneur, un mari de bon lieu!

Qu’il soit doux, opulent, libéral, agréable!»

À vingt-cinq ans: «Seigneur, un qui soit supportable,

Ou qui, parmi le monde, au moins puisse passer!»

Enfin, quand, par les ans elle se voit presser,

Qu’elle se voit vieillir, qu’elle approche du trente:

«Un tel qui te plaira Seigneur, je m’en contente».

 

Pour certaines, coiffer sainte Catherine n’avait rien de réjouissant.

Elles étaient blessées par des moqueries par et parfois même méprisées et marginalisées. On leur offrait parfois des condoléances et des « Valentins » anonymes et moqueurs. Elles étaient même l’objet de « Poisson d’Avril »

Les « vieilles filles» devaient se faire discrètes, s’habiller de vêtements plus sombres, ne plus prendre part aux soirées et le vide se faisait autour d’elles.

Au début du XXe siècle, la Sainte-Catherine donnait lieu à des veillées de musique, de danse et de chansons. Les filles célibataires y étaient fêtées et on les invitait à des rencontres avec de futurs prétendants. On encourageait les danses en couple.

Les « catherinettes » ne sortaient pas toujours triomphantes de ces soirées. Coiffées du bonnet de circonstance, leur sens de l’humour était rudement mis à l’épreuve

En Acadie, une vieille coutume maintenant disparue, «on leur mettait sur la tête un bonnet blanc et pointu. En certains endroits, on leur faisait revêtir une robe verte, signe d’espérance, et on les obligeait à danser dans une auge à cochon.

 Canada

La date

Selon la petite histoire, Marguerite Bourgeoys aurait ouvert les portes de sa première école le 25 novembre 1658, jour de fête de sainte Catherine d’Alexandrie.

- Les historiens quant à eux fixent cette date au 30 avril 1657, jour de la fête de sainte Catherine de Sienne.

 Catherine

 

Marguerite Bourgeois

La tradition de fêter la Sainte-Catherine à l’école remonterait-elle jusqu’à la première fête donnée par Marguerite Bourgeoys ? On peut seulement dire que le 25 novembre était célébré depuis le début du Régime français en Amérique et l’on peut croire que Marguerite Bourgeoys, née en France et fondatrice de l’enseignement du français à Montréal, canonisée le 31 octobre 1982 par Jean-Paul II, qui accueillait à son école les Filles du Roi, ne pouvait passer sous silence ce jour particulier.

Chose certaine, le 25 novembre a longtemps été une journée très agréable pour les écoliers.

Au XIXe siècle, cette journée de festivités faisait place aux pièces de théâtre montées par les élèves qui jouaient souvent le martyre de sainte Catherine. Ensuite prenaient place les jeux organisés, les chansons et les mascarades.

Plus récemment, la Sainte-Catherine fut l’occasion de présenter des films sur grand écran dans les écoles. La fête prenait plus ou moins d’importance selon les écoles, selon la direction et les enseignants ; des témoignages laissent croire qu’ils y voyaient une belle source de motivation pour maintenir la discipline jusqu’à cette journée tant attendue où l’école appartient aux écoliers.

Les friandises

Au Canada la tradition liée à la Sainte Catherine de fabriquer latire, une confiserie à base de mélasse et de cassonade reste vivante encore aujourd’hui.

Cliquez sur Histoire d’escalier, un conte canadien à propos de la tire.

La tire ma tire

En tous cas, des permissions exceptionnelles étaient accordées : mâcher de la gomme, commettre de petites indisciplines, mais d’abord et avant tout manger de la tire à satiété, tire que l’on préparait souvent sur place et que les élèves prenaient plaisir à étirer.

A l’origine, le but était pour les Catherinettes de démontrer leur talent de cuisinière en offrant cette gourmandise aux hommes célibataires !

Quoi qu’il en soit, le succès de la tire Sainte-Catherine dure depuis 350 ans.

L’origine de cette friandise en forme de papillote serait une invention de Marguerite Bourgeoys.

On raconte qu’elle en aurait fabriqué pour attirer les enfants à son école, surtout les petites «sauvagesses». Le moment de plier le long cordon n’était certainement pas à dédaigner. «En effet, un jeune homme et une jeune fille, étirant le même morceau de tire, pouvaient, quand tous deux se rapprochaient pour plier les deux extrémités du cordon doré, s’embrasser rapidement, ce qui faisait éclater les cris et les rires de ceux qui avaient eu le temps de les voir

On emploie aussi les mots «kiss» (un baiser en français) ou «Klondike» (à cause de sa belle couleur jaune doré, comparable aux pépites d’or tant vantées du Klondike à l’aube du XXe siècle.

Et je ne citerai pas ici la liste de mes amies « Catherine » à qui je souhaite une heureuse fête.

Chapeau mes « Catherine » qui ne sont plus « catherinettes » !

 

Une petite chanson pour vous

cliquez ici

Numérologie

Obtenir la Numérologie complète pour les noms de Catherine, Cathy, Katherine, et Kathy sur :

Kabalistik, site gratuit et fiable.

Les chapeaux en vert et jaune

Le chapeau, du latin « Katharos » fait allusion aux jeunes filles pures et signifie le lien avec Sainte-Catherine.

La tradition veut que l’on confectionne aux Catherinettes des chapeaux extravagants, où le vert et le jaune prédominent et qu’elles porteront tout au long de cette journée festive.

La couleur verte symbolise l’espoir de se marier et connaissance, tandis que la couleur jaune symbolise la réussite ou la foi et la sagesse acquise avec les années

Cette tradition, autrefois suivie dans tous les milieux, à la ville comme à la campagne, s’est beaucoup perdue. Mais aujourd’hui, la coutume est largement suivie par les maisons de couture parisiennes et les modistes (créateur de chapeaux).

Leurs Catherinettes sont reçues le 21 Novembre à la Mairie de Paris, où elles présentent leurs chefs-d’œuvre.

Quant aux fillettes, c’est surtout dans le nord de la France que perdure la tradition de leur envoyer une carte pour la Ste Catherine.

Foire de Sainte-Catherine

Dans les campagnes, la Sainte Catherine est également associée à une Foire qui se tient aux alentours du 25 novembre. La Foire Sainte-Catherine permet aux éleveurs de présenter leurs bestiaux au public.

Cette foire était bien entendu, autrefois, l’occasion idéale pour les jeunes hommes de rencontrer une catherinette afin de mettre fin à son célibat…

50

Pour les jardiniers

Le jour de la Sainte Catherine est réputé idéal pour planter boutures et plantes à racines nues, ainsi que l’affirme le dicton : « à la Sainte-Catherine, tout bois prend racine« .

- Ça marche, je confirme…

De nos jours, Sainte Catherine reste la patronne des filles à marier, mais aussi des théologiens, philosophes, orateurs, notaires, étudiants, meuniers, plombiers, tailleurs …

Histoire de la commune de STE-CATHERINE

« Il est une sainte que Garat ne peut oublier d’honorer. C’est Sainte-Catherine, nom du principal bourg de la commune (Sainte Catherine est situé sur la D 939).

COMMUNE STE CATHERINE

Et quand le jour de la Sainte-Catherine, tombé cette année ce dimanche 25 novembre, on peut en profiter pour fêter une Catherinette, on ne saurait bouder le plaisir de faire perdurer une vieille tradition.

