• Accueil
  • > Recherche : porte bonheur

Résultats de votre recherche

Les voeux, ça commence

Posté par ENO filles le 18 décembre 2013

18

Tout d’abord, les vœux de Jean le voyageur, toujours attentif envers ses Z’ENOpotes

VOEUX JWG

Chères amies , chers copains ,

        J’ai choisi cette photo , prise en Alsace , pour que chacune et chacun ait
        un Père Noël qui vous apporte santé et bonheur pour 2014 !
        Mon plus beau cadeau sera de vous revoir à Sète , en pleine forme .
        Grosses bises à vous tous !

JWG Jean
Merci Jean pour cette charmante attention.
Grosses bises à toi aussi
Paule

Publié dans 2013, 2014, Cartes de voeux, ENO, Fêtes, Noël, Nouvelle année | Pas de Commentaires »

Il y a 100 ans naissait Albert Camus

Posté par ENO filles le 13 novembre 2013

 

Le grand silence camusien

Un Message de Zab, le revenant (c’est normal après Halloween)

« dimanche 10 novembre 2013 – C’était le centenaire de la naissance d’Albert Camus, voici quelques jours. Le prétexte à une empoignade sordide entre divers intervenants aux intentions peu claires, le tout surmonté d’une béchamel politicienne bien préparée pour soulever le cœur à des congolais faméliques.

Il faut savoir d’abord que Camus est de nos jours le philosophe le plus lu dans le monde. Très populaire dans les pays anglo-saxons, les textes de Camus sont étudiés dans un certain nombre d’utilisateurs universités US,  comme c’est le cas à Rutgers par ex., où j’eus la…… chance d’assister à un cours d »anfi » (?) »

Régis réclame un hommage à notre célèbre compatriote. Il a raison.  OK, j’en serai. Je ne suis qu’une petite bloggeuse anonyme mais au moins ce sera un rappel pour mes lecteurs assidus ou occasionnels.

En recherchant mes livres je me suis aperçue qu’aucun n’était annoté comme le sont tous les autres de ma bibliothèque. Je l’avoue, je n’ai pas retrouvé beaucoup de résonnance dans les livres de Camus à l’époque où je les ai lus. Mais il n’est pas trop tard. C’est l’occasion ou jamais. En attendant je me contenterai d’adresser ici un hommage à l’écrivain et au poète.

Certains ont dit qu’il était le philosophe des Terminales. C’est très réducteur certes mais en même temps ceci prouve qu’il est incontournable dans le bagage philosophique des bacheliers.

Si j’ai longtemps partagé son utopie sur le bonheur des hommes , surtout dans ma jeunesse, la période où tous les rêves sont permis, la vie s’est chargée de me démontrer qu’il faut, sans doute y croire, et agir… pour pouvoir apporter sa modeste pierre à cette construction imaginaire dont la fragilité est démontrée chaque jour.

Quant à son rêve d’humanisme, chacun garde le même, enfoui au fond, tout au fond de lui, avec l’espoir que tout homme aura un jour droit au bonheur et a sa part de gâteau. Mais personne ne sait comment faire. Je suis trop petite pour mettre en œuvre ce magnifique rêve.

« Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser. » Albert Camus – extrait de La peste 

Il y a 100 ans, donc, le 7 Novembre 1913, naissait Albert Camus à Mondovi(Algérie).

Je ne connais hélas pas grand-chose de ce pays où je suis née pour en avoir conservé en mémoire les merveilleuses images que Camus évoque avec passion dans son œuvre. Pour moi, les régions d’enfance de ma famille, le Pays Basque, la Corse et surtout la Provence, sa chaleur, ses couleurs, sont ancrées dans mes gènes et l’Algérie s’est limitée à ma ville, Oran, et quelques villages autour, jusqu’à Alger, où résidaient également des membres de ma famille.

Loin des polémiques, les faits montrent combien ce Pied-Noir d’origine modeste a su devenir un génie littéraire et un penseur universel.

A ce sujet, la simple pose d’une plaque commémorative peut prendre l’allure d’un mauvais roman….

Voir « La maison d’Albert Camus dans son village natal est sauvée » : communication qui en avait été faite en Février 2012.

Il avait été l’enfant pauvre d’un misérable faubourg d’Alger.

Dans le Paris de l’après-guerre, il fut l’homme couvert de femmes et de succès.

Sa mort accidentelle a fait de lui un mythe.

Sartre et sa bande de penseurs du Flore, au cœur des vanités de Saint-Germain-des-Prés,  n’ont pu l’empêcher de s’imposer comme un maître.

Ce qui a animé sa vie et son œuvre était tout autre chose : sa volonté de rester fidèle aux « humiliés » parmi lesquels il avait vécu.

Pour lui la  lumière incomparable de l’Algérie s’apparente sous sa plume au jardin d’Eden.

Toute sa vie il en restera imprégné. Elle irradie son œuvre et nourrit sa pensée.

« J’ai commencé dira-t-il par la plénitude. »

Ensuite, la vie  s’est chargée de lui faire connaître la guerre, la révolte et la haine.

«  J’ai grandi dans la mer et la pauvreté m’a été fastueuse, puis j’ai perdu la mer, tous les luxes m’ont alors paru gris, la misère intolérable«  

Reporter, journaliste, chroniqueur judiciaire, politique résistant, essayiste, malgré les succès et les décorations officielles,  il n’a voulu ignorer aucune servitude de l’époque.

Il a été tenté par l’espoir de transformer le monde en imaginant la  justice et un bonheur « significatif » pour des « peuples encombrés par les malheurs du temps ».

Les communistes le disaient réactionnaire et les réactionnaires le disaient communiste.

Lui, prétendait  » essayer simplement d’être un homme« .

S’il avait de la tendresse pour  » les petits blancs  » qui avaient fait surgir l’Algérie du désert, il avait la conviction que « la civilisation réside dans l’art de fixer des limites au désir de l’homme, pour le faire échapper à une hypertension du moi qui condamne à l’autodestruction toute société. »

La vertu toute simple que nous propose Camus, comme sésame au seuil d’un siècle repu, adonné à la recherche du bien- être, et prêt à tous les compromis pour que rien n’empêche la progression inlassable des biens matériels, c’est « la force de caractère« , celle qui nait de l’alliance de l’énergie à la loyauté (…)

Les Français d’Algérie rendent un hommage à Camus l’écrivain qui a si bien décrit l’Algérie de leur enfance.

 

PLUS D’INFOS

FICHE ECRIVAIN

Nom de naissance:     Albert Camus

Activités: Philosophe, moraliste, romancier, dramaturge, essayiste, nouvelliste, journaliste

Naissance: 7 novembre 1913

Mondovi (Algérie française)

Décès: 4 janvier 1960 (à 46 ans)

Villeblevin (France)

Genres: Roman, théâtre, essai, nouvelle

Distinctions: Prix Nobel de littérature en 1957

 

OEUVRES

Révolte dans les Asturies (1936)
L’Envers et l’Endroit (1937), essai
Noces (1939), recueil d’essais
Le Mythe de Sisyphe (1942), essai sur l’absurde
L’Etranger (1942), roman
Le Malentendu (1944), pièce en 3 actes
Caligula (1945), pièce en 4 actes
La Peste (1947), roman
L’Etat de siège (1948) théâtre
Les Justes (1949), pièce en 5 actes
L’Homme révolté (1951), essai
La Chute (1956), roman
L’Exil et le Royaume (1957), recueil de nouvelles
La Mort heureuse (1971), roman
Le Premier Homme (1994), roman inachevé publié par sa fille.

ADAPTATIONS

Requiem pour une nonne, adapté de William Faulkner, théâtre

 Les Possédés, adapté de Dostoïevski, théâtre

Le chevalier d’Olmedo adapté de Lope de Vega, théâtre

JOURNAUX DE VOYAGE

LETTRES A UN AMI ALLEMAND

CORRESPONDANCE AVEC JEAN GRENIER

CORRESPONDANCE RENE CHAR 1946-1959

CHRONIQUES 1944-1948

CHRONIQUES 1948-1953

FRAGMENTS D’UN COMBAT, articles

CHRONIQUE ALGERIENNE 1939-1958

DISCOURS DE SUEDE, 1957

Le roman « L’Etranger » et l’essai « Le Mythe de Sisyphe » appartiennent au « cycle de l’absurde » qui sera ensuite complété par les pièces de théâtre « Le Malentendu » et « Caligula ».
Avec son roman « La Peste » (1947), Camus inaugure « le cycle de la révolte » qui explore le thème de l’engagement. Dans ce cycle s’inscrivent également L’Etat de siège (1948), les Justes (1949) et l’Homme révolté (1951).

A l’occasion du 50ème anniversaire de la mort d’Albert Camus, plusieurs ouvrages (biographies, dictionnaire, album souvenir) avaient invité le public redécouvrir l’homme et l’écrivain.
• le Dictionnaire Albert Camus dans la collection « Bouquins » (Robert Laffont)
• un album de photos et de souvenirs publié par sa fille Catherine Camus : Albert Camus, solitaire, solidaire (Michel Laffont)
• les biographies Albert Camus : fils d’Alger d’Alain Vircondelet (Fayard) et Albert Camus, une vie d’Olivier Todd (Folio).

BIOGRAPHIE (Source : Wikipédia)

Albert Camus, né le 7 novembre 1913 à Mondovi, à proximité de Bône (actuellement Annaba), dans le département de Constantine (depuis 1962, Dréan dans la willaya d’El Taref), en Algérie française, et mort le 4 janvier 1960 à Villeblevin, dans l’Yonne, est un écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et nouvelliste français.

Il est aussi journaliste militant engagé dans la Résistance française et dans les combats moraux de l’après-guerre.

Son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l’absurdité de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l’absurde, révolte qui conduit à l’action et donne un sens au monde et à l’existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir »

Sa critique du totalitarisme soviétique lui vaut les anathèmes des communistes et conduit à la brouille avec Jean-Paul Sartre.

Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1957, sa réputation et son influence restent grandes dans le monde.

Selon Bertrand Poirot-Delpech, les essais sur son œuvre ont abondé juste après sa mort, tandis qu’on rendait très peu compte de sa vie.

Les premières biographies ne sont apparues que dix-huit ans après sa mort.

Parmi celles-ci, la plus impressionnante est celle de Herbert R. Lottman, un journaliste américain observateur de la littérature européenne pour The New York Times et le Publishers Weekly

Dans le journal « Combat », ses prises de position sont audacieuses, aussi bien sur la question de l’Algérie que sur ses rapports avec le Parti communiste français, qu’il quitte après un court passage de deux ans

Camus est d’abord témoin de son temps, intransigeant, refusant toute compromission ; il est ainsi amené à s’opposer à Sartre et à se brouiller avec d’anciens amis.

D’après Herbert R. Lottman, Camus n’appartient à aucune famille politique déterminée, bien qu’il ait été adhérent au Parti communiste algérien pendant deux ans.

Il ne se dérobe cependant devant aucun combat : il proteste successivement contre les inégalités qui frappent les musulmans d’Afrique du Nord, puis contre la caricature du pied-noir exploiteur.

Il va au secours des espagnols exilés antifascistes, des victimes du stalinisme, des objecteurs de conscience.

Après cette immersion dans ce monde de ma jeunesse, il ne me reste plus qu’à replonger dans ces livres retrouvés dans ma Bibliothèque et, étant donné mon âge actuel, je pense y trouver out ce qui m’avait échappé à l’époque.

Je vous invite à faire de même.

Ci-dessous quelques images tirées du superbe magazine hors-série Le Figaro que j’avais acheté en 2010.

L'écriture, la révolte, la nostalgie

 ANCIEN ARTICLE SUR LE BLOG

Lors de notre visite au cimetière de Lourmarin du 1er juin 2009

Visite du cimetière de LourmarinIl y a 100 ans naissait Albert Camus dans 2013 2009.05.31-avignon-vinon-196-300x2252009.05.31-avignon-vinon-198-300x225 Albert Camus dans Algérie

 

Textes de Camus

  »Travailler et créer « pour rien », sculpter dans l’argile, savoir que sa création n’a pas d’avenir, voir son œuvre détruite en un jour en étant conscient, que profondément, cela n’a pas plus d’importance que de bâtir pour des siècles, c’est la sagesse difficile que la pensée absurde autorise. Mener de front ces deux tâches, nier d’un côté et exalter de l’autre, c’est la voie qui s’ouvre au créateur absurde. Il doit donner au vide ses couleurs. »

L’absurde naît de la confrontation de l’appel humain avec le silence déraisonnable du monde. »

« Les symphonies de la nature ne connaissent pas de point d’orgue.

Il y a une solitude dans la pauvreté, mais une solitude qui rend son prix à chaque chose.

Le monde n’est jamais silencieux ; son mutisme même répète éternellement les mêmes notes, selon les vibrations qui nous échappent. »

« Nous finissons toujours par avoir le visage de nos vérités. »
Extrait
(…) L’une des seules positions philosophiques cohérentes, c’est ainsi la révolte. Elle est un « confrontement » perpétuel de l’homme et de sa propre obscurité. Elle est exigence d’une impossible transparence. Elle remet le monde en question à chacune de ses secondes. De même que le danger fournit à l’homme l’irremplaçable occasion de la saisir, de même la révolte métaphysique étend la conscience tout le long de l’expérience. Elle est cette présence constante de l’homme à lui-même. Elle n’est pas aspiration, elle est sans espoir. Cette révolte n’est que l’assurance d’un destin écrasant, moins la résignation qui devrait l’accompagner.
C’est ici qu’on voit à quel point l’expérience absurde s’éloigne du suicide. On peut croire que le suicide suit la révolte. Mais à tort. Car il ne figure pas son aboutissement logique. Il est exactement son contraire, par le consentement qu’il suppose. Le suicide, comme le saut, est l’acceptation à sa limite. Tout est consommé, l’homme rentre dans son histoire essentielle. Son avenir, son seul et terrible avenir, il le discerne et s’y précipite. A sa manière, le suicide résout l’absurde. Il l’entraîne dans la même mort. Mais je sais que pour se maintenir, l’absurde ne peut se résoudre. Il échappe au suicide, dans la mesure où il est en même temps conscience et refus de la mort. Il est, à l’extrême pointe de la dernière pensée du condamné à mort, ce cordon de soulier qu’en dépit de tout il aperçoit à quelques mètres, au bord même de sa chute vertigineuse. Le contraire du suicidé, précisément, c’est le condamné à mort.
Cette révolte donne son prix à la vie. Étendue sur toute la longueur d’une existence, elle lui restitue sa grandeur. Pour un homme sans oeillères, il n’est pas de plus beau spectacle que celui de l’intelligence aux prises avec une réalité qui le dépasse. Le spectacle de l’orgueil humain est inégalable. Toutes les dépréciations n’y feront rien. Cette discipline que l’esprit se dicte à lui-même, cette volonté forgée de toutes pièces, ce face à face, ont quelque chose de puisant et de singulier. Appauvrir cette réalité dont l’inhumanité fait la grandeur de l’homme, c’est du même coup l’appauvrir lui-même. Je comprends alors pourquoi les doctrines qui m’expliquent tout m’affaiblissent en même temps. Elles me déchargent du poids de ma propre vie et il faut bien pourtant que je le porte seul. A ce tournant, je ne puis concevoir qu’une métaphysique sceptique aille s’allier à une morale du renoncement.
Conscience et révolte, ces refus sont le contraire du renoncement. Tout ce qu’il y a d’irréductible et de passionné dans un cœur humain les anime au contraire de sa vie. Il s’agit de mourir irréconcilié et non pas de plein gré. Le suicide est une méconnaissance. L’homme absurde ne peut que tout épuiser, et s’épuiser. L’absurde est sa tension la plus extrême, celle qu’il maintient constamment d’un effort solitaire, car il sait que dans cette conscience et dans cette révolte au jour le jour, il témoigne de sa seule vérité qui est le défi. Ceci est une première conséquence. (…)

2009.05.31-avignon-vinon-195c-signat Algérie dans Livres


 

 

 

   

 

Publié dans 2013, Algérie, Livres | Pas de Commentaires »

L’automne au coin du bois

Posté par ENO filles le 4 novembre 2013

 

L’automne est de l’une des quatre saisons, celle que j’aime le moins.

L’automne suit l’été et précède l’hiver. Baisse progressive des températures, temps devenant progressivement plus nuageux, pluvieux et venteux, parfois neigeux en fin de saison. Mais l’automne peut encore donner, jusqu’à la mi-novembre, de belles journées ensoleillées et douces: C’est l’été de la Saint-Martin (fêté le 11 novembre) et en Amérique du Nord l’été indien.

Fort heureusement l’automne a de quoi nous éblouir et ensoleille les arbres des couleurs du soleil qui disparait peu à peu.

Halloween lui a aussi emprunté ses couleurs.

Poème d’Automne (un envoi de Jean)

 

L'automne au coin du bois dans 2013 automne-v.hugo_-300x225

Joli diaporama pour illuminer une journée grise.

fichier pps Avis De Recherche

Les champignons

L’automne c’est aussi la saison des champignons.

Les connaissez-vous bien?

Voici quelques Quiz

Le premier est facile et ludique. Très utile.

 

champignons-2 automne dans 2013

D’autres, plus généraux: Cliquez sur les photos

01 champignons     03 Lamartine

02 nature     04 saison

 Bon! Maintenant vous en savez davantage… Vous pouvez …..

CUISINER LES CHAMPIGNONS

Pour accéder à quelques recettes faciles cliquez sur l’image

champignons-saut2s Saisons

L’Automne propice à la mélancolie à fait se lamenter les poètes -Oh! Comme je les comprends! -

Et l’école s’est emparée de cette saison qui pour tous les enfants signifie la fin des vacances et la Rentrée.

 Victor Hugo

fichier pdf L’automne par V.Hugo à l’école

L’automne célébré par:

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Salut ! Bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.

Paul Verlaine   (1844-1896)

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Guillaume Apollinaire (1880-1918)

 Automne, saison de brouillard et de tristesse… (Alcools)

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux
Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un cœur que l’on brise
Oh ! l’automne! L’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises.

Automne malade
Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes* nicettes** aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé

Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé

Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule…

*  génies et nymphes des eaux dans les mythologies germanique et nordique

** simplettes

Albert Samain (1858-1900)

Le vent tourbillonnant, qui rabat les volets,
Là-bas tord la forêt comme une chevelure.
Des troncs entrechoqués monte un puissant murmure
Pareil au bruit des mers, rouleuses de galets.

L’Automne qui descend les collines voilées
Fait, sous ses pas profonds, tressaillir notre cœur ;
Et voici que s’afflige avec plus de ferveur
Le tendre désespoir des roses envolées.

Le vol des guêpes d’or qui vibrait sans repos
S’est tu ; le pêne grince à la grille rouillée ;
La tonnelle grelotte et la terre est mouillée,
Et le linge blanc claque, éperdu, dans l’enclos.

Le jardin nu sourit comme une face aimée
Qui vous dit longuement adieu, quand la mort vient ;
Seul, le son d’une enclume ou l’aboiement d’un chien
Monte, mélancolique, à la vitre fermée.

Suscitant des pensées d’immortelle et de buis,
La cloche sonne, grave, au cœur de la paroisse ;
Et la lumière, avec un long frisson d’angoisse,
Ecoute au fond du ciel venir des longues nuits…

Les longues nuits demain remplaceront, lugubres,
Les limpides matins, les matins frais et fous,
Pleins de papillons blancs chavirant dans les choux
Et de voix sonnant clair dans les brises salubres.

Qu’importe, la maison, sans se plaindre de toi,
T’accueille avec son lierre et ses nids d’hirondelle,
Et, fêtant le retour du prodigue près d’elle,
Fait sortir la fumée à longs flots bleus du toit.

Lorsque la vie éclate et ruisselle et flamboie,
Ivre du vin trop fort de la terre, et laissant
Pendre ses cheveux lourds sur la coupe du sang,
L’âme impure est pareille à la fille de joie.

Mais les corbeaux au ciel s’assemblent par milliers,
Et déjà, reniant sa folie orageuse,
L’âme pousse un soupir joyeux de voyageuse
Qui retrouve, en rentrant, ses meubles familiers.

L’étendard de l’été pend noirci sur sa hampe.
Remonte dans ta chambre, accroche ton manteau ;
Et que ton rêve, ainsi qu’une rose dans l’eau,
S’entr’ouvre au doux soleil intime de la lampe.

Dans l’horloge pensive, au timbre avertisseur,
Mystérieusement bat le cœur du Silence.
La Solitude au seuil étend sa vigilance,
Et baise, en se penchant, ton front comme une sœur.

C’est le refuge élu, c’est la bonne demeure,
La cellule aux murs chauds, l’âtre au subtil loisir,
Où s’élabore, ainsi qu’un très rare élixir,
L’essence fine de la vie intérieure.

Là, tu peux déposer le masque et les fardeaux,
Loin de la foule et libre, enfin, des simagrées,
Afin que le parfum des choses préférées
Flotte, seul, pour ton cœur dans les plis des rideaux.

C’est la bonne saison, entre toutes féconde,
D’adorer tes vrais dieux, sans honte, à ta façon,
Et de descendre en toi jusqu’au divin frisson
De te découvrir jeune et vierge comme un monde !

Tout est calme ; le vent pleure au fond du couloir ;
Ton esprit a rompu ses chaînes imbéciles,
Et, nu, penché sur l’eau des heures immobiles,
Se mire au pur cristal de son propre miroir :

Et, près du feu qui meurt, ce sont des Grâces nues,
Des départs de vaisseaux haut voilés dans l’air vif,
L’âpre suc d’un baiser sensuel et pensif,
Et des soleils couchants sur des eaux inconnues…

Émile Verhaeren (1855-1916) - écrivain et poète belge.

Automne

Matins frileux
Le vent se vêt de brume ;
Le vent retrousse au cou des pigeons bleus
Les plumes.
La poule appelle
Le pépiant fretin de ses poussins
Sous l’aile.
Panache au clair et glaive nu
Les lansquenets des girouettes
Pirouettent.
L’air est rugueux et cru ;
Un chat près du foyer se pelotonne ;
Et tout à coup, du coin du bois résonne,
Monotone et discord,
L’appel tintamarrant des cors
D’automne.

Le vent

 (Les villages illusoires)

Sur la bruyère longue infiniment,
Voici le vent cornant Novembre,
Sur la bruyère, infiniment,
Voici le vent
Qui se déchire et se démembre,
En souffles lourds battant les bourgs,
Voici le vent,
Le vent sauvage de Novembre.