Cette année, c’est Charlène, adjoint administratif à la mairie et célibataire alors qu’elle a fêté ses 25 ans, a eu ce jour la surprise de recevoir un superbe chapeau vert et jaune offert, par ses collègues et la municipalité. Elle a ensuite dû prendre la pause sous le panneau de Sainte-Catherine ».

Origine du prénom

Catherine est un prénom féminin d’origine grecque. Catharsis est issu de la même racine. Deux écoles coexistent : les catholiques pensent que Catherine provient du grec « katharos » signifiant « pur », « exempt de souillure » ; les protestants pensent que Catherine provient du nom grec : « aikaterine » signifiant « la torture », en référence à la Sainte Catherine, martyrisée à Alexandrie.

Variantes et diminutifs du prénom « Catherine »

 Caitrin, Catalina, Catarina, Cateline, Caterina, Catharine, Catheline, Cathie, Cathy, Catriona, Ekaterina, Katarina, Katel, Katell, Katelle, Katerina, Katharina, Katharine, Katherina, Katherine, Kathryn, Kathy, Katie, Katrine, Katy

Quelques Catherine célèbres

Le prénom Catherine doit ses lettres de noblesse à Catherine de Médicis, reine de France au XVIe siècle. Très plébiscité dans les années 1960, ce prénom est porté par 360 000 personnes en France. Cependant, il tend à disparaître et n’a pas été attribué à plus de 50 bébés en 2012.

Les Catherine célèbres sont nombreuses.

On peut aussi citer parmi les nobles

Catherine I et Catherine II de Russie (Tsarines au XVIIIe siècle).

Au XVIe siècle, le roi d’Angleterre Henri VIII a eu six épouses successives. La première s’appelait Catherine d’Aragon (infante de Castille et d’Aragon), la cinquième Catherine Howard et la sixième Catherine Parr. Et maintenant nous avons aussi Catherine Elizabeth Middleton dite Kate, l’épouse du prince William, duc de Cambridge, fils aîné du prince Charles, prince de Galles, et de la princesse de Galles, née Lady Diana Spencer

En sport,

Catherine Suire, Catherine Barclay-Reitz, Catherine Tanvier, joueuses de tennis, Catherine Destivelle  alpiniste, Catherine Fleury Vachon Judoka , Catherine Marsal cycliste, Catherine Plewinski nageuse, Catherine Ruby championne de surf/neige

Au cinéma,

Des actrices belles et talentueuses: Catherine Deneuve, Catherine Frot, Catherine Bell, Catherine Hiegel dans « La vie est un long fleuve tranquille », Catherine Rich, Catherine Rouvel, Catherine Zeta Jones qui a notamment joué dans « Le masque de Zorro » mais aussi la romancière et réalisatrice Catherine Breillat ont popularisé ce prénom.

À la télévision,

Les chanteuses Catherine Lara, Catherine Ringer, Catherine Sauvage,…

Catherine Langeais téléspeakerine pionnière de la télévision (1923 – 1998), Catherine Nay journaliste, Catherine Laborde présentatrice météo, journaliste, écrivain, Catherine Ceylac, présentatrice, Catherine Barma productrice

Catherine était aussi le nom de guerre de la résistante française Lucie Aubrac sous l’Occupation.

Catherine Lalumière : politicienne Catherine Théot: visionnaire normande exploitée contre Robespierre (18e siècle) Catherine Trautmann: politicienne

Quiz – Les reconnaissez-vous ?

Jouer

 catherinette

 

Et vous, que pensez-vous de cette tradition des « Catherinette »?

Ça vous amuse? Vous trouvez ça ridicule? L’avez-vous déjà fêté à quelqu’un? Où, vos amis vous l’ont-ils souhaité à vos 25 ans?

Je suis impressionnée par le nombre de commentaires concernant tous les sites cités en sources.

Alors, si le froid ne vous a pas trop tétanisé, après avoir regardé ce petit diaporama créé à votre intention, votre petit commentaire sur le blog sera le bienvenu.

Chapeaux les catherinettes

Pour lire le diaporama à votre convenance cliquez sur les images

Bien que les Catherinettes 2013 soient aujourd’hui moins en quête d’époux qu’autrefois, je compte sur vous pour fêter dignement et dans la joie, celles qui vous font l’honneur de vous côtoyer.

1 chapeau

Sources

Catherine, Sainte et Martyre
Sainte Catherine et les Catherinettes
Coiffer Sainte Catherine
Ecrire une carte bonne fêteLe magazine des femmes
Le musée du chapeau
Histoire de la commune de SAINTE CATHERINE
Les premières élections de Sainte Catherine Ecusson et notre logo- Le préventoriumLes Albums de CroÿL’Eglise
Envie d’ailleurs
Merci  facteur
Laulitta.com
http://www.laulitta.com/2013/03/les-catherinettes.html
 
je dois ecrir un comm

 

 

 

 

 

Publié dans 2013, Fêtes | Pas de Commentaires »

Il y a 100 ans naissait Albert Camus

Posté par ENO filles le 13 novembre 2013

 

Le grand silence camusien

Un Message de Zab, le revenant (c’est normal après Halloween)

« dimanche 10 novembre 2013 – C’était le centenaire de la naissance d’Albert Camus, voici quelques jours. Le prétexte à une empoignade sordide entre divers intervenants aux intentions peu claires, le tout surmonté d’une béchamel politicienne bien préparée pour soulever le cœur à des congolais faméliques.

Il faut savoir d’abord que Camus est de nos jours le philosophe le plus lu dans le monde. Très populaire dans les pays anglo-saxons, les textes de Camus sont étudiés dans un certain nombre d’utilisateurs universités US,  comme c’est le cas à Rutgers par ex., où j’eus la…… chance d’assister à un cours d »anfi » (?) »

Régis réclame un hommage à notre célèbre compatriote. Il a raison.  OK, j’en serai. Je ne suis qu’une petite bloggeuse anonyme mais au moins ce sera un rappel pour mes lecteurs assidus ou occasionnels.

En recherchant mes livres je me suis aperçue qu’aucun n’était annoté comme le sont tous les autres de ma bibliothèque. Je l’avoue, je n’ai pas retrouvé beaucoup de résonnance dans les livres de Camus à l’époque où je les ai lus. Mais il n’est pas trop tard. C’est l’occasion ou jamais. En attendant je me contenterai d’adresser ici un hommage à l’écrivain et au poète.

Certains ont dit qu’il était le philosophe des Terminales. C’est très réducteur certes mais en même temps ceci prouve qu’il est incontournable dans le bagage philosophique des bacheliers.

Si j’ai longtemps partagé son utopie sur le bonheur des hommes , surtout dans ma jeunesse, la période où tous les rêves sont permis, la vie s’est chargée de me démontrer qu’il faut, sans doute y croire, et agir… pour pouvoir apporter sa modeste pierre à cette construction imaginaire dont la fragilité est démontrée chaque jour.

Quant à son rêve d’humanisme, chacun garde le même, enfoui au fond, tout au fond de lui, avec l’espoir que tout homme aura un jour droit au bonheur et a sa part de gâteau. Mais personne ne sait comment faire. Je suis trop petite pour mettre en œuvre ce magnifique rêve.

« Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser. » Albert Camus – extrait de La peste 

Il y a 100 ans, donc, le 7 Novembre 1913, naissait Albert Camus à Mondovi(Algérie).