 

Aux puits des fermes,
Les seaux de fer et les poulies
Grincent.
Aux citernes des fermes,
Les seaux et les poulies
Grincent et crient
Toute la mort dans leurs mélancolies.
Le vent rafle, le long de l’eau,
Les feuilles vertes des bouleaux,
Le vent sauvage de Novembre;
Le vent mord dans les branches
Des nids d’oiseaux;
Le vent râpe du fer,
Et peigne au loin les avalanches,
- Rageusement – du vieil hiver,
Rageusement, le vent,
Le vent sauvage de Novembre.
Dans les étables lamentables
Les lucarnes rapiécées
Ballottent leurs loques falotes
De vitre et de papier.
- Le vent sauvage de Novembre! -
Sur sa hutte de gazon bistre,
De bas en haut, à travers airs,
De haut en bas, à coups d’éclairs,
Le moulin noir fauche, sinistre,
Le moulin noir fauche le vent,
Le vent,
Le vent sauvage de Novembre.
Les vieux chaumes à croupetons,
Autour de leurs clochers d’église,
Sont soulevés sur leurs bâtons;
Les vieux chaumes et leurs auvents
Claquent au vent,
Au vent sauvage de Novembre.
Les croix du cimetière étroit,
Les bras des morts que sont ces croix,
Tombent comme un grand vol,
Rabattu noir, contre le sol.
Le vent sauvage de Novembre,
Le vent,
L’avez-vous rencontré le vent,
Au carrefour des trois cents routes ;
L’avez-vous rencontré le vent,
Celui des peurs et des déroutes;
L’avez-vous vu cette nuit-là
Quand il jeta la lune à bas,
Et que, n’en pouvant plus,
Tous les villages vermoulus
Criaient comme des bêtes
Sous la tempête?

Sur la bruyère, infiniment,
Voici le vent hurlant.
Voici le vent cornant Novembre.

 

Jules BRETON   (1827-1906)

Automne

A Jules Dupré.
La rivière s’écoule avec lenteur. Ses eaux
Murmurent, près du bord, aux souches des vieux aulnes
Qui se teignent de sang ; de hauts peupliers jaunes
Sèment leurs feuilles d’or parmi les blonds roseaux.

Le vent léger, qui croise en mobiles réseaux
Ses rides d’argent clair, laisse de sombres zones
Où les arbres, plongeant leurs dômes et leurs cônes,
Tremblent, comme agités par des milliers d’oiseaux.

Par instants se répète un cri grêle de grive,
Et, lancé brusquement des herbes de la rive,
Etincelle un joyau dans l’air limpide et bleu ;

Un chant aigu prolonge une note stridente ;
C’est le martin-pêcheur qui fuit d’une aile ardente
Dans un furtif rayon d’émeraude et de feu.

 

bon-automne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans 2013 | Pas de Commentaires »

Halloween, les archives du blog

Posté par ENO filles le 29 octobre 2013

Halloween, les archives du blog dans 2012 gif6Cliquez sur le lien

HALLOWEEN 31 octobre

bandeau-citrouille Halloween 2012 dans 2013

Lors de la migration de mon hébergeur Unblog. fr en décembre 2011, le volet 2 du blog a péri dans la tourmente et les articles de cette période ne sont plus accessibles. Dommage!

Je vais donc réécrire ici les articles publiés alors.

ARTICLE DU 18 octobre 2007

Le rouge et le noir – Noël, Halloween 

Aujourd’hui c’est Halloween. C’est un grand jour pour moi. Je suis verdâtre, j’ai des croûtes qui suppurent sur le cuir chevelu, des pustules et des boutons sur le visage… Je suis répugnant !
En fait, je prépare Halloween depuis plus d’un an, rien qu’avec des moyens naturels. Par exemple, pour avoir des cernes sous les yeux je me couche tard tous les soirs…c’est une blague…d’Halloween

Halloween, de l’Irlande aux Etats-Unis

« Hé non, Halloween ce n’est pas américain mais celtique ! Petit retour en arrière. Il y a 25 siècles, les gaulois fêtaient leur jour de l’an (ou fête de Samain) aux alentours du 31 octobre. Ils revêtaient alors des costumes effrayants pour chasser les mauvais esprits et démons car ils supposaient que les gens morts durant l’année se voyaient révéler leur sort cette nuit là. Le mot Halloween viendrait de All Hallow’s Eve pour la veille de la Toussaint (All Hallow’s day), instaurée par le Pape Grégoire IV vers 840. Exporté aux Etats-Unis par les irlandais au 19è siècle, Halloween est rapidement devenu une fête nationale et connaît autant de succès que Thanksgiving »

citrouille Halloween 2013 dans Halloween

Raz la citrouille ! Halloween au pilori ! Pourquoi ? Comment ?

Fête commerciale dit-on, venue des Etats-Unis. Fête païenne. Tout le monde s’y est mis pour sacrifier cette fête sur l’autel de la tradition française.

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.

Mais savez-vous aussi que le Père Noël aussi nous vient d’Amérique. Et peut-on imaginer fête plus porteuse pour l’économie. Derrière la fête religieuse se cache la plus juteuse affaire commerciale.

Pas de chance pour Halloween :

Les commençants reçoivent Noël dès le mois d’octobre. Impossible de gérer ces deux stocks en même temps. Et pour les famille aussi. Noël coûte si cher ! Alors puisqu’il faut en sacrifier une !….

Les parents inquiets de voir leurs enfants se jeter dans ce monde « d’horreur » et de « laideur » qui leur fait peur à eux. Mais ont-ils oublié que la peur se combat par la peur ? Que la beauté se célèbre en opposition à la laideur.

Halloween (le 31 octobre) et ses références aux sorcières et aux fantômes dérivent de la tradition celtique: Old Year’s Night – la nuit de toutes les sorcières, quand les esprits retournent sur terre. Les enfants parcourent les rues avec des tenues effrayantes et ils portent des Halloween lanterns - des citrouilles (pumpkins), dans lesquelles on a dessiné un visage de fantôme, et placé une bougie à l’intérieur

La tradition de « trick or treats » (un bonbon ou une farce) a beaucoup gagné en popularité, et quelques s’enfants brûlent de s’y aventurer mais  c’est bien difficile ici. On n’ouvre pas sa porte comme ça et quant à distribuer des bonbons à tout le monde !…

Cette coutume dérive d’une autre tradition: « Mischief Night »’ en Angleterre pendant lesquelles les enfants passent une nuit sans règles au cours de laquelle on peut jouer de mauvais tours.

Et pour jouer des tours il ne faut pas être reconnu, et …il faut faire peur. Quel délice !
Et le pape s’en est mêlé – je n’ai rien contre lui, je suis chrétienne – Mais savez-vous que déjà en l’an 935 Halloween a du céder la place à la Toussaint ?

La fête de la Toussaint est une fête chrétienne mais qui ne tire pas son origine des textes bibliques.

Depuis des temps lointains, le 31 octobre, les Celtes, ancêtres des Irlandais, des Gallois et des Ecossais fêtaient Samain, une célébration dédiée aux morts et qui correspondait au nouvel an celte. Ce jour-là la légende veut que les fantômes des morts se mêlent aux vivants. Les villageois faisaient la cuisine toute la journée puis se déguisaient pour faire vivre l’âme des morts et transportaient la nourriture aux portes des villages, l’offraient aux fantômes afin qu’ils les laissent vivre en paix.

Pour combattre cette fête païenne, l’Eglise instaura à cette même date une fête chrétienne, baptisée Toussaint visant à célébrer tous les saints de l’Eglise, et en particulier les martyrs. C’est en 835 que le pape Grégoire IV sur l’ordre de Louis le Pieux déclara officiellement le 1er novembre fête de tous les saints.

Ensuite, au début du 19ème siècle, Pie X fait de la Toussaint une fête avec obligation d’assister à la messe.
Le Jour des Morts, le 2 novembre, ne doit pas être confondu avec la Toussaint, le 1 novembre, qui est une fête joyeuse. Elle marque le rassemblement de ceux qui sont et de ceux qui ne sont plus, dans l’espérance qu’à la fin des temps, les retrouvailles seront définitives. Cependant, parce que la Toussaint est un jour férié, il est plus facile de se rendre au cimetière ce jour-là et la tradition veut désormais que, le jour des morts, l’on se rende au cimetière et que l’on apporte aux disparus de sa famille des fleurs telles que les chrysanthèmes ou les oeillets d’Inde. Pas de chance non plus pour ces fleurs que l’on a du mal depuis à offrir aux vivants.

citrouille le rouge et le noir

 Et les enfants dans tout ça ?

Beaucoup plus tard, dans l’Irlande chrétienne, Halloween devint principalement une fête pour les enfants. Ces « fantômes » allaient de maison en maison demandant des friandises (treats) sinon ils jouaient de vilains tours (tricks) aux propriétaires des lieux. Les Irlandais qui émigrèrent aux Etats-Unis vers 1840 apportèrent cette tradition avec eux. Et c’est ainsi qu’un jour elle nous est revenue, pour le plus grand plaisir d’un grand nombre d’entre nous. Ma famille et moi en avons tiré pendant des années de grandes sources de plaisir familial.

 

Qui dit enfant dit pédagogie et psychologie : Apprendre à gérer sa peur

Halloween, un moment magique, une source précieuse pour l’enseignant.

Pour en savoir plus :

CNDP Tribune 2007

Inspection Académique Nancy-Metz 2007

 

Quelques extraits :

Thème : Halloween et la peur. – Éducation enfantine. – 10/1998, no. 1003.

De quoi les enfants ont-ils peur ? Des sorcières, du loup, des fantômes, de l’orage… On peut les laisser exprimer leurs sentiments. Mais pourquoi ne pas essayer à cette occasion de s’amuser à partir de ce qui les effraie? Le rire est bien souvent libérateur.

Jean-Michel Normand. – Histoires de trouilles et de citrouilles. – Le Monde. – 02/11/2000, n° 17347

La nuit d’Halloween fête sorcières et vampires, ravive frissons et peurs. Les adolescents sont friands de cette nuit d’épouvante qui leur donne l’occasion de se confronter à la peur et de la canaliser, de ritualiser l’épouvante, de se défouler de leurs angoisses
citrouille

Un film d’animation magnifique

L’étrange Noël de Monsieur Jack de Tim Burton. – USA, 1994

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, on y parle beaucoup d’Halloween.  Voici l’histoire:

Jack la lanterne qui organise les fêtes d’Halloween, vexé du succès de Santa Claus, le kidnappe et organise noël à sa place ! De nombreuses références aux fêtes anglo-saxonnes sont intéressantes à utiliser, mais c’est surtout les décors, les marionnettes et la musique qui sont fabuleux !

Tout en demi-teinte et pure poésie, avec bien sûr beaucoup d’humour …noir.

Albums pour enfants

« Ces gourmands qui font peur »

Les sorcières

Voyons voir, qu’ai-je dans mon chaudron aujourd’hui? Coulis de limaces écrasées, chaussette qui sent le pied, yeux de crapauds globuleux et poils de chauves-souris… Tiens, tiens, voilà qui ne m’a pas l’air mal non plus:

 

« Chez la sorcière » / Bénédicte Guettier

Niveau de lecture : bébé lecteur

Présentation de tous les personnages qui peuvent habiter chez une sorcière : un vieux fantôme enchaîné, une araignée affamée, un squelette qui claque des dents, etc.

 

« Cornebidouille » / Pierre Bertrand

Pierre ne veut pas manger sa soupe et son père le met en garde : « La sorcière Cornebidouille viendra cette nuit si tu continues ton caprice. » Pierre n’y croit pas une seconde mais dans la nuit, la sorcière apparaît. Qu’à cela ne tienne, il en faut plus pour faire peur à Pierre…

 

« Ah! Les bonnes soupes » / Claude boujon

La sorcière Ratatouille décida un jour de se faire une soupe magique qui la rendrait aussi belle qu’un mannequin. Elle consulta ses livres mais il n’y trouva que des recettes pour transformer les princesses en crapauds. Alors, elle improvisa… pour le pire et le meilleur des résultats.