Je ne connais hélas pas grand-chose de ce pays où je suis née pour en avoir conservé en mémoire les merveilleuses images que Camus évoque avec passion dans son œuvre. Pour moi, les régions d’enfance de ma famille, le Pays Basque, la Corse et surtout la Provence, sa chaleur, ses couleurs, sont ancrées dans mes gènes et l’Algérie s’est limitée à ma ville, Oran, et quelques villages autour, jusqu’à Alger, où résidaient également des membres de ma famille.

Loin des polémiques, les faits montrent combien ce Pied-Noir d’origine modeste a su devenir un génie littéraire et un penseur universel.

A ce sujet, la simple pose d’une plaque commémorative peut prendre l’allure d’un mauvais roman….

Voir « La maison d’Albert Camus dans son village natal est sauvée » : communication qui en avait été faite en Février 2012.

Il avait été l’enfant pauvre d’un misérable faubourg d’Alger.

Dans le Paris de l’après-guerre, il fut l’homme couvert de femmes et de succès.

Sa mort accidentelle a fait de lui un mythe.

Sartre et sa bande de penseurs du Flore, au cœur des vanités de Saint-Germain-des-Prés,  n’ont pu l’empêcher de s’imposer comme un maître.

Ce qui a animé sa vie et son œuvre était tout autre chose : sa volonté de rester fidèle aux « humiliés » parmi lesquels il avait vécu.

Pour lui la  lumière incomparable de l’Algérie s’apparente sous sa plume au jardin d’Eden.

Toute sa vie il en restera imprégné. Elle irradie son œuvre et nourrit sa pensée.

« J’ai commencé dira-t-il par la plénitude. »

Ensuite, la vie  s’est chargée de lui faire connaître la guerre, la révolte et la haine.

«  J’ai grandi dans la mer et la pauvreté m’a été fastueuse, puis j’ai perdu la mer, tous les luxes m’ont alors paru gris, la misère intolérable«  

Reporter, journaliste, chroniqueur judiciaire, politique résistant, essayiste, malgré les succès et les décorations officielles,  il n’a voulu ignorer aucune servitude de l’époque.

Il a été tenté par l’espoir de transformer le monde en imaginant la  justice et un bonheur « significatif » pour des « peuples encombrés par les malheurs du temps ».

Les communistes le disaient réactionnaire et les réactionnaires le disaient communiste.

Lui, prétendait  » essayer simplement d’être un homme« .

S’il avait de la tendresse pour  » les petits blancs  » qui avaient fait surgir l’Algérie du désert, il avait la conviction que « la civilisation réside dans l’art de fixer des limites au désir de l’homme, pour le faire échapper à une hypertension du moi qui condamne à l’autodestruction toute société. »

La vertu toute simple que nous propose Camus, comme sésame au seuil d’un siècle repu, adonné à la recherche du bien- être, et prêt à tous les compromis pour que rien n’empêche la progression inlassable des biens matériels, c’est « la force de caractère« , celle qui nait de l’alliance de l’énergie à la loyauté (…)

Les Français d’Algérie rendent un hommage à Camus l’écrivain qui a si bien décrit l’Algérie de leur enfance.

 

PLUS D’INFOS

FICHE ECRIVAIN

Nom de naissance:     Albert Camus

Activités: Philosophe, moraliste, romancier, dramaturge, essayiste, nouvelliste, journaliste

Naissance: 7 novembre 1913

Mondovi (Algérie française)

Décès: 4 janvier 1960 (à 46 ans)

Villeblevin (France)

Genres: Roman, théâtre, essai, nouvelle

Distinctions: Prix Nobel de littérature en 1957

 

OEUVRES

Révolte dans les Asturies (1936)
L’Envers et l’Endroit (1937), essai
Noces (1939), recueil d’essais
Le Mythe de Sisyphe (1942), essai sur l’absurde
L’Etranger (1942), roman
Le Malentendu (1944), pièce en 3 actes
Caligula (1945), pièce en 4 actes
La Peste (1947), roman
L’Etat de siège (1948) théâtre
Les Justes (1949), pièce en 5 actes
L’Homme révolté (1951), essai
La Chute (1956), roman
L’Exil et le Royaume (1957), recueil de nouvelles
La Mort heureuse (1971), roman
Le Premier Homme (1994), roman inachevé publié par sa fille.

ADAPTATIONS

Requiem pour une nonne, adapté de William Faulkner, théâtre

 Les Possédés, adapté de Dostoïevski, théâtre

Le chevalier d’Olmedo adapté de Lope de Vega, théâtre

JOURNAUX DE VOYAGE

LETTRES A UN AMI ALLEMAND

CORRESPONDANCE AVEC JEAN GRENIER

CORRESPONDANCE RENE CHAR 1946-1959

CHRONIQUES 1944-1948

CHRONIQUES 1948-1953

FRAGMENTS D’UN COMBAT, articles

CHRONIQUE ALGERIENNE 1939-1958

DISCOURS DE SUEDE, 1957

Le roman « L’Etranger » et l’essai « Le Mythe de Sisyphe » appartiennent au « cycle de l’absurde » qui sera ensuite complété par les pièces de théâtre « Le Malentendu » et « Caligula ».
Avec son roman « La Peste » (1947), Camus inaugure « le cycle de la révolte » qui explore le thème de l’engagement. Dans ce cycle s’inscrivent également L’Etat de siège (1948), les Justes (1949) et l’Homme révolté (1951).

A l’occasion du 50ème anniversaire de la mort d’Albert Camus, plusieurs ouvrages (biographies, dictionnaire, album souvenir) avaient invité le public redécouvrir l’homme et l’écrivain.
• le Dictionnaire Albert Camus dans la collection « Bouquins » (Robert Laffont)
• un album de photos et de souvenirs publié par sa fille Catherine Camus : Albert Camus, solitaire, solidaire (Michel Laffont)
• les biographies Albert Camus : fils d’Alger d’Alain Vircondelet (Fayard) et Albert Camus, une vie d’Olivier Todd (Folio).

BIOGRAPHIE (Source : Wikipédia)

Albert Camus, né le 7 novembre 1913 à Mondovi, à proximité de Bône (actuellement Annaba), dans le département de Constantine (depuis 1962, Dréan dans la willaya d’El Taref), en Algérie française, et mort le 4 janvier 1960 à Villeblevin, dans l’Yonne, est un écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et nouvelliste français.

Il est aussi journaliste militant engagé dans la Résistance française et dans les combats moraux de l’après-guerre.

Son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l’absurdité de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l’absurde, révolte qui conduit à l’action et donne un sens au monde et à l’existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir »

Sa critique du totalitarisme soviétique lui vaut les anathèmes des communistes et conduit à la brouille avec Jean-Paul Sartre.

Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1957, sa réputation et son influence restent grandes dans le monde.

Selon Bertrand Poirot-Delpech, les essais sur son œuvre ont abondé juste après sa mort, tandis qu’on rendait très peu compte de sa vie.

Les premières biographies ne sont apparues que dix-huit ans après sa mort.

Parmi celles-ci, la plus impressionnante est celle de Herbert R. Lottman, un journaliste américain observateur de la littérature européenne pour The New York Times et le Publishers Weekly

Dans le journal « Combat », ses prises de position sont audacieuses, aussi bien sur la question de l’Algérie que sur ses rapports avec le Parti communiste français, qu’il quitte après un court passage de deux ans

Camus est d’abord témoin de son temps, intransigeant, refusant toute compromission ; il est ainsi amené à s’opposer à Sartre et à se brouiller avec d’anciens amis.

D’après Herbert R. Lottman, Camus n’appartient à aucune famille politique déterminée, bien qu’il ait été adhérent au Parti communiste algérien pendant deux ans.

Il ne se dérobe cependant devant aucun combat : il proteste successivement contre les inégalités qui frappent les musulmans d’Afrique du Nord, puis contre la caricature du pied-noir exploiteur.

Il va au secours des espagnols exilés antifascistes, des victimes du stalinisme, des objecteurs de conscience.

Après cette immersion dans ce monde de ma jeunesse, il ne me reste plus qu’à replonger dans ces livres retrouvés dans ma Bibliothèque et, étant donné mon âge actuel, je pense y trouver out ce qui m’avait échappé à l’époque.

Je vous invite à faire de même.

Ci-dessous quelques images tirées du superbe magazine hors-série Le Figaro que j’avais acheté en 2010.

L'écriture, la révolte, la nostalgie

 ANCIEN ARTICLE SUR LE BLOG

Lors de notre visite au cimetière de Lourmarin du 1er juin 2009

Visite du cimetière de LourmarinIl y a 100 ans naissait Albert Camus dans 2013 2009.05.31-avignon-vinon-196-300x2252009.05.31-avignon-vinon-198-300x225 Albert Camus dans Algérie

 

Textes de Camus

  »Travailler et créer « pour rien », sculpter dans l’argile, savoir que sa création n’a pas d’avenir, voir son œuvre détruite en un jour en étant conscient, que profondément, cela n’a pas plus d’importance que de bâtir pour des siècles, c’est la sagesse difficile que la pensée absurde autorise. Mener de front ces deux tâches, nier d’un côté et exalter de l’autre, c’est la voie qui s’ouvre au créateur absurde. Il doit donner au vide ses couleurs. »

L’absurde naît de la confrontation de l’appel humain avec le silence déraisonnable du monde. »

« Les symphonies de la nature ne connaissent pas de point d’orgue.

Il y a une solitude dans la pauvreté, mais une solitude qui rend son prix à chaque chose.

Le monde n’est jamais silencieux ; son mutisme même répète éternellement les mêmes notes, selon les vibrations qui nous échappent. »

« Nous finissons toujours par avoir le visage de nos vérités. »
Extrait
(…) L’une des seules positions philosophiques cohérentes, c’est ainsi la révolte. Elle est un « confrontement » perpétuel de l’homme et de sa propre obscurité. Elle est exigence d’une impossible transparence. Elle remet le monde en question à chacune de ses secondes. De même que le danger fournit à l’homme l’irremplaçable occasion de la saisir, de même la révolte métaphysique étend la conscience tout le long de l’expérience. Elle est cette présence constante de l’homme à lui-même. Elle n’est pas aspiration, elle est sans espoir. Cette révolte n’est que l’assurance d’un destin écrasant, moins la résignation qui devrait l’accompagner.
C’est ici qu’on voit à quel point l’expérience absurde s’éloigne du suicide. On peut croire que le suicide suit la révolte. Mais à tort. Car il ne figure pas son aboutissement logique. Il est exactement son contraire, par le consentement qu’il suppose. Le suicide, comme le saut, est l’acceptation à sa limite. Tout est consommé, l’homme rentre dans son histoire essentielle. Son avenir, son seul et terrible avenir, il le discerne et s’y précipite. A sa manière, le suicide résout l’absurde. Il l’entraîne dans la même mort. Mais je sais que pour se maintenir, l’absurde ne peut se résoudre. Il échappe au suicide, dans la mesure où il est en même temps conscience et refus de la mort. Il est, à l’extrême pointe de la dernière pensée du condamné à mort, ce cordon de soulier qu’en dépit de tout il aperçoit à quelques mètres, au bord même de sa chute vertigineuse. Le contraire du suicidé, précisément, c’est le condamné à mort.
Cette révolte donne son prix à la vie. Étendue sur toute la longueur d’une existence, elle lui restitue sa grandeur. Pour un homme sans oeillères, il n’est pas de plus beau spectacle que celui de l’intelligence aux prises avec une réalité qui le dépasse. Le spectacle de l’orgueil humain est inégalable. Toutes les dépréciations n’y feront rien. Cette discipline que l’esprit se dicte à lui-même, cette volonté forgée de toutes pièces, ce face à face, ont quelque chose de puisant et de singulier. Appauvrir cette réalité dont l’inhumanité fait la grandeur de l’homme, c’est du même coup l’appauvrir lui-même. Je comprends alors pourquoi les doctrines qui m’expliquent tout m’affaiblissent en même temps. Elles me déchargent du poids de ma propre vie et il faut bien pourtant que je le porte seul. A ce tournant, je ne puis concevoir qu’une métaphysique sceptique aille s’allier à une morale du renoncement.
Conscience et révolte, ces refus sont le contraire du renoncement. Tout ce qu’il y a d’irréductible et de passionné dans un cœur humain les anime au contraire de sa vie. Il s’agit de mourir irréconcilié et non pas de plein gré. Le suicide est une méconnaissance. L’homme absurde ne peut que tout épuiser, et s’épuiser. L’absurde est sa tension la plus extrême, celle qu’il maintient constamment d’un effort solitaire, car il sait que dans cette conscience et dans cette révolte au jour le jour, il témoigne de sa seule vérité qui est le défi. Ceci est une première conséquence. (…)

2009.05.31-avignon-vinon-195c-signat Algérie dans Livres


 

 

 

   

 

Publié dans 2013, Algérie, Livres | Pas de Commentaires »

L’automne au coin du bois

Posté par ENO filles le 4 novembre 2013

 

L’automne est de l’une des quatre saisons, celle que j’aime le moins.

L’automne suit l’été et précède l’hiver. Baisse progressive des températures, temps devenant progressivement plus nuageux, pluvieux et venteux, parfois neigeux en fin de saison. Mais l’automne peut encore donner, jusqu’à la mi-novembre, de belles journées ensoleillées et douces: C’est l’été de la Saint-Martin (fêté le 11 novembre) et en Amérique du Nord l’été indien.

Fort heureusement l’automne a de quoi nous éblouir et ensoleille les arbres des couleurs du soleil qui disparait peu à peu.

Halloween lui a aussi emprunté ses couleurs.

Poème d’Automne (un envoi de Jean)

 

L'automne au coin du bois dans 2013 automne-v.hugo_-300x225

Joli diaporama pour illuminer une journée grise.

fichier pps Avis De Recherche

Les champignons

L’automne c’est aussi la saison des champignons.

Les connaissez-vous bien?

Voici quelques Quiz

Le premier est facile et ludique. Très utile.

 

champignons-2 automne dans 2013

D’autres, plus généraux: Cliquez sur les photos

01 champignons     03 Lamartine

02 nature     04 saison

 Bon! Maintenant vous en savez davantage… Vous pouvez …..

CUISINER LES CHAMPIGNONS

Pour accéder à quelques recettes faciles cliquez sur l’image

champignons-saut2s Saisons

L’Automne propice à la mélancolie à fait se lamenter les poètes -Oh! Comme je les comprends! -

Et l’école s’est emparée de cette saison qui pour tous les enfants signifie la fin des vacances et la Rentrée.

 Victor Hugo

fichier pdf L’automne par V.Hugo à l’école

L’automne célébré par:

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Salut ! Bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.

Paul Verlaine   (1844-1896)

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Guillaume Apollinaire (1880-1918)

 Automne, saison de brouillard et de tristesse… (Alcools)

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux
Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un cœur que l’on brise
Oh ! l’automne! L’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises.