 

« Wittilda, drôle de sorcière ! » / Caralyn Buehner

Wittilda, la sorcière, cherche du travail. Mais c’est un vrai désastre! Chaque fois qu’elle trouve un job, ses habitudes de sorcière reprennent le dessus et la situation tourne à la catastrophe

« La Course des sorcières » / Angelika Diem

Carmella la sorcière est décidée à participer à la grande course de balai annuel avec comme engin un vieux balai qui a beaucoup servi. Elle réalisera qu’il y a plus important dans la vie que gagner une course

« Les Fantômes et la sorcière » / Jacques Duquennoy

Il ne manque plus qu’un seul ingrédient à la sorcière pour réussir sa potion magique : Lucie. Par le biais d’une poupée vaudou, elle envoûte le petit fantôme et l’attire jusqu’en son antre.

 citrouille

Quelques Sites –parmi des milliers

Pour ceux qui veulent encore préparer Halloween, cet événement « effrayant » et piocher quelques idées

Halloween. com

Halloween.tm.fr : mon préféré

Recettes du Quebec : ce site est le rendez-vous des enfants

Au féminin.com: goûter Halloween

Techbull

Kutchuk: coutumes Halloween

Sympatico- spécial Halloween 2003

Juniorweb: Halloween

citrouille

Pour comprendre ce qu’est une citrouille, un potiron ou une courge !

L’Halloween est une fête qui ne saurait être complète sans ce légume de couleur orange vif

Academie de Toulouse: jardinage

Culture des citrouilles

Déjà grand-infoBébé

Halloween musical

citrouille

Pour illustrer vos réalisations

Smileys Halloween

Et si je vous ai persuadés de faire perdurer cette fête …

Pas de vrai Halloween sans le traditionnel Trick or Treat (« des friandises ou un mauvais tour »), c’est-à-dire la virée nocturne pour réclamer des bonbons aux voisins.

Alors trêves de farces, voici les critères à respecter pour vous éviter une bien grosse frayeur :
1 : toujours partir en groupe avec au moins un adulte.
2 : s’équiper d’une lampe de poche et d’un plan, et effectuer les visites, un trottoir après l’autre, pour limiter les traversées.
3 : éviter les allées sombres et les gros chiens bienveillants et, surtout, ne jamais entrer dans une maison. 
4, la plus dure des mises en garde : ne manger les bonbons qu’après une rapide vérification (date de péremption, etc.), une fois rentré à la maison…

Et bien sûr, n’oubliez pas de préparer un saladier de bonbons pour les enfants qui passeront toquer à votre porte !

citrouille

Pour animer la fête : quelques superstitions d’Halloween

  1. Manger une pomme à minuit devant son miroir. La figure du partenaire de votre vie apparaîtra dans ce miroir.
  2. Avoir des pommes et des noix dans la maison afin d’éloigner les mauvais esprits.
  3. Pour ceux qui ont un jardin ou une ferme, faire des feux dans les champs afin d’avoir une bonne récoltes l’année suivante.
  4. Si l’on entend des pas derrière soi le soir de l’Halloween, il ne faut pas se retourner, car cela signifie la présence d’un défunt. Si on le regarde, on mourra au cours de l’année.
  5. Les chats noirs … Une Encyclopédie dit que le fait d’éviter les chats noirs a aussi des origines religieuses. Au Moyen Âge on croyait que les sorcières étaient capables de se changer en chats noirs. Quand un tel chat était vu, il était considéré comme une sorcière déguisée.
  6. Le chiffre 13 a la réputation d’être un chiffre malchanceux.
  7. Renversez la salière sur la table et une dispute dans le ménage éclatera avant la fin de la journée. Pour conjurer le sort, jetez trois pincées de sel par-dessus votre épaule.
  8. Offrez un couteau à un ami, vous couperez votre amitié.
  9. Lorsque l’on entre dans une église où l’on n’est jamais entré, il faut entrer du pied gauche et faire un souhait.
  10. Interdit de balayer l’entrée de la porte, de nuit ; et surtout de jeter dehors les balayures de la maison « après soleil couché » sous peine de balayer, du même coup le bonheur de son foyer.
  11. Souhaitez bonne chance au chasseur et il rentrera bredouille.
  12. Mettre une pomme sous l’oreiller pour rêver de la personne que vous aimez.
  13. Dire le nom d’une personne que vous aimez et jeter des pépins de pomme dans le feu. S’ils flambent, la personne vous aime; s’ils émettent de la fumée, ce n’est pas le cas
  14. Pelez une pomme, puis jetez-en la peau par dessus votre épaule gauche avec la main droite. La forme de la pelure est la première lettre du nom de votre mari ou de votre femme.

 

Vive Halloween ! Vive Halloween !

Halloween vient bien de « chez nous ».

L’Amérique nous la renvoie simplement sous son aspect commercial et on ne va pas s’en plaindre ! Quel plaisir de voir « orange » en octobre tout comme de voir les décorations de Noël dés le début décembre ! Un peu de couleur dans les villes, parfois bien monotones, fait du bien ! Arrêtons les gens ignorants d’y voir que du noir dans cette fête…

 gif1

 

 

 

 

Publié dans 2012, 2013, Halloween | Pas de Commentaires »

De sympathiques retrouvailles. Anniversaire Eliane Anton promo 59

Posté par ENO filles le 15 octobre 2013

« Bonjour,

En surfant sur la toile comme on dit, je recherchais une ou des photos de l’Ecole normale d’Oran, école dans laquelle ma sœur Eliane ANTON, l’aînée de la famille, se préparait un bel avenir.

J’ai trouvé une photo sur le lien suivant :

La promo 59, une photo et des noms

Sur la 1ère photo postée par Mme Geneviève FABRE (Gény), ma sœur est le n° 42.

Avec la photo précitée il y a toute une liste de noms de ses camarades de la promo 59.

Sur la 2ème photo, elle porte le n° 11.

 

Ma sœur aînée, Eliane ANTON, fêtera ses 70 printemps le 07 octobre prochain ; et nous, ses frères et sœurs, éparpillés sur le territoire national, allons lui faire la surprise de la retrouver en Vendée, à l’Aiguillon-sur-mer, les vendredi 04 octobre au soir, pour un week-end qui nous voulons mémorable pour elle. Son fils, mon neveu, toujours plein d’idées, est en train de concocter tout un lot de surprises. C’est en faisant des recherches sur la toile que j’ai trouvé 2 photos sur lesquelles se trouve ma sœur, photos prises en 1961.

Moi, je n’avais que 10 ans à l’époque, mais quelle admiration j’avais déjà pour cette grande sœur !

Et il m’est venu alors l’idée suivante: et si pour cette occasion, je lui remettais tout un lot de courriers, cartes d’anniversaires… écrites de la main de ses camarades de promotion de l’ENO. Et si certaines de ces camarades étaient domiciliées tout près de l’Aiguillon-sur-Mer (85), ou disons pas trop loin pourquoi ne pas essayer d’organiser une rencontre….un demi-siècle après… et lui faire la surprise de les retrouver quelques instants pour cet événement?

Avouez que ce serait génial ! signé Robert ANTON 

 

Et oui, sur le blog ENO, tout est possible. La preuve…

Le 11 septembre, un premier article est posté.

 

Eliane Anton recherche ses amies de la Promo 1959

et le lien adressé par mail aux Normalien(ne)s

Le message est lu et certaines d’entre nous ont accepté avec joie, cette idée de renouer le contact avec Eliane.

Non ! Robert n’a pas tout à fait croulé sous les mails mais tout de même, Eliane aura eu sa surprise. Sa famille a bien fait les choses. C’est une fête comme je les aime et comme nous avions l’habitude de les vivre là-bas.

Il aurait également bien aimé reprendre contact avec les camarades avec lesquelles elle a effectué sa dernière année à Pau (64) en 62-63, après le départ d’Algérie – parmi ces camarades il y aurait eu la skieuse Annie Famose- mais sans succès dans ses recherches.

Espérons que ces personnes tomberont un jour par hasard sur le blog. Je me ferai un grand plaisir de les diriger vers Eliane

 

Epilogue

Et le jour J est arrivé.

Le vendredi 04 octobre 2013 au soir, en arrivant au gîte de Ste Hélène à l’Aiguillon-sur-Vie, Eliane ne s’attendait pas à y trouver ses frères et sœurs, ses enfants et petits-enfants et…d’autres surprises… dont les lettres de ses anciennes camarades. Un week-end exceptionnel ! Comme le prouvent les photos prises à cette occasion.

Un petit diaporama résume pour vous la fête  célébrée en son honneur. Heureuse grand-mère!

 

cliquez sur la vignette

Image de prévisualisation YouTube

 

 ndlr: ceci est ma première vidéo réalisée sur Windows 8. Soyez indulgents. J’ai galéré toute la journée.

7 octobre 2013 Message de Robert

Bonsoir les Charmantes au grand cœur,

J’espère que tout va très bien pour vous.

Charmantes n’est pas assez fort pour exprimer ce que vous êtes; vous êtes tout ce qu’il y a de plus génial, de plus généreux, vous êtes fabuleuses, et vous avez un cœur gros ….comme ça !

Juste quelques mots ce soir pour vous remercier du fond du cœur pour ce que vous avez fait; vous êtes sensationnelles , et j’aurais vraiment aimé que vous soyez présentes pour voir le bonheur de ma sœur, la joie immense, la surprise totale, l’ébahissement, elle croyait rêver.

La surprise du courrier de ses camarades de l’ENO, ajoutée à la surprise de notre présence et à toutes les autres surprises….elle a eu droit à un petit film réalisé par sa fille aînée et son gendre sur Oued El Heimer au Maroc (ils s’y sont rendus tout spécialement pour), son école primaire, sa classe, la maison où nous habitions (j’y étais aussi car je suis né à Oujda.)…. Je vous raconterai très bientôt plus en détail, et vous enverrai des photos. Elle a une excellente mémoire, j’en suis convaincu.

Je ne compte pas les paquets de kleenex, moi aussi je les ai utilisés, rien qu’en voyant son émotion lorsqu’elle a lu vos courriers; quelle joie, quel bonheur pour elle !

Je l’ai encore appelée ce soir puisque c’est son jour de naissance, elle me disait qu’elle avait vécu le plus bel anniversaire de sa vie.

Je m’arrête là pour ce soir, ma Grande Eliane est très heureuse, le mot est faible, grâce à vous; vous êtes des vraiment des Charmantes au cœur d’or.

Madame Simon, Setty, pardon, je n’ai pas répondu à votre dernier mail; Merci pour le poème, c’est très beau, très fort. Je l’enverrai à ma Grande Eliane.

(Pourrais-je en avoir une copie pour le blog si Setti et Eliane le permettent bien entendu?)

Je reviens vers vous toutes très bientôt.

Paule….Avant que je n’oublie…. j’ai, bien sûr, le plein accord pour les photos sur le blog…..Ma sœur n’a pu résister à mon charme…

Prenez grand soin de vous, je vous souhaite plein de bonheur et rien que des joies et de la sérénité.

A bientôt,De sympathiques retrouvailles. Anniversaire Eliane Anton promo 59 dans Anniversaires robert

Les souvenirs évanouis, 

De flash-back éblouis, 

N’avais  plus de mémoire 

J’avais perdu le cours de l’histoire… 

Plus de come-back ?

Non ! Ces photos jaunies qui me parviennent 

Parfois, comme aujourd’hui, 

Me ramènent jusqu’au moment 

Où nous étions ensemble, 

Comme dans un train où défilent les paysages. 

Va, viens et refais le chemin, 

Celui de ta jeunesse 

Quand ta vie n’était encore qu’une chance…  

Retrouve tes années lumières… 

Merci à toutes ces amies enfouies dans ma mémoire 

Ou que j’ai côtoyées sans le savoir, 

De m’offrir tout ce passé 

Que j’avais jusqu’ici occulté.

(extrait de mon blog)

Bon anniversaire Eliane et peut-être un jour, au plaisir de te rencontrer.

Et pourquoi pas à Sète en 2014 ?

« Un jour tu verras, on se rencontrera »: C’était à l’origine, l’objectif de ce blog. Alors je suis heureuse de rendre mes anciennes camarades heureuses de se retrouver un jour. Pour que vive le blog, laissez vos commentaires.

20H58… 12 VISITEURS EN LIGNE un exploit…Bonne visite et bonne soirée. Je vais aller me sustenter.

 

Joyeux Anniversaire

 

 

Encore merci à toutes, et plus particulièrement à :

Annick Hoyon ; Geneviève Deveney ; Geneviève Simon ; Jeanne Milleliri- de Peretti ; Marie-Hélène LORRAIN, Geneviève Sanchez Schereck ; Setty Zidour.

Paule Guilhem-Chadeau

 

LA PROMO 58-62

Liens vers les articles précédents 

Retrouvez-les sur:

Page du 24 octobre 2007: liste des élèves de la promo 58

Commentaires sur Article du 28 mai 2007 – Les Perrégauloises 

Article du 15 octobre 2007: UNE NOUVELLE VENUE DANS LE GROUPE – Marie-Madeleine Bonne

Article du 29 mars 2009: Promo 58-62 – du nouveau Elisabeth Bénizri

Article du 3 mai 2009: PROMO 58-62 Elisabeth Benizri – le 1er mai 1960

Article du 12 mai 2009: PROMO 58-62 le 12 mai 2009- Geneviève Fabre

Article du 18 mai 2009 – Liste promo 59

Article du 18 mai 2009: Maguy CINQ-FRAIX: On recherche Colette Dumas

Article du 14 septembre 2010: Promo 58 – Paulette Ascenci rejoint le groupe

Article du 26 septembre 2011: Bernadette Madier-Leroy La connaissez-vous?

LISTE DES ELEVES

  1. Amsellem Paulette
  2. Beltra Marcelle
  3. Bénizri Elisabeth
  4. Bonne Marie-Madeleine
  5. Bouclon Annie
  6. Camensuli Nicole 
  7. Chatail Danielle – décédée en octobre 2006
  8. Coste Anne-Marie  
  9. Derschlag Michèle
  10. Esquierdo Gilberte
  11. Estrada  Christiane
  12. Fabre Geneviève  
  13. Garcia Arlette 
  14. Garcia Marie-Rose  
  15. Gil Marcelle – décédée
  16. Guestavino Michèle – décédée à Tours en 1987
  17. Klasen Nicole 
  18. Leveque Danielle – FP uniquement 
  19. Lopez Anne-Marie  
  20. Lopez Annie
  21. Lopez Danielle
  22. Lopez Marie-Paule 
  23. Martinez Danièle 
  24. Martinez Dolorès  
  25. Mateos Rose-Marie 
  26. Medina Monique 
  27. Mihoub Fatma
  28. Milleliri Jeanne
  29. Navarro Evelyne
  30. Navarro Lucienne 
  31. Parry Michelle
  32. Peraira Odette
  33. Perlès Yvette 
  34. Pons Michèle
  35. Ramires Ghislaine
  36. Repcik Annie
  37. Rocamora Michèle 
  38. Roch Christiane 
  39. Rodenas Jacqueline
  40. Ruis Annie
  41. Salvador Hermine
  42. Such Hortense  
  43. Valero Maryse

 

 

 

 

Publié dans Anniversaires, Avis de recherche, ENO, Promos | 3 Commentaires »

Eliane Anton recherche ses amies de la Promo 1959

Posté par ENO filles le 11 septembre 2013

Voici deux messages qui m’avaient échappé. Désolée.

Je change actuellement d’ordinateur et l’adaptation de mes logiciels à Windows 8 n’est pas toujours évidente.

Bonjour Monsieur,
j’espère que votre demande sera lue par mes amies de l’ENO et que votre sœur aura la surprise que vous espérez.

Je leur communique ici, sans attendre, vos deux messages.

Le 8 septembre 2013 Robert ANTON, frère d’Eliane, a écrit:
« Bonjour,
En surfant sur la toile comme on dit, je recherchais une ou des photos de l’Ecole normale d’Oran, école dans laquelle ma sœur Eliane ANTON, l’aînée de la famille, se préparait un bel avenir.
J’ai trouvé une photo sur le lien suivant :

http://ecolenormaledinstitutricesdoran6.unblog.fr/2009/05/20/la-promo-59-une-photo-et-des-noms/

Eliane Anton recherche ses amies de la Promo 1959  anton-promo59avril1961

Cette photo a été postée par Mme Geneviève FABRE (Gény), et ma soeur est le n° 42.

Les 04, 05 et 06 octobre prochains nous allons, ses frères et sœurs, et  c’est une surprise pour Eliane, organiser une fête pour ses 70 ans à l’Aiguillon-sur-Mer  (85).
Avec la photo précitée il y a toute une liste de noms de ses camarades  de la promo 59. Rappel ci-dessous:

1. AMSELLEM Jacqueline ou Paulette

2. VERIN Jeanne

3. SANCHEZ Lydia

4. FABRE Geneviève

5. TERRAL Agnès

6. HOYON Annick

7. LABBOUZ Josette

8. LEVY Jacqueline

9. MIHOUB Fatma

10. CANO Josiane

 

11. RICARD Jeannine

12. FREIXE Marie-Louise

13. DE RUEDA Jacqueline

14. LOPEZ Annie

15. BOURDIE Michèle

16. AMSELLEM Jacqueline ou Paulette

17. AIVAR Marie-José18. QUILLIEN Nicole19. THIRIAT Jacqueline

20. FONT Michèle

21. MACIA Jeanne

22. BONNE Marie-Madeleine

23. PERAIRA Odette

24. DEVENEY Geneviève

25. SANCHEZ Geneviève

26. BLANC Josiane

27. CAMALLONGA Jeannine

28. SICSIC Odette

29. RUESCAS Jeannine

30. MILLELIRI Jeanne

31. NAVARRO Line

32. SIMON Geneviève

33. PASTOR Claudette

34. PARRY Michèle

35. ESQUIERDO Gabrielle

36. DEZAN Jeanne

37. LACOSTE Chantal

38. PONS Michèle

39. POMEDIO Lucienne

40. KLASEN Nicole

41. DARMON Monique

42. ANTON Eliane

43. BENZHORA Tata

44. COSTE Anne-Marie

45. MARTINEZ Danièle

46. MORETEAU Annie

47. BRIN-AURIGO Danièle

48. DUTEIL Edith

49. SALVADOR Marie-Paule

50. GARCIA Jeanne

51. MESMIN Marie-Hélène

52. BENIZRI Elisabeth

53. MERINOS Marie-Gabrielle

J’aimerais que ses camarades de promo prennent contact par mail, car pour celles qui seraient d’accord, outre le fait qu’elles pourraient renouer  le contact avec ma soeur, je pourrai leur communiquer mon adresse personnelle,  où elles pourraient m’envoyer un petit mot ou une carte pour ces 70 ans, et  pourrai lui remettre le tout le jour J; et pourquoi pas, pour celles qui  seraient domiciliées dans le département 85 ou département proche de  l’Aiguillon-sur-mer, essayer  d’organiser une rencontre…. un demi-siècle après…Tant pis si je croule sous  les mails, j’apprécierai.
Je vous remercie d’avance, quel que soit le nombre  de mails, ce sera super chouette.
J’aurais souhaité également trouver des  photos, des contacts de camarades avec lesquels elle a effectué sa dernière  année à Pau (64),année 62-63, après notre départ d’Algérie, et parmi ces camarades il y avait je crois la skieuse Annie Famose, mais sans succès dans mes  recherches.

Là aussi, si quelqu’un pouvait m’aider….Grand merci pour tout,  j’attends avec impatience….urgence signalée….
Bien  cordialement,
Robert ANTON

Contact 1 ou contact 2

Urgent : 2eme message

Je me présente, M. Robert ANTON, domicilié en région parisienne, et frère d’Eliane ANTON qui faisait partie de la promotion 59 à l’Ecole normale d’institutrices à Oran.

Ma démarche va peut-être vous étonner, mais pas vous ennuyer j’espère, d’autant plus qu’elle fera éventuellement double emploi avec celle que j’ai entreprise hier , en utilisant le formulaire de contact à l’aide du lien : http://ecolenormaledinstitutricesdoransommaire.unblog.fr/formulaire-de-contact/

Quel est le but de ma correspondance ?

Ma sœur aînée, Eliane ANTON, fêtera ses 70 printemps le 07 octobre prochain ; et nous, ses frères et sœurs, éparpillés sur le territoire national, allons lui faire la surprise de la retrouver en Vendée, à l’Aiguillon-sur-mer, les vendredi 04 octobre au soir, pour un week end qui nous voulons mémorable pour elle.
Son fils, mon neveu, toujours plein d’idées, est en train de concocter tout un lot de surprises.
C’est en faisant des recherches sur la toile que j’ai trouvé 2 photos sur lesquelles se trouve ma sœur, photos prises en 1961. Moi, je n’avais que 10 ans à l’époque, mais quelle admiration j’avais déjà pour cette grande sœur !
Sur la 1ère photo , Eliane porte le n° 42 ( lien ci-après) http://ecolenormaledinstitutricesdoran6.unblog.fr/2009/05/20/la-promo-59-une-photo-et-des-noms/ )

Sur la 2ème photo, elle porte le n° 11 (lien ci-après) http://oran1950.free.fr/ECOLE%20NORMALE%20D%20INSTITUTRICES%20ECKMUHL/slides/ECOLE%20NORMALE%20D%20INSTITUTRICES%201960%201%20ERE.html#picttop

Le jour J, ma sœur verra ces photos, avec les noms de ses camarades de la promotion, et je pense que cela lui fera chaud au cœur.

Et il m’est venu l’idée suivante : et si pour ses 70 ans, je lui remettais tout un lot de courriers, cartes d’anniversaires….écrites de la main de ses camarades de promotion de l’ENO ; et si certaines de ces camarades étaient domiciliées tout près de l’Aiguillon-sur-Mer (85), ou disons pas trop loin pour pouvoir lui faire la surprise de venir passer quelques instants avec elles pour ses 70 ans ? Avouez que ce serait génial ! Mon neveu trouve lui aussi que ce serait génial.

Alors, pour l’une ou l’autre des idées précitées, je vous propose de me contacter, dans un premier temps par mail, à l’une des adresses suivantes :

Contact 1 ou contact 2

Je pourrai alors, si mon idée vous plaît, vous communiquer l’adresse de mon domicile, et mes coordonnées téléphoniques, afin que nous échangions et prenions les dispositions pour l’envoi des courriers ou cartes que je collationnerai pour les lui remettre.

Peut-être, à la lecture de ces lignes, allez-vous trouver que je suis sans gêne ou je ne sais quoi ; si c’est le cas, ne prêtez aucune attention à ce courrier ; mais j’espère que vous comprendrez que ma démarche n’est guidée que par le seul désir d’ajouter un peu plus de bonheur et de joies au cours de cette journée que je voudrais « merveilleuse » pour une Dame « merveilleuse ».
Je vous remercie de m’avoir accordé de votre précieux temps pour lire ce courrier.