Automne malade
Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes* nicettes** aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé

Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé

Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule…

*  génies et nymphes des eaux dans les mythologies germanique et nordique

** simplettes

Albert Samain (1858-1900)

Le vent tourbillonnant, qui rabat les volets,
Là-bas tord la forêt comme une chevelure.
Des troncs entrechoqués monte un puissant murmure
Pareil au bruit des mers, rouleuses de galets.

L’Automne qui descend les collines voilées
Fait, sous ses pas profonds, tressaillir notre cœur ;
Et voici que s’afflige avec plus de ferveur
Le tendre désespoir des roses envolées.

Le vol des guêpes d’or qui vibrait sans repos
S’est tu ; le pêne grince à la grille rouillée ;
La tonnelle grelotte et la terre est mouillée,
Et le linge blanc claque, éperdu, dans l’enclos.

Le jardin nu sourit comme une face aimée
Qui vous dit longuement adieu, quand la mort vient ;
Seul, le son d’une enclume ou l’aboiement d’un chien
Monte, mélancolique, à la vitre fermée.

Suscitant des pensées d’immortelle et de buis,
La cloche sonne, grave, au cœur de la paroisse ;
Et la lumière, avec un long frisson d’angoisse,
Ecoute au fond du ciel venir des longues nuits…

Les longues nuits demain remplaceront, lugubres,
Les limpides matins, les matins frais et fous,
Pleins de papillons blancs chavirant dans les choux
Et de voix sonnant clair dans les brises salubres.

Qu’importe, la maison, sans se plaindre de toi,
T’accueille avec son lierre et ses nids d’hirondelle,
Et, fêtant le retour du prodigue près d’elle,
Fait sortir la fumée à longs flots bleus du toit.

Lorsque la vie éclate et ruisselle et flamboie,
Ivre du vin trop fort de la terre, et laissant
Pendre ses cheveux lourds sur la coupe du sang,
L’âme impure est pareille à la fille de joie.

Mais les corbeaux au ciel s’assemblent par milliers,
Et déjà, reniant sa folie orageuse,
L’âme pousse un soupir joyeux de voyageuse
Qui retrouve, en rentrant, ses meubles familiers.

L’étendard de l’été pend noirci sur sa hampe.
Remonte dans ta chambre, accroche ton manteau ;
Et que ton rêve, ainsi qu’une rose dans l’eau,
S’entr’ouvre au doux soleil intime de la lampe.

Dans l’horloge pensive, au timbre avertisseur,
Mystérieusement bat le cœur du Silence.
La Solitude au seuil étend sa vigilance,
Et baise, en se penchant, ton front comme une sœur.

C’est le refuge élu, c’est la bonne demeure,
La cellule aux murs chauds, l’âtre au subtil loisir,
Où s’élabore, ainsi qu’un très rare élixir,
L’essence fine de la vie intérieure.

Là, tu peux déposer le masque et les fardeaux,
Loin de la foule et libre, enfin, des simagrées,
Afin que le parfum des choses préférées
Flotte, seul, pour ton cœur dans les plis des rideaux.

C’est la bonne saison, entre toutes féconde,
D’adorer tes vrais dieux, sans honte, à ta façon,
Et de descendre en toi jusqu’au divin frisson
De te découvrir jeune et vierge comme un monde !

Tout est calme ; le vent pleure au fond du couloir ;
Ton esprit a rompu ses chaînes imbéciles,
Et, nu, penché sur l’eau des heures immobiles,
Se mire au pur cristal de son propre miroir :

Et, près du feu qui meurt, ce sont des Grâces nues,
Des départs de vaisseaux haut voilés dans l’air vif,
L’âpre suc d’un baiser sensuel et pensif,
Et des soleils couchants sur des eaux inconnues…

Émile Verhaeren (1855-1916) - écrivain et poète belge.

Automne

Matins frileux
Le vent se vêt de brume ;
Le vent retrousse au cou des pigeons bleus
Les plumes.
La poule appelle
Le pépiant fretin de ses poussins
Sous l’aile.
Panache au clair et glaive nu
Les lansquenets des girouettes
Pirouettent.
L’air est rugueux et cru ;
Un chat près du foyer se pelotonne ;
Et tout à coup, du coin du bois résonne,
Monotone et discord,
L’appel tintamarrant des cors
D’automne.

Le vent

 (Les villages illusoires)

Sur la bruyère longue infiniment,
Voici le vent cornant Novembre,
Sur la bruyère, infiniment,
Voici le vent
Qui se déchire et se démembre,
En souffles lourds battant les bourgs,
Voici le vent,
Le vent sauvage de Novembre.

 

Aux puits des fermes,
Les seaux de fer et les poulies
Grincent.
Aux citernes des fermes,
Les seaux et les poulies
Grincent et crient
Toute la mort dans leurs mélancolies.
Le vent rafle, le long de l’eau,
Les feuilles vertes des bouleaux,
Le vent sauvage de Novembre;
Le vent mord dans les branches
Des nids d’oiseaux;
Le vent râpe du fer,
Et peigne au loin les avalanches,
- Rageusement – du vieil hiver,
Rageusement, le vent,
Le vent sauvage de Novembre.
Dans les étables lamentables
Les lucarnes rapiécées
Ballottent leurs loques falotes
De vitre et de papier.
- Le vent sauvage de Novembre! -
Sur sa hutte de gazon bistre,
De bas en haut, à travers airs,
De haut en bas, à coups d’éclairs,
Le moulin noir fauche, sinistre,
Le moulin noir fauche le vent,
Le vent,
Le vent sauvage de Novembre.
Les vieux chaumes à croupetons,
Autour de leurs clochers d’église,
Sont soulevés sur leurs bâtons;
Les vieux chaumes et leurs auvents
Claquent au vent,
Au vent sauvage de Novembre.
Les croix du cimetière étroit,
Les bras des morts que sont ces croix,
Tombent comme un grand vol,
Rabattu noir, contre le sol.
Le vent sauvage de Novembre,
Le vent,
L’avez-vous rencontré le vent,
Au carrefour des trois cents routes ;
L’avez-vous rencontré le vent,
Celui des peurs et des déroutes;
L’avez-vous vu cette nuit-là
Quand il jeta la lune à bas,
Et que, n’en pouvant plus,
Tous les villages vermoulus
Criaient comme des bêtes
Sous la tempête?

Sur la bruyère, infiniment,
Voici le vent hurlant.
Voici le vent cornant Novembre.

 

Jules BRETON   (1827-1906)

Automne

A Jules Dupré.
La rivière s’écoule avec lenteur. Ses eaux
Murmurent, près du bord, aux souches des vieux aulnes
Qui se teignent de sang ; de hauts peupliers jaunes
Sèment leurs feuilles d’or parmi les blonds roseaux.

Le vent léger, qui croise en mobiles réseaux
Ses rides d’argent clair, laisse de sombres zones
Où les arbres, plongeant leurs dômes et leurs cônes,
Tremblent, comme agités par des milliers d’oiseaux.

Par instants se répète un cri grêle de grive,
Et, lancé brusquement des herbes de la rive,
Etincelle un joyau dans l’air limpide et bleu ;

Un chant aigu prolonge une note stridente ;
C’est le martin-pêcheur qui fuit d’une aile ardente
Dans un furtif rayon d’émeraude et de feu.