Très respectueusement à vous toutes,

Robert ANTON

 

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

Sète 2013: le retour

Posté par ENO filles le 29 mai 2013

Samedi 25 mai

Sète 2013: le retour dans 2013 img_0001-le-centre

Ca y est j’émerge. Une nuit de sommeil bien méritée et  j’ai retrouvé mes marques. Mes articulations se portent bien et ma voix se refait entendre.

collage-sete-2013-red Bouzigues dans Rencontres

Après un séjour aussi sympathique et réussi auprès de tous nos amis, il reste un peu de vague à l’âme: plus de chansons, plus de danses, plus de gourmandises,

plus de dives bouteilles… jusqu’à l’année prochaine!

img_0011-le-bar Brassens dans Sète

Le vent froid de l’hiver qui s’accroche aux branches des arbres et aux mâts des voiliers, ne veut pas lâcher prise et a eu raison de ma bonne humeur.

Mais il me reste le souvenir de ces quelques jours tant attendus et déjà disparus.

Un regard attendri sur les photos qui  s’accumulent dans ma mémoire  et celle de mon ordinateur, et me voici revenue en arrière.

Le Directeur du Centre, nouvellement arrivé, qui nous a accueilli avec un grand sourire et un petit verre de Frontignan.

img_0003 Colette Richarme

Nos chambres-cellules au confort un peu spartiate, qui nous redonnent un coup de jeune.

Des repas sans prétention mais agréablement préparés.

img_0002-repas Fabienne raconte

Bon! Là, il n’y a rien dans les assiettes. Mais après je mange aussi …

Quant aux sorties, la météo nous a laissé un peu de répit pour nous permettre de voguer sur l’étang de Thau où prospèrent huitres et moules dont nous avons retrouvé, plaisir inégalé, quelques spécimens dans nos assiettes.

img_0003-huitres Jean Vilar

Nous n’avons pas non plus boudé  le musée Paul Valéry et son exposition d’aquarelles et de gouaches.

img_0004-musee Le Lazaret

 

Nous avons revisité le cimetière marin où repose le grand Georges, pour un dernier sommeil et qui offre une dernière demeure aux  célébrités locales.

img_0005-cimetiere Musée Paul Valéryimg_0006-cimetiere Paul Valéry

Un peu de shopping à la boutique du coin. Mais pour ma part il faisait trop froid pour tenter un essayage. La petite robe que je visais a vite disparu du portant.

Quelques vaillantes Gauloises ont même réussi à se jeter dans l’onde méditerranéenne à la température encore très basse: l’eau froide ça ravigote!

Et le reste du temps nous avons tchatché, ri, sauté, dansé, chanté etc. Ma voix n’a pas résisté aux premiers échanges. Et pourtant je suis bavarde! Mais trop c’est trop!

La salle de l’Oratoire, avec sa grande croix de bois et son mur-vitrail, a accueilli et béni nos joyeuses agapes.

img_0007-oratoire rencontres normaliennes

Notre grand organisateur, Jean, avec beaucoup de talent, de patience et de bonhomie  a tout fait pour rendre notre séjour agréable, et il a réussi:

img_0008-danses Sète

jeux en tout genre pour remuer nos méninges, danses folkloriques et autres pour remuer nos corps endormis par le froid de l’hiver, chants variés pour chasser les chats logés dans nos gorges et stimuler les plus doués, sketches emplis de bonhomie… Que du bonheur!

Et dans notre groupe de filles il y avait nos benjamines nouvellement retrouvées grâce au Blog et aussi émues que nous en entendant notre: « Bonjour les petites! »

Et de chanter ensemble:   »Que c’est beau la vie! »

img_0009-les-petites Sète 2013

Et voici le moment des adieux. Le groupe, ou du moins ce qu’il en reste pose pour le souvenir.

Réalisateur et acteurs posent pour le  Festival de … Sète

img_0010-le-groupe

Mais non! nous ne sommes pas encore partis. La magie se poursuit pour une dernière séance qui nous réserve beaucoup de surprises.

img_0012-la-derniere-seance

Je vais laisser la place à Fabienne qui raconte mieux que personne.

Merci Fabienne et à l’année prochaine. Quelques-unes de nos idées se rencontrent mais nous avons tous vécu la même chose et nous avons laissé parler nos cœurs.

Les Retrouvailles Sétoises 2O13 racontées par Fabienne Blesson.

Comme les années précédentes , les mamies « processionnaires » et les « énorques » se sont retrouvés au Lazaret, pendant 3 jours.Pour cet évènement tant attendu, elles et ils ont bravé :les avis médicaux, les routes et les embouteillages, la pluie, le vent, le froid.

L’heure avait sonné, ils se devaient d’être tous là. Si certains préfèrent la Croisette de Cannes, nous nous préférons Notre Festival de Sète !!!!!!

Un peu plus bruyants chaque année ( que voulez vous , l’âge aidant, nous parlons tous un peu plus fort, nos chants sont plus cacophoniques mais pas encore cacochymes, nos danses sont un peu moins endiablées , moins de rock and roll et de valses à mille temps , mais pour des cœurs un peu essoufflés, des jambes un peu plus lourdes,les danses folkloriques sont plus adéquates mais non moins drôles……

Notre Maître de Ballet a eu beaucoup de mal à se faire obéir, à nous obliger à compter les pas, à ne pas être trop dissipés……peu sont restés spectateurs( ils avaient des raisons majeures ), mais les autres , tous les autres ont participé et ont offert un spectacle de choix. N’est-ce pas Jean Bauza, Jacky Diacono , Robert Cohen, Camille Martinez et j’en oublie certainement.

Des apéritifs pantagruéliques qui méritent des louanges. Bravo à celles et ceux qui ont confectionné ces merveilles de chez nous, là-bas…..

Merci à tous les autres qui ont participé à l’approvisionnement en boissons tout au long du stage !….

Des repas animés, des cris de joie, des rires, des larmes de joie, de grands moments d’amitié, d’échange de souvenirs , de rappel des grands absents avec émotion souvent contenue , d’échanges de sourires complices, de partage, d’accolades fraternelles….

Une belle équipe , soudée , qui fait perdurer l’esprit de la communauté Normalienne d’Oran.

Belle sortie à Bouzigues, bon repas en bord de mer, visite du Musée Paul Valéry, du cimetière marin, promenade sur la corniche de Sète par petits groupes, et toujours présente cette –symbiose/amitié- presque palpable, mais je cherche toujours le mot pour définir cet indéfinissable plaisir d’être ensembles.

Notre Brassens toujours à l’honneur et ses fans Jean, Michèle et surprise exquise Bernard qui de sa voix douce nous a sciés. Bernard perd ses affaires, se perd lui-même parfois, mais là il n’a rien perdu des mots de ces chansons très peu connues, petits bijoux de poésie. Bernard ce matin là fut aussi un petit bijou ! ( je parle pour moi, vous je ne sais pas .)

Lecture des nombreux messages envoyés par ceux qui exceptionnellement cette année n’avaient pu se joindre à nous. Merci à ces lointains amis.

Nos petites nouvelles recrues semblent avoir apprécié la convivialité du groupe , elles pleuraient en nous quittant, j’en ai reçu une dans mes bras qui pleurait à chaude larmes. C’est pas beau ?

Votre présence a été un plus soyez en certaines. Nous avons été ravis de vous compter dans notre communauté.

Remontée dans mon « djebel » savoyard , je me passe et me repasse le film de notre séjour, vos visages défilent dans ma tête, vos voix résonnent dans ma tête …..Merci , c’est tout ce que je peux vous dire et ARVI, PAS ? c’est ainsi que l’on dit au revoir par chez nous ( maintenant je parle comme les gens du coin)

Riez en me lisant, souvenez vous de la Fabienne, comme elle se souvient de vous.

ndlr / Mes amis, je n’ai pas beaucoup de photos intéressantes pour réaliser le livre-souvenir 2013. Et surtout je n’en n’ai guère de moi, pauvre photographe! Alors pensez à m’en envoyer. Merci d’avance.

Grosses bises à tous et à toutes,

Paule

 

 

 

 

 

Publié dans 2013, Rencontres, Sète | Pas de Commentaires »

Pâques 2013, c’est demain

Posté par ENO filles le 30 mars 2013

Pâques revient.

Le saviez-vous?

Les mots français Pâque et Pâques tirent leur origine de l’hébreu pesah, qui signifie « passage ». Avant même d’être associée à la religion, la fête de Pâques soulignait l’arrivée du printemps.  Cette fête a d’ailleurs conservé un aspect païen en anglais : le mot Easter dérive de Eostre, la déesse saxonne de la fertilité et du printemps. Il est intéressant de noter que la Pâque se traduit en anglais par Passover.

La Pâque des juifs, Pâques des chrétiens

Lorsqu’on célèbre la Pâque au féminin singulier, on fête avec les juifs. Durant les célébrations de la Pâque juive, la tradition veut qu’on « mange la pâque ». Dans cette expression, le mot pâque, accompagné de l’article, désigne l’agneau pascal immolé pour célébrer la fête.

Les chrétiens, quant à eux, parlent de la fête de Pâques. Ils « font leurs pâques », c’est-à-dire qu’ils se confessent et communient durant la période pascale. Dans ce cas, le mot est masculin. Même s’il est singulier, il prend toujours un s final. Il n’est pas précédé de l’article : Pâques est toujours célébré un dimanche. Mais aussi curieux que cela puisse paraître, lorsqu’il est accompagné d’un adjectif, le mot devient féminin pluriel (Pâques fleuries, joyeuses Pâques).

Qui dit Pâques, dit chocolat!

Pour les lettres de Pâques, des timbres bons à lécher

L’impression d’une série limitée de cinq timbres à l’odeur et au goût de chocolat, l’un des symboles de la gastronomie du pays, a été lancée par la poste belge, le 6 février 2013. Une première mondiale selon la bpost.  Un goût chocolat a été incorporé dans la partie gommée des timbres, sous la forme d’huiles essentielles de cacao, de sorte qu’il se libère lorsqu’on la lèche.

Les timbres ont également une odeur de chocolat, qui s’exhale de l’encre à laquelle un arôme a été ajouté, précise bpost.

Sur le  recto du timbre, le chocolat se décline sous la forme de granulés, de pralines, de pâte à tartiner, de morceaux ou encore de bâtons.

« Trouver le parfum et le goût du chocolat noir qui caractérisent le chocolat belge n’a pas été une mince affaire. Finalement, des partenaires provenant de pas moins de quatre pays, la Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse, y ont collaboré », souligne la poste belge.

« Ce n’est pas la première fois qu’un timbre-poste odorant est émis, mais cette senteur est désormais combinée à un goût, une primeur absolue », se félicite encore bpost.

Pâques 2013, c'est demain dans 2013

Le feuillet de cinq timbres, destinés aux envois internationaux, coûtera 6,20 euros. Tirés à 107.600 exemplaires, ils seront en vente à partir du 25 mars, notamment sur le site internet www.bpost.be.

Voilà qui relance le courrier. Les gourmands pourront  apprécier le goût des timbres belges

 Les oeufs de Pâques

Qui ne raffole pas des œufs multicolores que « pond » le sympathique lapin de Pâques?

Dans certains pays, c’est la poule, le coucou, la cigogne ou encore le renard qui fait office de lapin de Pâques.

Et en France, la tradition veut que ce soient des cloches de Pâques.

En effet, le dimanche de Pâques, les cloches rapportent des œufs de Rome qu’elles laissent tomber dans les jardins, au plus grand plaisir des enfants.

Dans le langage informatique, un œuf de Pâques est un message caché dans un programme par un de ses développeurs.

Qui n’a jamais cueilli de pâquerettes dans un champ ou entendu parler du mystère de l’île de Pâques?