 

bon-automne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans 2013 | Pas de Commentaires »

L’actu insolite « Les icônes de la pop-culture pour Halloween »

Posté par ENO filles le 31 octobre 2013

Bonjour, chère Paule

C’est Halloween et me voici ressorti d’un sommeil internet et téléphone long de trois semaines, dû à l’installation du câble numérique ici à la Pointe Milou. 

J’ai aimé les curieuses et marrantes photos de cette fête figurant sur le blog des Filles. Durant 10 ans, les gamins voisins du quartier de Weehawken me demandaient de leur préparer une Jacq o ‘Lantern (la courge figurant sur les photos de Halloween 2006 jointes pesait plus de 25 kg) car je la découpais exactement selon la tradition celte, avec ses deux crocs de Loup Garou bien apparents.
De la courge, j’en bouffais ensuite pendant 15 jours – le verre jusqu’à la lie !
Essentiellement en velouté tel que le préparait Bocuse, un régal dont il ne fallait quand même pas abuser. Mais le souvenir qui m’en est resté est celui d’une gentille et très pittoresque fête dont l’écho des cris et des rires des gamins résonne encore dans mes oreilles.
Effectivement, Halloween est un héritage de l’ancienne culture celte, peuplée d’esprits et de diablotins.
Devenue une tradition américaine extrêmement populaire depuis un siècle environ.
Mais imaginez ma surprise de la trouver en développement marketing en France vers 2004 !
Car pour moi, il y a entre cette lointaine culture celte et la culture française, peu encline au culte des Esprits, la différence qu’il y aurait avec une tradition populaire héritée de la culture javanaise ou turque.
Bon… Effet de la mondialisation, probablement, que mon âge avancé réprouve.
Le merchandising est passé par là, dérobant plus que s’appropriant le fameux « Trick or Treat » pour en faire un produit incolore, inodore et sans saveur, tant il manque le cadre : ces pavillons de bois américains bordés de leur carré de pelouse, alignés sagement le long de rues plantées d’ormes américains aux feuilles rouges et plafonnées d’un inextricable réseau de fils de tous genres, électriques haute et basse tension, téléphoniques courant dans tous les sens, un défi aux règles élémentaires de la sécurité lors d’orages ou de tempêtes.
Et baignant cet univers des outskirts de la ville, cette étonnante et naïve gentillesse des américains qui nous a fait tant aimer ce pays, voici maintenant bien longtemps (…).-  Et pour moi, ça continue.
Plein de choses à vous raconter, à vous tous, Enorques et Enorquettes. Vous allez vous marrer… enfin, ça dépend…
Amitiés anciennes et nouvelles…
- J’avoue que mon âge ne réprouve pas ….
Pour répondre au Royal Baby Encore  un petit reportage sur  » quelques enfants venus d’ailleurs »
33-enfants-deguises-a-la-perfection-par-leurs-parents-pour-feter-halloween
33-parents-qui-ont-deguise-a-la-perfection-leurs-rejetons-pour-halloween233-parents-qui-ont-deguise-a-la-perfection-leurs-rejetons-pour-halloween16
33-parents-qui-ont-deguise-a-la-perfection-leurs-rejetons-pour-halloween1733-parents-qui-ont-deguise-a-la-perfection-leurs-rejetons-pour-halloween21
                               Orange mécanique
Holly Golightly du film Diamants sur canapé
33-parents-qui-ont-deguise-a-la-perfection-leurs-rejetons-pour-halloween3233-parents-qui-ont-deguise-a-la-perfection-leurs-rejetons-pour-halloween14
Mes petits-enfants dans quelques-uns de leurs costumes il y a quelques années.
« Entretien avec un vampire » et Tom le fantôme
L'actu insolite  2001-le-fantome-dans-lescalier dans Halloween2003
20022002-2
2002-3

Publié dans 2013, Halloween | Pas de Commentaires »

De sympathiques retrouvailles. Anniversaire Eliane Anton promo 59

Posté par ENO filles le 15 octobre 2013

« Bonjour,

En surfant sur la toile comme on dit, je recherchais une ou des photos de l’Ecole normale d’Oran, école dans laquelle ma sœur Eliane ANTON, l’aînée de la famille, se préparait un bel avenir.

J’ai trouvé une photo sur le lien suivant :

La promo 59, une photo et des noms

Sur la 1ère photo postée par Mme Geneviève FABRE (Gény), ma sœur est le n° 42.

Avec la photo précitée il y a toute une liste de noms de ses camarades de la promo 59.

Sur la 2ème photo, elle porte le n° 11.

 

Ma sœur aînée, Eliane ANTON, fêtera ses 70 printemps le 07 octobre prochain ; et nous, ses frères et sœurs, éparpillés sur le territoire national, allons lui faire la surprise de la retrouver en Vendée, à l’Aiguillon-sur-mer, les vendredi 04 octobre au soir, pour un week-end qui nous voulons mémorable pour elle. Son fils, mon neveu, toujours plein d’idées, est en train de concocter tout un lot de surprises. C’est en faisant des recherches sur la toile que j’ai trouvé 2 photos sur lesquelles se trouve ma sœur, photos prises en 1961.

Moi, je n’avais que 10 ans à l’époque, mais quelle admiration j’avais déjà pour cette grande sœur !

Et il m’est venu alors l’idée suivante: et si pour cette occasion, je lui remettais tout un lot de courriers, cartes d’anniversaires… écrites de la main de ses camarades de promotion de l’ENO. Et si certaines de ces camarades étaient domiciliées tout près de l’Aiguillon-sur-Mer (85), ou disons pas trop loin pourquoi ne pas essayer d’organiser une rencontre….un demi-siècle après… et lui faire la surprise de les retrouver quelques instants pour cet événement?

Avouez que ce serait génial ! signé Robert ANTON 

 

Et oui, sur le blog ENO, tout est possible. La preuve…

Le 11 septembre, un premier article est posté.

 

Eliane Anton recherche ses amies de la Promo 1959

et le lien adressé par mail aux Normalien(ne)s

Le message est lu et certaines d’entre nous ont accepté avec joie, cette idée de renouer le contact avec Eliane.

Non ! Robert n’a pas tout à fait croulé sous les mails mais tout de même, Eliane aura eu sa surprise. Sa famille a bien fait les choses. C’est une fête comme je les aime et comme nous avions l’habitude de les vivre là-bas.

Il aurait également bien aimé reprendre contact avec les camarades avec lesquelles elle a effectué sa dernière année à Pau (64) en 62-63, après le départ d’Algérie – parmi ces camarades il y aurait eu la skieuse Annie Famose- mais sans succès dans ses recherches.

Espérons que ces personnes tomberont un jour par hasard sur le blog. Je me ferai un grand plaisir de les diriger vers Eliane

 

Epilogue

Et le jour J est arrivé.

Le vendredi 04 octobre 2013 au soir, en arrivant au gîte de Ste Hélène à l’Aiguillon-sur-Vie, Eliane ne s’attendait pas à y trouver ses frères et sœurs, ses enfants et petits-enfants et…d’autres surprises… dont les lettres de ses anciennes camarades. Un week-end exceptionnel ! Comme le prouvent les photos prises à cette occasion.

Un petit diaporama résume pour vous la fête  célébrée en son honneur. Heureuse grand-mère!

 

cliquez sur la vignette

Image de prévisualisation YouTube

 

 ndlr: ceci est ma première vidéo réalisée sur Windows 8. Soyez indulgents. J’ai galéré toute la journée.