L’île de Pâques doit son nom au fait qu’elle a été découverte le jour de Pâques en 1722.

La pâquerette, aussi appelée fleur de Pâques, fleurit à l’époque de la fête.

Que dire de plus sur l’origine de cette fête qui fait la joie des enfants

Paroles d’enfant « Est-ce que la maman d’un oeuf de Pâques c’est une poule en chocolat ? »

Comment amuser vos petits avec des bricolages

La marchande de jouets  vous propose des Œuf de Pâques à fabriquer, à colorier, à tatouer…:

- point d’œufs à vider délicatement, point de bricolage avec un pinceau à trois poils, pas besoin de feuille d’or ou de 36 tubes de couleur… Pour l’événement pascal, moi je fais du modelage avec quelques boudins et boulettes de pâte à papier qui se collent direct sur un œuf dur.

oeuf de paques

« On a besoin de 10 grammes de pâte à papier pour décorer une douzaine d’œufs »

- un « truc qui fait aussi un chti cadeau car dans chaque pochette de tatouage, il y a deux feuilles de décalcomanies.

oeuf de paques tatoues

Une servira à décorer l’œuf, l’autre habillera joliment un bras pour quelques jours (oui ces tattoo disparaissent après quelques douches).

Régal d’œufs pour Pâques !

N’oubliez pas dans vos recettes pascales l’œuf bleu et l’œuf carré, juste histoire de mettre de la joyeuseté dans le repas familial !

Si votre enfant n’aime que les oeufs  essayez celle-ci.

Oeufs en bois Nooon ! Pas d’œuf dur en bois comme ceux de cette délicieuse dinette.

Essayez les oeufs bleus

oeuf bleu

Vous la voulez la recette ? tirée du site  Si Tu Veux par Madeleine Deny. Mais vite! Il faut commencer aujourd’hui!

  • La veille, faire cuire les œufs à l’eau bouillante 10 minutes.
  • Les écaler
  • Les plonger dans un saladier rempli d’eau froide auquel on aajouté une demie fiole de colorant alimentaire bleu (l’eau était bien bleue !).
  • Le lendemain vos œufs seront bien colorés… et beaux… et bons !

Faites des œufs carrés !

Les oeufs carrés

Voici la recette

  • Découpez un petit brick de crème (hauteur du moule à œuf carré = 3,5 cm).
  • Faites cuire un gros œuf dans de l’eau bouillante pendant 10 minutes.
  • Passez le sous le robinet d’eau froide et écalez-le tant qu’il est chaud (aie ! ça brûle les doigts !).

     (moi j’avais un appareil venu d’Espagne qui mettait l’oeuf au carré tout seul)

  • Glissez-le dans le brick en pressant doucement pour que l’œuf ne se fende pas.
  • Repliez les rabats et mettez à refroidir au frigo, en posant un poids (une boite de conserve par exemple) sur le moule.

Il ne vous reste plus ensuite qu’à démouler votre œuf et à le couper en rondelles… carrées (ou presque) !

Pour la sauce: un yaourt, une cuillère à soupe de Saint Moret, une goutte de citron ou un peu de moutarde, du sel, mais pas trp

Des œufs en chocolat oui mais pas que…

LES ŒUFS DE FABERGE – SPLENDEUR PERDUE DES ROMANOV

Entre 1885 et 1917, les ateliers Fabergé rivalisèrent de zèle et d’ingéniosité pour produire ces œufs dont aucune poule, fût-elle de luxe, n’aurait osé rêver. Coulés dans des métaux précieux délicatement guillochés, parés d’émaux aux couleurs chatoyantes et de bijoux sans égal, ces œufs fabuleux connurent un succès qui dépassa vite les limites de la cour de Russie.

Orfèvre renommé de Saint-Pétersbourg, Fabergé imaginait, entre autres, des œufs décoratifs symboliques et précieux pour les maîtres d’un empire richissime. Les tsars Alexandre III et Nicolas II prirent l’habitude d’en offrir à leurs épouses adorées pour la Pâque russe, Nicolas II complétant la collection de sa mère après la disparition de son père.

9-oeuf-bonbonniere Balmain dans Fêtes

Décembre 2011

Si de nombreux créateurs se sont dit inspirés par ces pendentifs, dont certains modèles d’époque étaient exposés chez Christie’s en décembre dernier lors de la vente aux enchères des joyaux d’Elizabeth Taylor dont  le bijou de cou porte-parfum offert à  Liz par Richard Burton, ces bijoux ont à nouveau inspiré la maison de joaillerie russe qui a enrichi cette saison sa gamme d’œufs précieux.

liz-taylor bijoux

Avec une coquetterie toute « cinégénique », l’impératrice d’Hollywood prolongeait la tradition romantique de l’œuf de Fabergé qu’elle adorait au point d’en faire réaliser une version gâteau par un pâtissier virtuose.

Bientôt, les plus grandes familles du monde occidental se pressèrent d’en commander des versions plus simples,

Les œufs bijoux

De nouvelles matières comme l’or rose viennent parer ces créations, à l’image de cet œuf spirale, où les artisans de Fabergé semblent avoir déroulé le fin ruban d’or rose et de diamants qui habillait le bijou pour en faire un modèle aérien et graphique, qui viendra tourbillonner avec grâce au bout d’une chaîne en or rose.

 

 

10-spirale chocolat

2012-2013

Des entrelacs de clous, de cristaux et de perles qui font palpiter la rétine, des broderies saturées façon travaux de (hautes) aiguilles… pour l’hiver 2013, la femme Balmain s’est muée en objet d’art aussi précieux que diaboliquement vivant. Dans une veine plus couture et spectaculaire que jamais, Olivier Rousteing, le jeune directeur artistique de la maison, impose une opulence radicale, propre – au passage – à justifier les tarifs étourdissants pratiqués par la griffe. L’inspiration derrière ces silhouettes baroques n’est pas moins fascinante. En coulisses, on parle beaucoup de cet œuf de Fabergé ayant appartenu à Elizabeth Taylor, découvert par le créateur au cours de l’exposition chez Christie’s. L’imagination d’Olivier Rousteing fit le reste, dans un grand écart vertigineux entre Hollywood et la cour des tsars de Russie. (par Anne-Sophie Mallard).

vision-faberge Christie'sbalmain clochebalmain-2 Fabergé     

Enchères record pour l’Œuf Rothschild Fabergé

Magnifiés depuis le début du XXème siècle par le monde de la haute joaillerie, les célèbres œufs de Fabergé n’auront jamais été aussi en vogue que pour cette saison automne-hiver 2012-2013.

Un œuf de Fabergé dont l’existence était, jusqu’il y a peu, connue de ses seuls propriétaires a été adjugé à neuf millions de livres (12,6 millions d’euros), chez Christie’s, à Londres, à l’issue d’une vente qui s’est déroulée dans une ambiance électrique.

7photo-1-2 lapin

Cet œuf rose translucide fabriqué en 1902 pour la famille Rothschild est orné d’une horloge et renferme un automate, une double particularité que l’on retrouve seulement dans deux autres pièces issues des ateliers du célèbre joailler.

Le coq incrusté de diamants abrité dans l’œuf s’anime pour marquer le passage des heures, surgissant en battant des ailes, en remuant la tête et en ouvrant son bec pour chanter.

L’Œuf Rothschild Fabergé n’avait jamais été montré en public avant l’annonce de la vente et même les spécialistes ignoraient son existence.

Il est revenu à un acquéreur russe dont l’identité n’a pas été révélée.

 

Précédemment, le 19 avril 2002

Le précédent record pour un objet d’art russe vendu aux enchères (à l’exception des peintures) était détenu par l’ Œuf d’hiver Fabergé, vendu par Christie’s à New York le 19 avril 2002 pour 6,6 millions de livres.

8-2-oeufs-de-suspension Liz Taylor

 

Mais il ne faut pas oublier que l’oeuf est à l’origine du monde ou … le contraire.

De l’oeuf ou de la poule qui est le premier?

Les oeufs dans la nature

Les poules n’ont pas le privilège des oeufs. Tous les oiseaux pondent aussi leurs oeufs et cette année, un spécialiste de chez Christie’s présente à Londres un oeuf extraordinaire. Il s’agit d’ un œuf d’oiseau éléphant fossilisé  originaire de Madagascar.

5christies oeufs

Si le coeur vous en dit, il sera vendu le 24 avril à Londres avec une mise à prix aux enchères entre 23.500-35.300 euros.

Origine des expressions de Pâques

Qui vole un oeuf, vole un boeuf

Commettre un larcin mineur, c’est se mettre sur la voie de la délinquance. Celui qui vole un objet insignifiant volera bientôt des biens de valeur.

A Pâques ou à la Trinité

A la fin du XVIIe siècle, Lord Churchill était le capitaine de l’armée britannique et, à ce poste, il mit plusieurs fois la pâtée aux Français. En 1709, à l’époque de Louis XIV, il les combattit encore à la bataille de Malplaquet. Au cours de cette bataille, pour se moquer du capitaine anglais qu’ils croyaient mort, les Français écrivirent la chanson « Malbrough s’en va-t-en guerre

Dans cette chanson, il est dit (version complète ici )

Malbrough s’en va-t-en guerre, (…)
Il reviendra-z-à Pâques,

Ou à la Trinité(…)
La Trinité se passe,
Malbrough ne revient pas. »

Voilà comment d’une chanson est née une expression : il reviendra à Pâques ou à la Trinité, comme Malbrough, c’est-à-dire un jour peut-être ou bien jamais.

Marcher sur des oeufs: Agir en manquant d’assurance par crainte d’ennuis, précautionneusement.

Cette expression remonte à des temps très anciens, quand l’Homo Sapiens n’était pas encore Sapiens Sapiens.
A l’époque, les oeufs était bien plus gros et solides que de nos jours (et les Autruches n’étaient pas encore devenues Poules).

Quand nos ancêtres partaient à la chasse, ils pouvaient leur arriver de marcher sur ces gros oeufs, et perdre l’équilibre, ou pire encore, attirer la curiosité de la maman Autruche.

On pouvait alors entendre:
« hum olougu du gugu olulu »
Ce qui pourrait se traduire par
« Fais gaffe ducon, tu vas marcher sur les oeufs! »

Se faire brave comme un jour de Pâques : Se pomponner comme si on allait à une grande fête.

Noël au balcon, Pâques au tison :

Un noël trop doux annonce un début de printemps frais. En somme si on a la chance de pouvoir passer noël dehors, on restera à Pâques au coin du feu. (Les dictons français liés à la météo sont issus d’une tradition qui débute au Moyen-Âge).

C’est ce qui nous arrive cette année…

Se faire poissonnier la veille de Pâques :

S’engager dans une affaire quand il n’y a plus rien à y gagner.

Dans la religion catholique, les fêtes de Pâques sont précédées de la période du Carême, période de jeûne théorique de quarante jours, en rappel du jeûne du Christ de même durée, alors qu’il n’était pas privé de désert. Et si, à Pâques, on déguste énormément d’agneaux prénommés Pascal, dans la période qui précède, la viande est complètement interdite. Par contre, le poisson est parfaitement autorisé. Autant dire que ceux qui respectent ce jeûne, consomment du poisson à tout va, ce qui fait inévitablement le bonheur des poissonniers. Autrement dit, la meilleure période pour qu’un poissonnier pas niais s’en mette plein les poches est celle du Carême, les quarante jours qui précèdent Pâques.
Celui qui aurait donc l’idée saugrenue d’ouvrir une poissonnerie la veille de Pâques, à la fin du Carême, lorsque tous les pratiquants en ont assez du poisson, le ferait au plus mauvais moment de l’année, complètement à contretemps.
Ce qui suffit à expliquer notre métaphore attestée dès la fin du XVIIe siècle.

Tarde qui tarde, en avril aura Pâques :

La fête de Pâques n’a jamais lieu après le mois d’avril

 

Pas d’omelettes sans casser des œufs

11-oeufs-brouilles Olivier Rousteing

Cette expression date du XIXe siècle. Elle fut citée pour la première fois par Balzac. Il s’agit d’une image pour dire qu’on n’obtient rien sans faire de sacrifices. Pour obtenir quelque chose, il y a toujours des risques inévitables en contrepartie

 

Jouons un peu avec les Expressions contenant le mot oeuf.

Cliquez sur l’oeuf    img-quiz-oeufs paques

 

LIENS VERS MES ARTICLES DU BLOG

* Tout PAQUES sur le blog

* Article du 6 avril 2007 Pâques 2007

* Article du 29 mars 2010 Calculer son âge avec le chocolat

* Article du 2 avril 2010 Un papy qui compte a dit :

à propos de Gargantua, slam et chocolat

*Article du 2 avril 2010 Des mounas pour Papy!

* Article du 3 avril 2010 Joyeuses Pâques et  Sourire de Pâques

* avec diaporama « Le chocolat de Pâques »

* Article du 5 avril 2010 Les cloches de Corneville

* Article du 23 avril 2011 Allez les oeufs!

* Article du 7 avril 2012 Pâques 2012

- l’histoire de la chasse aux œufs

- Les oeufs de Fabergé

- Blouin ArtInfo -  Toujours à la pointe ces Anglais

- Big Egg Hunt

chasse-aux-oeufs Rothschild

Bonne chasse aux oeufs …

 

 

 

Publié dans 2013, Fêtes | 2 Commentaires »

La journée du bonheur et le 1er jour du Printemps, ça tombe bien

Posté par ENO filles le 20 mars 2013

20 Mars 2013 – Premier jour du Printemps :

« Printemps pluvieux (c’est le cas aujourd’hui)

   Printemps heureux »

C’est donc…la journée du Bonheur.

La recherche du bonheur est un des objectifs fondamentaux de l’être humain », a estimé l’ONU le 28 juin 2012, pour justifier l’instauration de la Journée internationale du bonheur le 20 mars.

La recherche du bonheur, quête fondamentale

« Dans une résolution adoptée par consensus, l’Assemblée souligne que « la recherche du bonheur est un des objectifs fondamentaux de l’être humain ». La résolution demande aux 193 pays membres de célébrer cette journée « de manière appropriée, notamment par des activités éducatives ».

Mais le calendrier onusien comptant déjà quelque 120 journées de ce type, difficile de ne pas les voir s’entrechoquer : en l’occurrence, le 20 mars est déjà la Journée internationale de la francophonie. Ce jour-là, soyez donc heureux, mais en français dans le texte. »

Encore une journée décrétée! … Ca tombe bien ! Pour répondre à la question posée par les contes de fées, la réponse est peut-être ici et aujourd’hui.

 La journée du bonheur et le 1er jour du Printemps, ça tombe bien 20-mars-journee-du-bonheur-onu

Existe-t-il une recette pour être heureux ? Atteindre la plénitude ? En tout cas, voici quelques propos d’Alain pour s’en approcher…

 

Un livre que j'ai usé à force de le lire depuis les années ENO

cliquez sur l’image pour faire défiler

 

«Dès qu’un homme cherche le bonheur il est condamné à ne pas le trouver. Quand il paraît être dans l’avenir, songez-y bien, c’est que vous l’avez déjà. Espérer, c’est être heureux (…)

(…) Le désir retombe s’il ne s’achève en volonté (…)

(…)  On n’aime guère un bonheur qui vous tombe, on veut l’avoir fait »

 « Il faut commencer sans espérance (…) et l’espérance vient de l’accroissement et du progrès »

 « L’homme qui ne fait rien, n’aime rien (…)

 « Comme on vit mal avec ceux que l’ont connaît trop (…)

Alors on se dit :

« Le remède ? Fuir sa famille. Aller vivre au milieu d’indifférents, qui vous demanderont d’un air distrait : « Comment vous portez-vous ? » mais s’enfuiront si vous leur répondez sérieusement ; de gens qui n’écouteront pas vos plaintes et ne poseront pas sur vous ce regard chargé de tendre  sollicitude qui vous étranglait l’estomac (…)

Cette scène me revient chaque fois que je me trouve au milieu d’une famille étroitement unie, où chacun surveille la santé des autres »

 « La vie privée est souvent triste si chacun attend le bonheur comme quelque chose qui lui est du (…) Faire et non subir, tel est le fond de l’agréable (…) Ce qu’on peut faire de mieux pour ceux qu’on aime, c’est encore d’être heureux»

« Il faut être heureux et y mettre du sien. Si l’on reste dans la position du spectateur impartial, laissant seulement entrée au bonheur et portes ouvertes, c’est la tristesse qui entrera. »

« Il n’est pas difficile d’être malheureux ou mécontent (…) ce qui est difficile c’est d’être heureux. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer (…) Refais chaque jour le serment d’être heureux. »

 « Toute douleur veut être contemplée, ou bien elle n’est pas sentie du tout (…) Nous traînons toute notre vie des chapelets de mauvais vers et de maximes creuses qui nous font buter à chaque pas. »

« Faire plaisir, n’est-ce pas être menteur, flatteur, courtisan ? (…)  Nous n’avons pas toujours assez de force pour supporter les maux d’autrui, mais (…) celui qui se sacrifie cherche encore son plaisir »

« On supporte moins aisément la passion que la maladie. Il y a toujours du remords et de l’épouvante dans la passion. »

« Le travail utile est par lui-même un plaisir (…) Un travail réglé et des victoires après des victoires, voilà sans doute la formule du bonheur. »

« Plus l’existence est difficile, mieux on supporte les peines et mieux on jouit des plaisirs. »

« C’est toujours par l’ennui et ses folies que l’ordre social est rompu (…) Quand un homme n’a plus rien à construire ou à détruire, il est très malheureux.

(…) il n’y a point d’œuvre frivole dès qu’elle est en train »

« Il faut prêcher sur la vie, non sur la mort ; répandre l’espoir et non la crainte ; et cultiver en commun la joie, vrai trésorhumain. C’est le grandsecret des sages et ce sera la lumière de demain. »

«  Vivre avec soi et méditer sur soi, cela ne vaut rien »

Je pourrais en reproduire ici tant d’autres que j’ai soulignés alors, dans mon petit livre de poche usé, car tous sont encore d’actualité pour moi et je n’y ai pas trouvé les réponses et le réconfort espérés.

Propos recueillis auprès des gens ordinaires

Le bonheur, qu’est-ce que c’est ?

Le bonheur c’est être vivant
vivante je veux dire présent
présente je veux dire vibrant
vibrante je veux dire essentiel
essentielle je veux dire fondamentalement
fondamentalement je veux dire racines d’émotions
mes racines d’émotions qui vibrent tout simplement,
comme un orgasme
alors finalement le bonheur c’est moi
le tout est de l’accepter
il suffit de décider d’être à la bonne place.

Un poème de Clocircee

 Et pour vous qu’est-ce que c’est?

Est-ce la même chose que le plaisir ? Peut-on s’organiser pour être heureux ? Voici les confidences de gens ordinaires. Historiens et philosophes éclairent également cette notion difficile à définir.

Cliquez sur le titre: Petits et grands bonheurs

Et écoutez:

jazz

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Le gui, guide du Nouvel an porte-bonheur

Posté par ENO filles le 1 janvier 2013

Le guide du Nouvel an porte-bonheur.
Le gui, guide du Nouvel an porte-bonheur dans 2013
Si certaines traditions de Noël remontent à fort longtemps, certaines plus commerciales sont beaucoup plus récentes
C’est peut-être un peu tard pour cette année mais, pour l’an prochain, je suis en avance. Alors mettez cette info dans vos tablettes.
Le gui est traditionnellement accroché dans les maisons le soir du 31 décembre et voit tout le monde s’embrasser sous ses branchages lorsque les 12 coups de minuit de la nouvelle année sonnent.
« Dans les temps reculés et anciens, le gui était aussi nommé le « rameau d’or ».
Parmi les plus anciennes traditions on note la cueillette du gui que les druides gaulois pratiquaient déjà le 6e jour du calendrier lunaire celtique.
Chez les Druides, le gui était considéré comme une plante sacrée. Selon eux elle avait des propriétés médicinales.
Le gui était alors considéré comme une plante magique aux vertus curatives avérées contre les maladies mais aussi les mauvais esprits.
Le jour de la cueillette coïncidait avec le solstice d’hiver que l’on fêtait partout en Europe puisqu’il signifiait qu’enfin, les jours allaient rallonger pour ramener le printemps.
 gui dans Fêtes
Une autre version raconte cependant que cette coutume, fort répandue chez les anglo-saxons était rattachée à la légende de Freya, déesse de l’amour, de la beauté et de la fécondité.
Selon la légende, un homme devrait embrasser toute jeune fille qui sans s’en rendre compte, se trouvait par hasard sous une gerbe de gui suspendue au plafond.
 nouvel an dans Nouvelle année
Cette tradition païenne s’est perpétuée, même si l’Église tenta de substituer au gui, le houx dont les épines rappellent la couronne du Christ et les boules rouges, son sang.
Alors pour le 31 décembre, embrassez-vous sous le gui et vous aurez ainsi une longue vie, beaucoup d’amour et peut-être un mariage… »
- Quelques lignes, trouvées dans le Dauphiné Libéré par notre ami Papy qui compte.
En savoir plus
Le gui de Noël plante décorative.
Alors qu’il devait devenir une espèce protégée, le gui a été peu à peu remplacé par le houx et les décorations de Noël.
Le gui a des effets positifs sur la santé, utilisé en médecine et aussi traditionnellement associé à de bons présages et bonne chance: la tradition du baiser sous le gui de Noël à décorer les portes, c’est un signe que l’amour associés à ce baiser, il sera durable.

La tradition veut que le gui soit placé dans l’air, de préférence dans une porte ou suspendu au plafond et que pour ceux qui s’embrassent sous son feuillage ils obtiendront l’amour éternel de leur partenaire.

Il faut savoir que cette plante n’a pas de racines, de sorte qu’il est nécessaire de déposer les graines sur l’écorce d’un arbre, très lentement, et de prendre soin de payer les arbres pour compenser la dépréciation qu’ils devront subir du fait de la présence de gui.

Nom commun: gui

gui 

Lieu d’origine: Europe.

Nom scientifique: Viscum album

Famille: Viscaceae

Aspect général: C’est un arbuste vert qui peut atteindre jusqu’à un mètre. Formé d’un tronc court, mais aux branches  abondantes et à plusieurs reprises fourchues, parasite bienveillant il tue les autres parasites de l’arbre. Ses fleurs sont unisexuées.

Son fruit est une baie blanchâtre, translucide, de 6 à 10 mm et une seule graine.

Ces baies sont très prisées par les oiseaux. Une fois qu’ils les ont  mangées, ils se débarrassent de leurs graines collantes en frottant leur bec contre les branches des arbres. Ainsi, les graines sont fixées sur l’arbre-hôte et la production des racines spéciales commence à absorber la sève et à protéger l’arbre de l’invasion des plantes.

Exigences:   le gui pousse de préférence sur les branches des chênes, d’oliviers et de pins.

 

Publié dans 2013, Fêtes, Nouvelle année | Pas de Commentaires »

123
 

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
LIFE&NEWS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | colineetlili
| teledoms
| m00de