7 octobre 2013 Message de Robert

Bonsoir les Charmantes au grand cœur,

J’espère que tout va très bien pour vous.

Charmantes n’est pas assez fort pour exprimer ce que vous êtes; vous êtes tout ce qu’il y a de plus génial, de plus généreux, vous êtes fabuleuses, et vous avez un cœur gros ….comme ça !

Juste quelques mots ce soir pour vous remercier du fond du cœur pour ce que vous avez fait; vous êtes sensationnelles , et j’aurais vraiment aimé que vous soyez présentes pour voir le bonheur de ma sœur, la joie immense, la surprise totale, l’ébahissement, elle croyait rêver.

La surprise du courrier de ses camarades de l’ENO, ajoutée à la surprise de notre présence et à toutes les autres surprises….elle a eu droit à un petit film réalisé par sa fille aînée et son gendre sur Oued El Heimer au Maroc (ils s’y sont rendus tout spécialement pour), son école primaire, sa classe, la maison où nous habitions (j’y étais aussi car je suis né à Oujda.)…. Je vous raconterai très bientôt plus en détail, et vous enverrai des photos. Elle a une excellente mémoire, j’en suis convaincu.

Je ne compte pas les paquets de kleenex, moi aussi je les ai utilisés, rien qu’en voyant son émotion lorsqu’elle a lu vos courriers; quelle joie, quel bonheur pour elle !

Je l’ai encore appelée ce soir puisque c’est son jour de naissance, elle me disait qu’elle avait vécu le plus bel anniversaire de sa vie.

Je m’arrête là pour ce soir, ma Grande Eliane est très heureuse, le mot est faible, grâce à vous; vous êtes des vraiment des Charmantes au cœur d’or.

Madame Simon, Setty, pardon, je n’ai pas répondu à votre dernier mail; Merci pour le poème, c’est très beau, très fort. Je l’enverrai à ma Grande Eliane.

(Pourrais-je en avoir une copie pour le blog si Setti et Eliane le permettent bien entendu?)

Je reviens vers vous toutes très bientôt.

Paule….Avant que je n’oublie…. j’ai, bien sûr, le plein accord pour les photos sur le blog…..Ma sœur n’a pu résister à mon charme…

Prenez grand soin de vous, je vous souhaite plein de bonheur et rien que des joies et de la sérénité.

A bientôt,De sympathiques retrouvailles. Anniversaire Eliane Anton promo 59 dans Anniversaires robert

Les souvenirs évanouis, 

De flash-back éblouis, 

N’avais  plus de mémoire 

J’avais perdu le cours de l’histoire… 

Plus de come-back ?

Non ! Ces photos jaunies qui me parviennent 

Parfois, comme aujourd’hui, 

Me ramènent jusqu’au moment 

Où nous étions ensemble, 

Comme dans un train où défilent les paysages. 

Va, viens et refais le chemin, 

Celui de ta jeunesse 

Quand ta vie n’était encore qu’une chance…  

Retrouve tes années lumières… 

Merci à toutes ces amies enfouies dans ma mémoire 

Ou que j’ai côtoyées sans le savoir, 

De m’offrir tout ce passé 

Que j’avais jusqu’ici occulté.

(extrait de mon blog)

Bon anniversaire Eliane et peut-être un jour, au plaisir de te rencontrer.

Et pourquoi pas à Sète en 2014 ?

« Un jour tu verras, on se rencontrera »: C’était à l’origine, l’objectif de ce blog. Alors je suis heureuse de rendre mes anciennes camarades heureuses de se retrouver un jour. Pour que vive le blog, laissez vos commentaires.

20H58… 12 VISITEURS EN LIGNE un exploit…Bonne visite et bonne soirée. Je vais aller me sustenter.

 

Joyeux Anniversaire

 

 

Encore merci à toutes, et plus particulièrement à :

Annick Hoyon ; Geneviève Deveney ; Geneviève Simon ; Jeanne Milleliri- de Peretti ; Marie-Hélène LORRAIN, Geneviève Sanchez Schereck ; Setty Zidour.

Paule Guilhem-Chadeau

 

LA PROMO 58-62

Liens vers les articles précédents 

Retrouvez-les sur:

Page du 24 octobre 2007: liste des élèves de la promo 58

Commentaires sur Article du 28 mai 2007 – Les Perrégauloises 

Article du 15 octobre 2007: UNE NOUVELLE VENUE DANS LE GROUPE – Marie-Madeleine Bonne

Article du 29 mars 2009: Promo 58-62 – du nouveau Elisabeth Bénizri

Article du 3 mai 2009: PROMO 58-62 Elisabeth Benizri – le 1er mai 1960

Article du 12 mai 2009: PROMO 58-62 le 12 mai 2009- Geneviève Fabre

Article du 18 mai 2009 – Liste promo 59

Article du 18 mai 2009: Maguy CINQ-FRAIX: On recherche Colette Dumas

Article du 14 septembre 2010: Promo 58 – Paulette Ascenci rejoint le groupe

Article du 26 septembre 2011: Bernadette Madier-Leroy La connaissez-vous?

LISTE DES ELEVES

  1. Amsellem Paulette
  2. Beltra Marcelle
  3. Bénizri Elisabeth
  4. Bonne Marie-Madeleine
  5. Bouclon Annie
  6. Camensuli Nicole 
  7. Chatail Danielle – décédée en octobre 2006
  8. Coste Anne-Marie  
  9. Derschlag Michèle
  10. Esquierdo Gilberte
  11. Estrada  Christiane
  12. Fabre Geneviève  
  13. Garcia Arlette 
  14. Garcia Marie-Rose  
  15. Gil Marcelle – décédée
  16. Guestavino Michèle – décédée à Tours en 1987
  17. Klasen Nicole 
  18. Leveque Danielle – FP uniquement 
  19. Lopez Anne-Marie  
  20. Lopez Annie
  21. Lopez Danielle
  22. Lopez Marie-Paule 
  23. Martinez Danièle 
  24. Martinez Dolorès  
  25. Mateos Rose-Marie 
  26. Medina Monique 
  27. Mihoub Fatma
  28. Milleliri Jeanne
  29. Navarro Evelyne
  30. Navarro Lucienne 
  31. Parry Michelle
  32. Peraira Odette
  33. Perlès Yvette 
  34. Pons Michèle
  35. Ramires Ghislaine
  36. Repcik Annie
  37. Rocamora Michèle 
  38. Roch Christiane 
  39. Rodenas Jacqueline
  40. Ruis Annie
  41. Salvador Hermine
  42. Such Hortense  
  43. Valero Maryse

 

 

 

 

Publié dans Anniversaires, Avis de recherche, ENO, Promos | 3 Commentaires »

La promo garçons de 1957 – quelques photos

Posté par ENO filles le 24 juillet 2013

Des envois de Jean

Depuis la dernière rencontre de Sète où les promos des garcons et filles ont élargi les contacts, nous recevons les mails de nos camarades pas toujours réjouissants mais voici quelques photos qui vous permettront d’agrandir votre Album de souvenirs:

la Dream Team de volley de l’ENO de 56/57

« J’ai le plaisir de vous adresser la photo de la « Dream Team » de volley de l’ENO , année 56/57 dans laquelle figurent Roland Pérez , André Leroux et Jean Bauza comme manager ! Ils ont abandonné la carrière sportive qui s’offrait à eux pour se consacrer à leur études , ce qui a privé l’équipe de France d’éléments exceptionnels car leurs capacités mathématiques leur permettaient de calculer la trajectoire des ballons avant même de les toucher ….. et nous perdions tous les matchs ! Je plaisante …!!!
Comment voulez-vous que je vous oublie ?
Bises à tous » .
JW
« Je n’ai pas nommé les De Miras , Zimmerman , Karroucha , Bensidoun et autre JW qui n’étaient là que pour faire des passes « . Hum!!! ( pardon , Mesdames )
Dommage! je n’ai pas su les reconnaitre sur cette glorieuse photo. Et vous?
La promo garçons de 1957 - quelques photos dans ENO la-dream-team-de-volley-de-leno-de-56-57-noms
Un commentaire:  » Je savais bien que j’avais une brillante carrière sportive derrière moi! » Jean Bauza – qui en aurait douté!!! -

Un autre souvenir: En 1: René Aldeguer

époux regretté de notre amie Aline, récemment retrouvée et qui a partagé notre dernière rencontre.
rene-aldeguer-n1 dream team de volley dans Promo 57-61

Publié dans ENO, Promo 57-61 | Pas de Commentaires »

Aujourd’hui c’est la fête des pères

Posté par ENO filles le 16 juin 2013

FETE DES PERES 2013

Aujourd'hui c'est la fête des pères dans 2013 bonne-fete-papa-anim

cliquez sur l’image pour voir un extrait de la série « La lune papa » dédiée « à tous les pères d’une génération qui ont cru inventer la liberté filiale, le papa-copain. Ce feuilleton montre la vie quotidienne d’une famille de français moyens dans une ville de province.

Comment ça… Il n’existe qu’un SEUL jour pour célébrer les pères de famille?

Les supers papas méritent au minimum un hommage par semaine, Mais il ne faut pas exagérer. Si on les fête durant toute l’année, il risquent de prendre la grosse tête!

Alors, pour compenser, il va falloir mettre le paquet pour immortaliser cette belle journée!

Je ne dois pas la rater.

Vite ! Vite ! les retardataires. Il est encore temps

Commencez par écrire, sinon par choisir un joli poème.

En voici un: cliquez ici

Voici le mien

gavarnie fête des pères dans Fêtes

J’ai eu un papa,

Un Papa, pas seulement un père.

Père c’est sublime:

 » Un père s’impose, un papa se fait aimer. « Jean Gastaldi

 » Le soi d’un enfant, c’est l’être du père.  » Jean-Paul Sartre

Papa c’est plus intime:

 » Pour un père qu’on aime, on n’a pas de secrets.  » Alexandre de La Ville de Mirmont

Papa nourricier, papa gateau.

Papa bienveillant

Papa encourageant

 » Il n’y a qu’un père qui n’envie pas à son fils la supériorité du talent.  » Goethe

Papa instructeur,

 » Un père vaut plus qu’une centaine de maîtres d’école.  » George Herbert

Même quand il était sévère, et qu’il me fallait protéger mes arrières.

 » Jamais les menaces d’un père ne s’accomplissent. « Ménandre

 » Un papa, c’est l’autorité côté cour et la tendresse côté jardin.  » Jean Gastaldi

« La raison du père de famille est le meilleur gardien qu’ait une jeune fille.  » François Ponsard

A mon mariage il était là, et depuis toujours.

Jusqu’au jour où à 54 ans la vie me l’a pris, bêtement,

Huit jour avant la naissance de mon premier enfant.

Il ne l’a pas vu mais je suis sûre qu’il était là près de moi.

On a coutume de dire, une âme s’en va,

Une âme nait. Ce fut sans doute le cas.

 » Un père est toujours un père, rien ne peut effacer cette empreinte si chère.  » Charles-Simon Favart

Ce vide je le ressens encore,

Je repense souvent à lui .

Un papa ne peut s’oublier.

Qu’il me manque c’est peu dire.

Je suis orpheline de mon papa.

Puis je  suis devenue celle qui a donné la vie à ma fille, à mon fils.

Ma fille est devenue mère

Mon fils est devenu père

Le semeur qui voit les grains mourir, est très fier quand il fait la moisson.
« On choisit son père plus souvent qu’on ne pense ». Marguerite Yourcenar

Un papa ça manque.

 » Il n’y a rien de plus doux à entendre que le discours d’un père qui loue son fils. « Ménandre

Vous qui avez encore votre papa,

même et surtout si vous êtes fâché contre lui,

n’attendez pas pour lui dire que vous l’aimez.

Un jour il sera trop tard.

Pensez-y.

Ensuite, fabriquez une carte avec les photos souvenirs d’une vie de papa qui vous ont le plus marquées

Ou sélectionnez la plus belle web cartes que vous pourrez trouver et

En voici une sympa.

Pour un papa bricoleur, cliquez ici

Ou encore celle-ci : La jungle

Et enfin, envoyez-la au plus vite à votre très cher papa.

Passez une bonne et heureuse fête des pères.

Là où tu es,

BONNE FETE PAPA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans 2013, Fêtes | Pas de Commentaires »

Lundi le bac…

Posté par ENO filles le 15 juin 2013

Lundi le bac…

Que dire à nos enfants?

Sûrement pas ça !!!

« … on ne se bat pas dans l’espoir du succès ! Non, non c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! »

Edmond Rostand – Extrait du Cyrano de Bergerac

 Clique sur l'image

Autres réponses à éviter

Lundi le bac...  dans 2013 diapositive7a

diapositive7b bac dans 2013diapositive7c epreuves 

N’y pensez même pas:

Une jeune fille très belle et vêtue de façon assez provocante entre dans une salle d’examen pour passer l’oral du baccalauréat.

L’examinateur semble ému. Il bégaye un peu en lui proposant un sujet et la fille lui répond avec force œillades et trémoussements :

- »Je sais pas je n’ai pas appris ma leçon ».

Le professeur, un peu gêné, lui demande :

‘ » Je vous propose un autre sujet, ou un rendez-vous ? »

- « Oh ! Monsieur je préfèrerais un rendez-vous (en rougissant quand même un petit peu) ».

-  » Très bien. Alors, à l’année prochaine! »

Autres réponses peu recommandées

Pour se détendre deux extraits du film « Les sous-doués passent le bac », un modèle du genre.

diapositive29 perles

diapositive30 tests

Et pour ceux qui n’auraient pas vu celui-ci, voici la bande annonce des « Profs »

 03-affiche-du-film

 

Révisions

Et maintenant, au travail !!!

Epreuve de Maths…A vos crayons …

Un envoi de Papy qui compte

Allez, Lundi c’est le BAC.

Un peu de révisions s’iou plaît.

Bon travail, mais faut dire pourquoi ça marche !

Grosses bises, Papy

Prends la Calculatrice

Mets ta pointure de chaussures et multiplie par 5,

Rajoute 50,

Multiplie le total par 20,

Rajoute 1012,

Puis soustrais ton année de naissance.

Maintenant tu as un nombre avec 4 chiffres

montrer-du-doigt LES RESULTATS
Les 2 premiers c’est ta pointure de chaussures,

et les 2 derniers c’est ton âge !!!!

GEOGRAPHIE DE L’EUROPE – Répondez aux questions ci-dessous

© L Internaute Magazine avec GEO Atlas

 

 

 

 

 

Publié dans 2013 | Pas de Commentaires »

1234
 

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
LIFE&NEWS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | colineetlili
| teledoms
| m00de